Poudre d’amandes amères de noyaux d’abricots sauvages en gélules

Amandes amères d'abricot bio anti-cancer naturel grâce à la vitamine B17

AMANDES AMERES D’ABRICOT qui détruisent sélectivement les cellules cancéreuses

HISTORIQUE DE LA DECOUVERTE

Dans les années 1940, le Dr. Ernst T. Krebs Sr. et son fils le Dr E.T. Krebs Jr. ont publié un document intitulé « La Thèse Unitaire ou Trophoblaste du Cancer », dans le Medical Record, de New York. Dans les années qui ont suivi, l’équipe père et fils fit des recherches sur les co-enzymes et sur la possibilité que le cancer pourrait résulter de carences, particulièrement en vitamines.
Dans le début des années 1950, ils apprirent qu’au royaume des Hunzas, dans les montagnes Himalayennes situées au nord du Pakistan, il était dit que ce peuple vivait « sans cancer ». Les Drs Krebs savaient qu’ils mangeaient de grandes quantités d’abricots bio, mais ils ne croyaient pas que le fruit contenait des substances pouvant lutter contre le cancer… jusqu’à ce qu’ils aient découvert que les Hunzakuts mangeaient également les amandes des noyaux d’abricots bio ; leur particularité : on sait que ces amandes sont très riches en NITRILOSIDES. En outre, on les
trouve aussi dans les amandes (d’amandiers), graines de pêches, pépins de pommes (pectine), millet, fèves germées, sarrasin, et aussi dans d’autres fruits et noix, mais en quantité inférieure.
NOTA : seuls les abricots bio producteurs d’amandes amères sont efficaces (abricotiers sauvages).
Les Dr. Krebs ont ensuite défini que le principe actif des nitrolosides était précisément dans certains glycosides qu’ils réussirent à extraire. Finalement, ils ont effectué une demande de brevet pour le procédé de production du métabolite formé par ces glycosides, qu’ils baptisèrent du nom de amygdaline ou nitrilosid (aussi dit laétrile, version concentré buvable ou injectable du produit) , en vue d’une utilisation clinique.
Ce Laetrile fut ensuite catalogué Vitamine B17.

Amandes amères d’abricot bio riche en vitamine B17

DES NOYAUX D’ABRICOT TOUT SIMPLEMENT

Il s’est avéré que les Hunzakuts consomment entre 100 à 200 fois plus de B17 que l’Américain moyen, en raison principalement du fait qu’ils consomment des amandes de noyaux d’abricots bio, et aussi beaucoup de millet. Fait intéressant, là bas, la richesse d’un homme se mesure par le nombre d’abricotiers qu’il détient. La nourriture la plus convoitée est la semence contenue dans les noyaux d’abricot bio, l’une des plus importantes sources de B17 sur la Terre. L’une des premières équipes médicales chargée d’étudier les Hunzas, était dirigée par le chirurgien britannique de renommée mondiale, le Dr. Robert McCarrison. Écrivant dans le Journal JAMA, du 7 janvier 1922, il indiqua : « Les Hunzas n’ont pas d’incidence connue avec le cancer. Ils bénéficient d’une abondante récolte d’abricots bio. Ils les sèchent sous le soleil, et les utilisent en grande partie dans leur alimentation. »
POURQUOI N’A-T-ON PAS ENTENDU PARLER DE LA VITAMINE B17 ?
Cela semble si simple ! La vérité sur cette question, c’est que l’Industrie du Cancer a supprimé cette information et a même ordonné le fait qu’il soit illégal de vendre la vitamine B17. La Mafia Médicale a monté avec grand succès, des campagnes effrayantes, basées sur le fait que la vitamine B17 contient des quantités « meurtrières » de cyanure, alors que C’EST FAUX !
Voici pourquoi : chaque molécule de vitamine B17 contient une unité de cyanure d’hydrogène, une unité de benzaldéhyde, et deux unités de glucose qui sont verrouillées ensemble et forment une synergie inoffensive, comme cela se passe souvent dans les produits naturels.
Pour que le cyanure d’hydrogène devienne dangereux, il faut le déverrouiller de la molécule B17 ; or ceci ne peut être effectué que par une enzyme appelée bêta-glucosidase, qui est présente partout dans le corps humain en quantités infimes, mais par contre, que l’on trouve en grande quantité dans les cellules cancéreuses. TRES INTERESSANT ! Le résultat est d’autant plus dévastateur pour les cellules cancéreuses que les unités benzaldéhyde se déverrouillent en même temps ; or le benzaldéhyde, qui est déjà un poison mortel en lui-même, quand il fait
équipe avec le cyanure, devient 100 fois plus mortel. Les cellules cancéreuses sont littéralement désintégrées !

