CÁNCER: "LA VERDAD SOBRE mayoría de la quimioterapia no deseados." QUIMIOTERAPIA ... y cartel farmacéutico

. Profesor Georges Mathe confirmó a The Express: "Si tuviera un tumor, yo no iría en un centro de cáncer"
le Pr Henri Joyeux, cancérologue à Montpellier, a déclaré à maintes reprises que « ce sont des intérêts financiers gigantesques qui permettent d’expliquer que la vérité scientifique soit encore aujourd’hui trop souvent occultée : “85 % des chimiothérapies sont contestables, voire inutiles “.

Este artículo fue escrito por Sylvie Simon, escritor y periodista riguroso y valiente. Ella murió el viernes 8 de noviembre a los 86 años. En los últimos años, ella lucha las ideas mediante la exploración de diversos campos de la ciencia y dedica la mayor parte de su actividad para hacer campaña contra la desinformación de la salud y la ecología, temas de gran actualidad.
Ha publicado varios ensayos sobre escándalos (sangre contaminada, vacas locas, asbestos, hormonas de crecimiento, vacunas, etc.).
A travers de nombreuses conférences, en France et à l’étranger, elle souhaite réveiller la conscience endormie par le matraquage médiatique, et nous invite à réfléchir, à être responsables de nos décisions en parfaite connaissance de cause, et à réviser entièrement nos valeurs et notre système de penser…”
"Hace años que la quimioterapia es menospreciado por muchos oncólogos, francés y americano, y no menos importante, atrevido duda expreso acerca de las curaciones obtenidas a través de los canales convencionales.
Hardin B Jones, a continuación, Profesor de Física Médica y Fisiología en Berkeley, ya habían proporcionado en 1956 a la prensa los alarmantes resultados de un estudio de cáncer que tuvo que realizar durante veintitrés años con cáncer y que le llevó a la conclusión de que los pacientes no tratados no mueren más rápido que los que recibieron la quimioterapia, por el contrario.
"Los pacientes que rechazaron el tratamiento vivieron un promedio de doce años y medio. Aquellos que se someten a cirugía y otros tratamientos tradicionales vivían un promedio de sólo tres años. [1] "Y el Dr. Jones también planteó la cuestión de sumas fabulosas generados por el" cáncer EGOCIOS".
Las conclusiones inquietantes del Dr. Jones nunca han sido refutado. (Walter pasado, The Ecologist, Vol. 28, No. 2, marzo-abril de 1998)
. El 4 de octubre de 1985, el Pr G.eorges Mathe confirmó a The Express: "Hay cada vez más casos de cáncer debido a la detección es mucho más temprano, pero no controla, así como se dice, a pesar de la quimioterapia que está especialmente favorecida por las quimioterapeutas y laboratorios [esto se llama "cáncer-conexión"], y por una buena razón: vivir. Si tuviera un tumor, yo no iría en un centro de cáncer "(cf. Le Monde 4 de mayo 1988).
A su vez, el Dr. Martin Shapiro escribió en un artículo "Quimioterapia: Perlimpinpin petróleo? "
"Algunos oncólogos informar a sus pacientes de la falta de evidencia de que este tratamiento es útil, otros están probablemente engañados por el optimismo de publicaciones científicas sobre la quimioterapia. Otros responden a un estímulo. Los profesionales pueden ganar más haciendo quimioterapia en proporcionar consuelo y curación de los pacientes moribundos y sus familias. "(Cfr Los Angeles Times, 1 de septiembre de 1987).
Esta opinión es ampliamente compartida por los médicos y de plata Sr. E. Pommateau que sienten que la quimioterapia "es un proceso de destrucción de células malignas, como la cirugía o la radiación. No resuelve el problema fundamental de las reacciones del huésped que debe ser un último recurso, sólo para tratar de detener el empuje canceroso "(unidades de práctica de oncología).
Por su parte, el profesor Henri Feliz, especialista en cáncer en Montpellier, ha declarado en repetidas ocasiones que "son enormes intereses económicos que explican que la verdad científica es todavía demasiado a menudo descuidado: el 85% de la quimioterapia son cuestionables o inútil ".
Y por el aumento de casos de curación, el Dr. Jean-Claude Salomon, director de investigación en el CNRS, oncólogo, dijo que la tasa de supervivencia a cinco años después del diagnóstico aumentó sólo porque sabemos hacer diagnósticos anteriores, pero si no se acompaña de una disminución de la mortalidad, lo que aumenta el porcentaje de supervivencia de cinco años no es una señal de progreso.
"El diagnóstico precoz a menudo sólo tiene el efecto de ampliar la duración de la enfermedad con su ansiedad operadora.