Les symptômes d’empoisonnement à l’acide cyanhydrique apparaissent à partir de 400 mg d’amygaline par Kg de poids corporel, ce qui chez un adulte de 70 Kg correspond à environ 50 noyaux d’abricots ingérés dans un bref laps de temps. Si par contre leur consommation s’étale sur plusieurs heures, RIEN n’est à craindre car l’organisme élimine progressivement l’acide cyanhydrique.

CECI N’EST-IL PAS SANS DANGER POUR LES CELLULES SAINES ?

Il faut savoir que dans les tissus sains, une autre enzyme, le rhodanèse, présente en quantités beaucoup plus importantes que l’enzyme de déverrouillage, la bêta-glucosidase, a la capacité de dégrader entièrement à la fois le cyanure et le benzaldéhyde, en thiocyanate (une substance inoffensive), et en salicylate (qui est un antidouleur de la famille de l’aspirine). Fait intéressant, les cellules cancéreuses malignes ne contiennent pas de rhodanèse, ce qui les laisse complètement à la merci des deux poisons mortels. Tout ce processus est connu sous le nom de
toxicité sélective, puisque seules les cellules cancéreuses sont spécifiquement ciblées et détruites.
Les centaines d’études cliniques menées par de nombreux médecins compétents dans le monde entier, y compris celles qui sont dirigées par le Dr. Ernesto Contreras à l’Oasis of Hope Hospital, nous donnent toute confiance, sur le fait que le traitement avec la thérapie B17 ne présente aucun danger pour les cellules normales (ce qui est loin du cas de la chimio). Cà, c’est une très mauvaise nouvelle pour l’Industrie du Cancer. Les graines d’abricots bio sont à la portée de n’importe quel porte- monnaie, en regard des prix exorbitants des cocktails médicamenteux
agressifs de la chimiothérapie.

L’HISTOIRE DE JASON VALE

Dans les années 90, un américain Jason Vale s’est retrouvé avec un cancer en phase terminale. Il était considéré irrécupérable par les médecins. Grâce à des recherches personnelles, il a appris que les gens qui avaient eu un cancer, avaient pu guérir grâce à la vitamine B17 des pépins de pommes (pectine) et des amandes de noyaux d’abricots bio. Sans attendre il a commencé à en consommer dans le cadre de son régime alimentaire quotidien et s’est rapidement senti mieux.
Dans un court laps de temps, le cancer de Jason a complètement disparu.
Lorsque l’histoire extraordinaire de Jason fut diffusée à la télévision nationale, cela à provoqué une audience si grande que le même reportage a été diffusé une deuxième fois, la semaine suivante. L’enthousiasme des spectateurs fut si grand que Jason se retrouva inondé d’appels téléphoniques, provenant de personnes résidant dans tout le pays. Au cours des années suivantes, Jason a aidé des milliers de gens à traiter avec succès leur cancer en consommant des amandes de noyaux d’abricots bio.
C’est alors que Jason fut victime d’une opération coup de poing, décidée par la FDA : il fut condamné le 18 juin 2004, à 63 mois de prison et 3 ans de liberté surveillée, par un tribunal du District Est de New York. Son crime ? La vente d’amandes d’abricot bio sur son site web, et de dire aux gens la VERITE sur leurs propriétés curatives. On ne joue pas avec la mafia du médicament !!! Après avoir purgé près de quatre ans de prison, Jason a été libéré de la maison d’arrêt au début de 2008.

EXTRAIT DES TEMOIGNAGES (traduits) adressés à Jason

Septembre 2014, Jason Browning avait un gliome kystique. Il était toujours là après la chimio et la radiothérapie. Jason a commencé à prendre les amandes d’abricot bio ; la tumeur a rétréci et finalement disparu. En plus, il a pu arrêter son médicament contre l’hypertension artérielle. Browning38821@yahoo.com (pour trouver son histoire complète.)
28 avril 2014. Jeffery Moore qui a été diagnostiqué avec le cancer de la prostate il y a trois ans m’a appelé pour me dire que son PSA était passé de 12 à 8 ; mais surtout son cancer du nez qui avait été diagnostiqué l’année dernière par une biopsie, est apparu résolu à la dernière biopsie. Il mange les graines d’abricot bio, et prend de l’herbe de blé,– il a aussi supprimé complètement le sucre. J_mooare@yahoo.com
13 avril 2014. La chienne Labrador de Diane Duhaime avait été diagnostiquée avec le cancer de la mamelle l’an dernier à l’âge de 10 ans et opérée. Diane lui a immédiatement donné 6 graines d’abricot bio matin et soir. Aujourd’hui, un an plus tard, la chienne va bien, et – signe important – son poil est plus beau que jamais…

Il y a des quantités d’autres témoignages sur le site de Jason Voir le site web de Jason : www.ApricotsfromGod.info. (C’est en anglais avec option automatique de traduction )

UNE ORIGINE PRECISE INDISPENSABLE POUR DES AMANDES AMERES VRAIMENT EFFICACES

Déjà faites attention qu’on ne vous vende pas des amandes qui ne sont pas amères. Mais même lorsqu’elles sont amères, ce n’est pas encore forcément gagné. Je l’ai constaté de près avec des résultats qui pour ne pas être nuls étaient néanmoins assez décevants dans l’ensemble par rapport à d’autres remèdes anticancéreux de ma boite à outils dans « CANCERS guérir hors protocoles ». J’envisageais d’ailleurs de les enlever de mon ouvrage quand j’ai rencontré un diffuseur de produits de santé bio qui m’a dit avoir des résultats formidables sur les cancers avec
ses amandes d’abricots amers bio – Or la précision importante est que ses amandes proviennent uniquement de l’Ouzbékistan – cueillette artisanale d’une souche unique dans une région préservée de toute pollution. Me voila donc pour le moment réconcilié avec ce remède qui n’avait pas bien tenu ses promesses, avec la nouvelle référence de commande en fin d’article.
Par ailleurs, certains sites proposent les amandes amères en poudre ; je ne sens pas bien cette version car je crains une oxydation accélérée risquant d’altérer l’efficacité du produit. Il est facile de pulvériser les amandes soi-même avec un petit blinder ou un moulin à café électrique.

DIRECTIVE DE LA COMMISSION EUROPEENNE du 28 septembre 2017

La réunion Européenne au sujet de la vente d’amandes d’abricots bio amers en Europes, sous la pression lobbyiste de l’industrie du cancer a fini par fonctionner en prétendant que même une amande d’abricot bio par jour (!!!) peut être risquée pour la consommation humaine. En finale, la commission a laissé à chaque état de l’UE l’appréciation de choisir d’interdire la vente ou non.

Contestation scientifique

Les symptômes d’empoisonnement à l’acide cyanhydrique apparaissent à partir de 400 mg d’amygaline par Kg de poids corporel, ce qui chez un adulte de 70 Kg correspond à environ 50 noyaux d’abricots bio ingérés dans un bref laps de temps. Si par contre leur consommation s’étale sur plusieurs heures, rien n’est à craindre car l’organisme élimine progressivement l’acide cyanhydrique.
Sur le plan pragmatique, d’abord on se demande pourquoi les Hunzas grands consommateurs d’abricots bio avec leurs amandes n’avaient pas de cancer et vivaient 120 ans.

5 avis / commentaires / témoignages sur “Poudre d’amandes amères de noyaux d’abricots sauvages en gélules

  1. Martine Saint-Étienne :

    Bonjour Baomix j’ai commencé un régime très stricte sans sucre sans glucides sans gluten sans produits laitiers sans viande. Ainsi que curcuma, amandon d’abricot amer, graviola, et bien d’autres compléments alimentaires j’ai commencé le 6 septembre 2018 mes nodules puisqu’il y en avait deux mesuraient 18 mm et 15 mm, le 12 septembre 2019 il n’y a plus rien du tout dans le sein échographie mammographie à l’appui au mois de décembre 2019 j’ai refait une échographie il n’y a toujours plus rien dans le sein je ne me considère pas comme guéri puisque je pense qu’il y a cinq ans de rémission. Je n’ai eu ni ablation du sein ni chimiothérapie ni rayon ni hormonothérapie ça c’était le protocole que me proposaient les charlatans que j’ai rencontré. Je pense qu’aujourd’hui le cancer n’est qu’une question d’argent pour toute une bande de docteur. Les patients n’ont plus aucune considération. Bien cordialement.