Esto contradice muchas declaraciones sobre los presuntos avances terapéuticos. "(Cfr ¿Quién decide nuestra salud. El ciudadano frente a los expertos, Bernard Cassou y Michel Schiff, 1998)
El Dr. Solomon especifica que reconoce ninguna distinción verdaderos cánceres y tumores que probablemente nunca habría causado la enfermedad cancerosa, lo que contribuye a aumentar artificialmente el porcentaje de "curado" del cáncer. Esto también aumenta, por supuesto, la de "declaró" cáncer. Otro dato confirmado por el Dr. Thomas Dao, que fue director del departamento de cirugía de mama en el Roswell Park Cancer Institute en Buffalo 1957-1988: "A pesar del uso generalizado de la quimioterapia, la tasa de mortalidad por cáncer de mama n ' no ha cambiado en los últimos 70 años. "

Le mythe du médecin omniscient porté par la grâce d'une vocation nécessairement désintéressée et humaniste a vécu. Les scandales incessants qui éclaboussent le milieu médical nous révèlent que c'est bien le système de santé dans son ensemble qui est corrompu
El médico omnisciente mito usado por la gracia de una necesariamente desinteresado y humanístico vivido. Los escándalos incesantes que la comunidad médica nos dicen que es el sistema de salud en su conjunto es corrupto

Como John Cairns, profesor de microbiología en la Universidad de Harvard, Que publicó en 1985, un crítico en Scientific American: "Aparte de algunos cánceres poco frecuentes, es imposible detectar cualquier mejora con quimioterapia en la mortalidad de los cánceres más importantes. Nunca se estableció que cualquier tipo de cáncer se puede curar con quimioterapia. "
Nueva confirmación del Dr. Albert BravermanHematólogo y oncólogo neoyorquinos en la revista The Lancet: "Muchos oncólogos recomiendan quimioterapia para prácticamente cualquier tumor, con un optimismo no se desanime por un fallo casi inevitable [...] sin neoplasia diseminada, incurable en 1975 es curable aujourd 'hui. "(Cfr El cáncer en el 1990, Vol. 337, 1991, p.901).
En cuanto al doctor Charles Moertal, oncólogo de la Clínica Mayo, admite: "Nuestros protocolos más eficaces están llenos de riesgos y efectos secundarios; y después de todos los pacientes que hemos tratado han pagado ese precio, sólo una pequeña fracción es recompensado con un período transitorio de regresión tumoral incompleta. "
Alan Nixon, ex presidente de la Sociedad Americana de Química, es aún más radical: "Como químico capacitado para interpretar las publicaciones, es difícil entender cómo los médicos pueden ignorar la evidencia de que la quimioterapia hace mucho, mucho más daño que bien. "
Ralph Moss no es un científico médico que estudia el cáncer para las edades. Escribe artículos sobre el tema en revistas de prestigio como The Lancet, la revista del Instituto Nacional del Cáncer, el Diario de la Asociación Médica Americana, la revista New Scientist, y ha publicado un libro:
“The Cancer Industry” [2] : « Finalement, il n’existe aucune preuve que la chimiothérapie prolonge la vie dans la majorité des cas, et c’est un grand mensonge d’affirmer qu’il existe une corrélation entre la diminution d’une tumeur et l’allongement de la vie du patient. » Il avoue qu’il croyait autrefois en la chimiothérapie, mais que l’expérience lui a démontré son erreur : « Le traitement conventionnel du cancer est tellement toxique et inhumain que je le crains davantage que mourir d’un cancer. Nous savons que cette thérapie ne marche pas — si elle marchait vous ne craindriez pas davantage le cancer qu’une pneumonie. […] Cependant, la plupart des traitements alternatifs, quelles que soient les preuves de leur efficacité, sont interdits, ce qui oblige les patients à se diriger vers l’échec car il n’ont pas d’alternative. Le Dr Maurice Fox, professeur émérite de biologie au MIT (Massachusetts Institute of Technology) [3] a constaté, comme nombre de ses pairs, que les cancéreux qui refusaient les soins médicaux avaient un taux de mortalité inférieur à ceux qui les acceptaient.
El Centro del Cáncer de la Universidad McGill en Canadá enviado un cuestionario a 118 médicos especializados en cáncer de pulmón para determinar el grado de confianza que otorgan a los productos que se están evaluando los científicos universitarios. Se les pidió que imaginaran que tenían cáncer y decir qué droga se eligen entre los seis ensayos en curso.
Había 79 respuestas médicos, entre ellos 64 o 81% no estaría de acuerdo en participar en los ensayos de quimioterapia con cisplatino que las que fueron probadas y otros 58 médicos de la misma 79 o 73% , estimaron que los ensayos en cuestión eran inaceptables, siendo dada la ineficacia de los productos y su alta toxicidad. [4]
Por su parte, el Dr. Ulrich Abel, un epidemiólogo alemán Heidelberg-Mannheim Centro de Cáncer revisó todos los documentos publicados en la quimioterapia por más de 350 centros médicos de todo el mundo.