  2. dannas :

    enfin quelqu’un qui témoigne sur ces fameuses amandes d’abricot. Merci pour votre témoignage car on manque cruellement de témoignages sur cette thérapie alors que les sites des médecins diffusent des infos effroyables d’empoisonnement qui font peur aux gens. Ce que j’aimerais savoir c’est la quantité que vous utilisez. Merci.

  3. Martine :

    Bonjour, effectivement il a très peu de témoignages sur Internet à propos des amandes amères d’abricot, il a même une campagne de désinformation qui a été mené sur internet, je crois même que le laboratoire biologiquement a été attaqué plusieurs fois parce qu’il vendait ce genre de produit naturel qui sauvent tant de personnes de la maladie, même le site de 60 millions de consommateurs est truffé de gens qui sont certainement payer pour effrayer des éventuelles personnes malades qui voudrait utiliser ces produits pour guérir.Personnellement je prends 6 amandes par jour et cela me convient très très bien, faites vos recherches par vous-même, n’hésitez pas appelé aussi le laboratoire par téléphone, ils m’y ont donné de très bons conseils.
    Bonne continuation à vous
    Martine

  4. Danielle :

    Bonjour Baomix
    On m’a découvert récemment une tumeur cancéreuse de 15 cm dans l’oesophage accompagnée de 2 ganglions. J’ai commencé une radiothérapie et ils veulent faire la chimio en même temps. Je sens que tout commence à aller mal. J’ai tout vos produits sauf bromélaine , j’ai commencé par les noyaux d’abricot en gélules 1 par jour et graviola en poudre une petite dose. Je n’aime pas l’infusion de feuilles. J’ai compris que je peux tout prendre en même temps ? J’ai du mal à avaler j’ai une gastrostomie et j’ai fait cesser la nourriture qui me rendais malade. Mes reins ne fonctionnent pas bien à cause d’une maladie génétique et d’une thyroidite. J’aimerais votre avis…

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      On estime à environ 6 550 le nombre de nouveaux cas de cancers de l’estomac en France en 2012, dont près de 66 % concernent des hommes.
      Le cancer de l’estomac est associé à plusieurs facteurs de risque, notamment, une gastrite chronique principalement liée à une infection par la bactérie Helicobacter pylori, le tabagisme, une alimentation riche en produits salés et pauvre en légumes et fruits frais, des antécédents de cancer de l’estomac dans la famille ou encore une prédisposition génétique augmentant le risque de développer un cancer de l’estomac.
      Le plus souvent, le cancer de l’estomac est évoqué devant les symptômes suivants : douleurs localisées à la partie haute de l’abdomen (épigastralgies), nausées et vomissements répétés, altération de l’état général (perte d’appétit, fatigue, amaigrissement), dysphagie, saignements gastro-intestinaux et/ou anémie chronique. Plus rarement, il est décelé lors de la surveillance de la gastrite biermérienne, devant une thrombose veineuse profonde et/ou une embolie pulmonaire ou encore au cours d’un examen d’imagerie de l’abdomen.
      Lorsqu’elle est plus évoluée, la tumeur peut engendrer d’autres signes : des vomissements, une hémorragie et donc une anémie … La perforation de l’estomac est une complication possible qui peut révéler la maladie.
      La localisation de la tumeur peut aussi être responsable de symptômes spécifiques : un cancer du cardia peut entraîner une gêne à la déglutition (dysphagie), tandis que le cancer du pylore peut engendrer un rétrécissement local responsable de douleurs et de vomissements.

      Les probiotiques et les prébiotiques aident à rééquilibrer la flore intestinale, la pulpe de baobab Baomix est efficace pour prendre soin de votre flore intestinale.
      La poudre de baobab Baomix est une source de vitalité qui participe à la remise en forme de l’organisme et au tonus, mais elle rééquilibre aussi la flore intestinale grâce à ces probiotiques.
      L’intérêt des probiotiques fait aujourd’hui consensus dans le milieu scientifique et médical. Ils ont été étudiés dans diverses situations permettant d’avoir une vision élargie de leurs actions sur la santé. La lutte contre la bactérie Helicobacter pylori, qui provoque une inflammation de l’estomac (gastrite chronique) pouvant entraîner des ulcères voire des cancers. La prolifération bactérienne est un facteur majeur dans les brûlures d’estomac. Du coup, restaurer sa flore intestinale est primordial.
      Le microbiote intestinal est principalement localisé dans l’intestin grêle et le côlon – l’acidité gastrique rendant la paroi de l’estomac quasi stérile. Il est réparti entre la lumière du tube digestif et le biofilm protecteur que forme le mucus intestinal sur sa paroi intérieure (l’épithélium intestinal).
      La présence de micro-organismes dans l’intestin est connue depuis plus d’un siècle et on a vite présupposé qu’il existait une véritable symbiose entre notre organisme et cette flore. Mais, jusque récemment, les moyens techniques permettant d’étudier les détails de cette interaction étaient limités : seule une minorité d’espèces bactériennes du microbiote pouvait être cultivée in vitro. La mise au point des techniques de séquençage haut débit du matériel génétique ont donné un nouvel élan à cette recherche et il existe aujourd’hui un réel engouement de la recherche pour décrire la nature des interactions hôte-microbiote, celles des micro-organismes entre eux, et leur incidence en matière de santé.
      Ainsi, le rôle du microbiote intestinal est de mieux en mieux connu. On sait désormais qu’il joue un rôle dans les fonctions digestive, métabolique, immunitaire et neurologique.
      La feuille de moringa bio en poudre ou en gélules peut aussi vous aider à régler cela, c’est aussi un aliment probiotique.
      Manger de la viande exceptionnellement et de préférence blanche, dans des plats où celle-ci n’est pas l’ingrédient principal. Priorité aux légumineuses (attention au mode de cuisson, qui doit rester léger), avec des petites bouchées de viande. C’est aussi ainsi que l’on se nourrit encore dans les pays les plus démunis et l’on ne s’en porte pas plus mal malgré la pauvreté.
      Se gaver de produits laitiers, c’est donc se gaver d’hormones de croissance inadaptées à notre organisme. Ce n’est pas un hasard si les nouveaux traitements en cancérologie passent pas des thérapies ciblées sur le tissu tumoral, des anti-angiogéniques, autrement dit des anti-facteurs de croissance.
      Le gluten des produits à base de blé, de maïs, de seigle, d’orge, mais aussi de kamut ou d’épeautre favorise la porosité intestinale. Autrement dit l’intoxication générale de nos organes : les mauvaises molécules comme celles du lait, au lieu d’être évacuées par notre côlon, vont aller réveiller nos cellules à potentiel de cancérogénicité. Et détruire notre système immunitaire, d’où l’explosion des maladies auto-immunes.
      Pour combattre efficacement et naturellement ce cancer c’est pour guérir le plus rapidement possible nous vous conseillons de consommer quotidiennement de la poudre de fruit de baobab bio Baomix, de la feuille de Moringa bio, de la poudre de feuilles de Graviola corossol (prenez-la en gélules si le goût vous dérange), et enfin des gélules de pissenlit et des amandes amères d’abricot bio sauvage.
      Le gel contenu dans les gélules de plante d’aloe vera contient de la vitamine B, des mucilages et des acides aminés essentiels qui aident à réduire l’irritation de l’œsophage et du tube digestif.
      Sa consommation contrôle la production excessive de jus acides et protège la muqueuse gastrique contre les irritations qui peuvent produire des ulcères.
      Enfin, des chercheurs du Centre de recherche sur le cancer de l’Université de Cork, ont traité des cellules oesophagiennes cancéreuses avec un composé chimique provenant du curcuma : la curcumine. Celle-ci ont alors commencé à détruire les cellules cancéreuses après 24h d’exposition. La curcumine attaque les cellules par un système de signaux cellulaires alternatif, tout comme la feuille de graviola corossol.