Una vez analizada desde hace varios años, miles de publicaciones, se encontró que la tasa de éxito general de la quimioterapia en todo el mundo era "triste", sólo el 3%, y simplemente no hay evidencia científica lo que indica que la quimioterapia puede "prolongar la vida del paciente notablemente sufren de los cánceres orgánicos más comunes."
Él describe la quimioterapia como "terreno baldío científica" y dice que al menos el 80% de la quimioterapia se administra en todo el mundo es inútil y es similar a las "ropas nuevas del emperador", cuando ni el médico ni el paciente no desea renunciar a la quimioterapia. Dr. Abel llegó a la conclusión: "Muchos oncólogos dan por sentado que la quimioterapia prolonga la vida de los pacientes. Esta es una opinión basada en una ilusión que no es compatible con todos los estudios clínicos [5] ". Este estudio nunca ha sido discutido por los principales medios de comunicación y fue completamente enterrado. Entendemos por qué.
En resumen, la quimioterapia es altamente tóxico y puede hacer la diferencia entre las células sanas y células cancerosas. Se destruye gradualmente el sistema inmunológico no puede proteger el cuerpo humano de enfermedades comunes. Alrededor del 67% de las personas que mueren en el tratamiento de cáncer de su deber a infecciones oportunistas que no se libran por el sistema inmune.
El estudio más reciente y significativo fue publicada por el Diario de Oncología Clínica [6] y dirigido por tres famosos oncólogos de Australia, el profesor Graeme Morgan, de la Royal North Shore Hospital en Sydney, el profesor Robyn Ward, [7] Universidad nueva Gales del Sur-St. El Hospital de Vicente y el Dr. Michael Barton, un miembro de la Colaboración para la Evaluación de Liverpool Servicio de Salud en Sydney Cáncer de Investigación de Resultados y.
Leur travail minutieux est basé sur l’analyse des résultats de toutes les études contrôlées en double aveugle menées en Australie et aux États-Unis, concernant la survie de 5 ans mise au crédit de la chimiothérapie chez les adultes durant la période de janvier 1990 à janvier 2004, soit un total de 72 964 patients en Australie et de 154 971 aux États-Unis, tous traités par chimiothérapie. Cette vaste étude démontre qu’on ne peut plus prétendre, comme de coutume, qu’il ne s’agit que de quelques patients, ce qui permet aux systèmes en place de les balayer avec mépris du revers de la main. Les auteurs ont délibérément opté pour une estimation optimiste des bénéfices, mais malgré cette précaution, leur publication prouve que la chimiothérapie ne contribue qu’à un peu plus de 2 % à la survie des patients après 5 ans, soit 2,3 % en Australie, et 2,1 % aux États-Unis. « Certains praticiens restent pourtant optimistes et espèrent que la chimiothérapie cytotoxique [8] prolongera la vie des cancéreux », ont déclaré les auteurs dans leur introduction. Ils demandent à juste raison, comment il se fait qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années, continue à obtenir un tel succès dans les statistiques des ventes. Il est vrai qu’on peut leur répondre que les patients peu curieux ou simplement affolés n’ont aucun choix : on ne leur propose rien d’autre.
Massoud Mirshahi, investigador de la Universidad Pierre y Marie Curie y su equipo encontró en 2009 que las nuevas células del microambiente tumoral estarían implicados en la resistencia a la quimioterapia de las células cancerosas y la recurrencia con metástasis. Estas células se han denominado "Hospicells" porque sirven nichos que tienen la propiedad de la fijación de un gran número de células cancerosas y protegerlos de la acción de la quimioterapia.
Los "Hospicells" provienen de la diferenciación de células madre de médula ósea, y están presentes en derrame en pacientes con cáncer (ascitis, efusiones pleurales). Las células cancerosas, agrupadas en torno a un "Hospicell" verdadera forma pequeños nódulos cancerosos. En estos nódulos también se identificaron células inmuno-inflamatorio.
La microscopía electrónica mostró que había zonas de fusión entre las membranas "Hospicells" y los de las células cancerosas, lo que permite el paso de material celular a otro.
Además, los investigadores observaron material de la membrana de la transferencia de "Hospicell" a las células cancerosas, un fenómeno llamado trogocitosis. Varios otros mecanismos, tales como el reclutamiento de células inmunes supresor o la secreción de factores solubles por "Hospicells" también ayudan a la resistencia de las células cancerosas contra la quimioterapia.