      Quand l’estomac ou les intestins sont paresseux, qu’ils se manifestent par des douleurs épisodiques, des ballonnements ou des flatulences, la bromélaïne renforce la digestion, en particulier celle des protéines. En plus, elle sait faire quel que soit le pH, donc sur l’ensemble du tractus digestif. La bromélaïne se révèle efficace sur les ulcères (alors que l’ananas fruit n’est pas recommandé dans ce cas, car légèrement acidifiant), calmant l’inflammation des tissus et accélérant leur cicatrisation. Selon les résultats de l’étude publiée dans la revue Anticancer Drugs, l’addition de la bromélaïne a augmenté la mort des cellules cancéreuses par le phénomène de cytotoxicité, et ce de manière significative. Elle a donc le potentiel d’être développée comme agent thérapeutique dans le traitement du cancer malin.
      Des résultats précliniques et pharmacologiques récents appuient l’utilisation de la bromélaïne comme médicament administré par voie orale, pour une thérapie tumorale complémentaire. La bromélaïne en gélules agit en réalité comme un immunomodulateur en augmentant l’immunocytotoxicité altérée des monocytes contre les cellules tumorales des patients et en induisant la production de cytokines distinctes, telles que le facteur de nécrose tumorale et des interleukines.
      Ce principe actif de l’ananas peut soulager les maux d’estomac et la diarrhée, note le Centre médical de l’Université du Maryland. Il s’agit en effet d’une enzyme qui digère spécifiquement les protéines. La bromélaïne en gélules aide à absorber les nutriments de manière plus efficace, tout en étant extrêmement opérante pour prévenir et guérir les maladies liées au tractus gastro-intestinal (colite, ulcère, dyspepsie, cancer du côlon, constipation, la maladie de Crohn…). La bromélaïne a même servi comme enzyme digestive après une pancréatectomie, dans plusieurs cas d’insuffisance pancréatique exocrine.
      La bromélaïne en gélules est aussi capable de remplacer quelques enzymes protéolytiques comme la pepsine et la trypsine, dans le cas où celles-ci ne seraient pas sécrétées en quantité adéquate, ou lorsque le pancréas présente une faible activité. Il a été démontré également qu’elle augmentait de moitié le pourcentage d’assimilation de soufre radioactif et de 30 à 90 % celui de la glucosamine. Ce qui permet alors un rétablissement plus rapide de la muqueuse gastrique qui recouvre l’estomac.
      Il aussi semble que la bromélaïne aide à se débarrasser de certains vers intestinaux comme les oxyures, responsables de démangeaisons anales fort incommodantes.
      La bromélaïne a aussi prouvé son efficacité dans l’amélioration et surtout dans le renforcement de la réponse immunitaire générale du corps. Ce qui est alors très bénéfique dans les situations où elle pourrait être affaiblie comme dans le cas des patients souffrant d’immunodéficience.

      Vous pouvez prendre tous ces produits en petite quantité mais régulièrement.
      Si vous avez du mal à avaler les gélules, vous pouvez tout simplement les ouvrir dans un verre d’eau ou dans des plats préparés.
      Tous ces produits sont tout à fait compatibles et peuvent être consommé en même temps, ils très complémentaires et vous aideront à guérir rapidement.
      La thyroïde est une glande endocrine – sécrétant des hormones dans le sang – située à la base du cou, accolée à la trachée, en forme de nœud papillon, constituée de deux lobes réunis par un isthme. Elle produit la triiodothyronine et la thyroxine : le rôle de ces hormones est difficile à décrire tant il est lié au fonctionnement normal des cellules de l’organisme; il est principalement mis en évidence par les troubles consécutifs à l’hyperfonction ou l’hypofonction de la glande.
      Après le diabète sucré, l’hypothyroïdie est en effet le dérèglement hormonal le plus fréquent. En ajoutant les autres dérèglements de la thyroïde (hyperthyroïdie, maladie d’Hashimoto, de Basedow, etc.) il y a un march conséquent à la clé, avec des traitements lourds : traitement hormonal substitutif à vie, irradiation de la thyroïde, ablation… et surtout, LA molécule, une même molécule pour tous, la thyroxine et un médicament incontournable, le Lévothyrox. Trois millions de patients aujourd’hui au moins en dépendent.
      Si vous ou votre entourage avez eu des problèmes de thyroïde, vous savez qu’une visite chez l’endocrinologue se termine quasi inévitablement par la prescription de Levothyrox.
      Dépistage, diagnostic hatif, manque d’information, chirurgie ou irradiation de la thyroïde à l’iode radioactif… c’est ainsi qu’est né le formidable business de ce «pool-médico-pharmaceutique » qui produit une dépendance absolue à vie chez des millions de français. Et, dans le cas français, où le levothyrox a un quasi monopole, la dépendance à un seul laboratoire.
      Une étude de 2016 de l’université de Glasgow sur 737 patients atteints d’hypothyroïdie dite « subclinique » montre que la prise de Levothyrox ne fonctionnait pas mieux qu’un placebo sur les symptômes.
      Souvent, les dérèglements de la thyroïde au moment de la ménopause peuvent être la conséquence de la baisse des œstrogènes propre à cette période de la vie : pour compenser cette baisse, notre commande hormonale centrale (hypothalamus et hypophyse) tente de monter en puissance, impactant ce faisant la thyroïde. Ici, on préfèrera s’attacher à travailler sur les déséquilibres en œstrogènes en amont, en accompagnant sa ménopause avec les plantes avant de considérer la thyroïde elle-même.
      Mais si on s’est un temps focalisés sur les radiations en circulation pour expliquer l’augmentation des problèmes thyroïdiens, bien d’autres polluants environnementaux ont hélas pris la relève depuis. Il y a ainsi des milliers de perturbateurs endocriniens comme le glyphosate qui sont susceptibles de dérégler nos glandes endocrines, la thyroïde étant particulièrement visée (c’est la plus volumineuse de nos glandes et une des plus accessibles).
      Mais la cause de plus en plus impliquée, ce sont sans doute les métaux lourds. La thyroïde est une glande qui capte beaucoup d’éléments de notre environnement, en particulier buccal. C’est une éponge ! Outre les radionucléides, les métaux lourds se fixent dans la thyroïde.
      Il est important d’introduire ces produits naturels en gardant dans un premier temps la même dose de Lévothyrox. Dans la foulée on testera régulièrement l’activité de la thyroïde et si les marqueurs sanguins se stabilisent on peut alors progressivement baisser la dose de thyroxine par pallier jusqu’à s’en passer.

      La thyroïdite de Hashimoto est une inflammation de la glande thyroïde qui provoque souvent une réduction de ses fonctionnalités (hypothyroïdie).
      La thyroïdite de Hashimoto est une maladie auto-immune, c’est-à-dire que l’organisme attaque de façon inappropriée la glande thyroïde comme s’il s’agissait d’un tissu étranger.
      La cause de ce processus demeure inconnue, la thyroïdite de Hashimoto est souvent héréditaire.

      Pour rééquilibrer les fonctions vitales de votre thyroïde nous vous conseillons de consommer quotidiennement de la feuille de Graviola corossol en poudre ou en gélule.
      La feuille exerce une action régulatrice sur la glande thyroïde, et pour avoir de meilleurs résultats nous vous conseillons d’associer la feuille de Graviola à la feuille de Moringa biologique et à la racine de maca biologique.
      Les utilisations médicinales et nutritives de la moringa concernent: l’anémie et la dénutrition, les douleurs inflammatoires et arthritiques, l’asthme, les problèmes cardiaques et la haute pression, digestifs et intestinaux, les maux de tête, les pierres aux reins, la rétention de liquides, les infections bactériennes, virales, parasitaires et fongiques et les troubles de la thyroïde. Et bien plus …
      La feuille de moringa exerce une action régulatrice sur la glande thyroïde. Et des études in vivo ont démontré qu’un extrait au méthanol de la feuille aurait des effets protecteurs contre les radiations.
      Les feuilles de Moringa contiennent des acides aminés, dont les 8 acides aminés essentiels qui ne peuvent être synthétisés par l’organisme. Par conséquent, il faut les trouver au travers de l’alimentation ou des compléments alimentaires.

      Phénylalanine contenu dans la feuille de moringa biologique du laboratoire Biologiquement joue un rôle dans le système nerveux, notamment en stimulant la glande thyroïde, en atténuant la douleur, en participant à la synthèse de certains neurotransmetteurs. Elle est également considérée comme un stimulant intellectuel.
      Le produit naturel qui peut aussi beaucoup vous aider , c’est la maca bio (Lepidium meyenii).
      Les plantes telles que la maca, une racine médicinale d’Amérique du Sud est utile dans le traitement des maladies auto-immunes. Il s’agit d’une plante qui pousse dans les Andes péruviennes et dont les propriétés médicinales sont connues depuis plus de 5 000 ans. La maca semble avoir une réaction adaptative sur le système immunitaire, ce qui encourage le renforcement des défenses immunitaires sans stimulant. Contrairement à d’autres herbes, les stérols végétaux que contient la maca déclenchent la production d’hormones appropriées qui jouent un rôle important dans la prévention de nombreuses maladies auto-immunes comme des conditions thyroïdiennes d’hypothyroïdie de Hashimoto. Elle contribue à améliorer le fonctionnement du système endocrinien et favorisent la stimulation de l’hypothalamus et l’hypophyse.