CANCER : "LA VÉRITÉ TRÈS INDÉSIRABLE SUR LA CHIMIOTHÉRAPIE". CHIMIOTHÉRAPIE....ET CARTEL PHARMACEUTIQUE
CÁNCER: "LA VERDAD SOBRE mayoría de la quimioterapia no deseados." QUIMIOTERAPIA ... y cartel farmacéutico

Dada su importancia, se sugiere que las células cancerosas "anidados" en una "Hospicell" podrían ser considerados responsables de la enfermedad residual. Para la investigación, por lo que es importante encontrar fármacos que pueden tanto destruir las células cancerosas y "Hospicells" [9].
El estudio más significativo fue publicado en el Journal of Clinical Oncology [10] y el mando de tres famosos oncólogos de Australia, el profesor Graeme Morgan, de la Royal North Shore Hospital en Sydney, el profesor Robyn Ward, [11] de la Universidad de Nueva Gales del Sur-St. El Hospital de Vicente y el Dr. Michael Barton, un miembro de la Colaboración para la Evaluación de Liverpool Servicio de Salud en Sydney Cáncer de Investigación de Resultados y.
Otros estudios han aparecido recientemente: El primero, publicado en la revista Nature, Indica que una gran mayoría de los estudios sobre el cáncer son inexactas y potencialmente fraudulenta. Los investigadores suceden sólo en raras ocasiones para replicar los resultados de los estudios más grandes "de referencia". Entre 53 estudios importantes sobre el cáncer, sin embargo, publicados en revistas científicas de alto nivel, 47 nunca podría ser replicado con resultados similares.
Esto no es un hecho nuevo, desde el año 2009, investigadores de la Universidad del Centro Integral del Cáncer de Michigan También había publicado los resultados de estudios sobre el cáncer de famosos, todos sesgados hacia la industria farmacéutica.
Y sigue siendo de conocimiento común que algunos medicamentos contra el cáncer que causa la metástasis. Esta larga lista de publicaciones, todas negativas y no exhaustivos sobre los "beneficios" de la quimioterapia, podría explicarse por el trabajo de unos investigadores de la Escuela de Medicina de Harvard en Boston (EE.UU.), quien encontró que los dos fármacos utilizados en la quimioterapia provocar el desarrollo de nuevos tumores, no al revés! Es estos nuevos fármacos que bloquean los vasos sanguíneos que "alimentar" el tumor. Especialistas llaman los tratamientos "anti-angiogénesis".
Estos fármacos, Gleevec y Sutent (activa, imatinib y sunitinib) tienen un efecto demostrado en la reducción de tamaño del tumor. Sin embargo, destruyen células pequeñas poco estudiada hasta ahora, pericitos, que mantienen bajo control el crecimiento del tumor. Liberado de los pericitos, el tumor es mucho más fácil de difundir y "metástasis" en otros órganos. Por lo tanto, los investigadores de Harvard consideran ahora que, aunque el tumor principal disminuye en volumen debido a estos medicamentos, el cáncer también es mucho más peligroso para los pacientes! (Cancer Cell, 10 de junio de 2012).
El profesor Raghu Kalluri, que publicó estos hallazgos en la revista Cancer Cell, dijo: "Si usted no toma en cuenta el crecimiento del tumor, los resultados fueron buenos. Pero si das un paso atrás y mirar todas inhibe los vasos sanguíneos del tumor no contiene la progresión del cáncer. De hecho, el cáncer se disemina. "
El minucioso trabajo de tres oncólogos australianos famosos (cuyo estudio es más sorprendente), se basa en el análisis de los resultados de todos los estudios doble ciego controlados realizados en Australia y los Estados Unidos con respecto a la supervivencia de 5 años hasta crédito de la quimioterapia en los adultos durante el período de enero 1990 a enero 2004, un total de 72 964 pacientes en Australia y 154.971 en los EE.UU., todos ellos tratados con quimioterapia. Este amplio estudio muestra que no podemos afirmar, como de costumbre, es sólo unos pocos pacientes, lo que permite sistemas para barrer con desprecio de las manos.
Los autores optado deliberadamente por una estimación optimista de los beneficios, pero a pesar de esta precaución, la publicación muestra que la quimioterapia contribuye sólo un poco más del 2% en la supervivencia de los pacientes después de 5 años, el 2,3% en Australia y el 2,1% en los Estados Unidos. Por último, un estudio publicado en la revista Nature Medicine en 2012, podría cambiar la idea que tenemos de la quimioterapia.
Investigadores del Centro de Investigación del Cáncer Fred Hutchinson, en Seattle de hecho, han encontrado que desencadenaría en las células sanas produciendo una proteína que alimentan los tumores. Mientras que los investigadores estaban trabajando en la resistencia a la quimioterapia en casos de mama metastásico, próstata, pulmón y colon, descubrieron por casualidad que la quimioterapia no sólo no cura el cáncer, pero activo en lugar el