      Des recherches récentes démontrent que la maca a une action stimulante sur l’hypophyse et l’hypothalamus, ce qui explique son rôle considérable dans le bon fonctionnement des autres glandes endocrines telles que les ovaires, les testicules, les glandes surrénales, le pancréas ainsi que la glande thyroïde.

      Les effets anti-fatigue de la maca se manifestent rapidement (dans les 72 heures) et cette augmentation de l’énergie serait due à l’action régulatrice que la maca exerce sur la glande thyroïde.
      Nous proposons sur la boutique la racine de maca bio en sachet de 100g ou en gélules.
      La polyarthrite rhumatoïde, ou encore polyarthrite rhumatoïde chronique évolutive, est une maladie inflammatoire qui s’aggrave progressivement. L’inflammation atteint peu à peu la membrane synoviale située à l’intérieur des articulations et qui assure le glissement des surfaces articulaires. Déclenchant douleurs et destruction des os, déchirures des tendons, elle atteint plus souvent les femmes de trente ans et plus, on lui attribue une origine immunitaire en médecine occidentale, d’où l’importance d’une bonne alimentation.
      De nombreuses personnes souffrant de douleurs articulaires évitent de bouger par crainte d’aggraver les problèmes.
      Cependant, l’exercice physique pratiqué correctement a exactement l’effet inverse.
      Non seulement cela permet de renforcer les articulations, mais l’exercice physique est aussi capital pour conserver votre poids optimal.
      Le surpoids a des effets catastrophiques sur l’arthrose. La pression supplémentaire sur le cartilage aggrave l’inflammation.
      On a coutume de considérer que chaque kilo que vous perdez réduit de 4 kilos la pression sur vos genoux, et de 6 kilos sur vos hanches.
      Il est très important de s’échauffer avant de bouger. Faire des mouvements doux comme hausser les épaules, tourner la tête, faire des cercles avec les bras, se pencher doucement en avant et sur les côtés, permet de se mettre tranquillement en route. Répétez chaque mouvement 3 à 5 fois.
      Les exercices de stretching, où vous faites des étirements de tous vos membres, sont particulièrement adaptés contre les douleurs articulaires.

      Manger de la viande exceptionnellement et de préférence blanche, dans des plats où celle-ci n’est pas l’ingrédient principal. Priorité aux légumineuses (attention au mode de cuisson, qui doit rester léger), avec des petites bouchées de viande. C’est aussi ainsi que l’on se nourrit encore dans les pays les plus démunis et l’on ne s’en porte pas plus mal malgré la pauvreté.
      Se gaver de produits laitiers, c’est donc se gaver d’hormones de croissance inadaptées à notre organisme. Ce n’est pas un hasard si les nouveaux traitements en cancérologie passent pas des thérapies ciblées sur le tissu tumoral, des anti-angiogéniques, autrement dit des anti-facteurs de croissance.
      Le gluten des produits à base de blé, de maïs, de seigle, d’orge, mais aussi de kamut ou d’épeautre favorise la porosité intestinale. Autrement dit l’intoxication générale de nos organes : les mauvaises molécules comme celles du lait, au lieu d’être évacuées par notre côlon, vont aller réveiller nos cellules à potentiel de cancérogénicité. Et détruire notre système immunitaire, d’où l’explosion des maladies auto-immunes.
      Je vous conseil pour cette pathologie, de consommer régulièrement du ginkgo biloba, de la poudre de baobab bio Baomix et de la feuilles de moringa bio.
      Désolé pour la longueur de la réponse, je ne pouvais pas vous répondre en deux mots.
      Si vous avez besoin de plus de détails contactez moi via le formulaire de contact sur la boutique.
      Biologiquement vôtre
      L’équipe du laboratoire biologiquement.com

Laisser un avis / commentaire / témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *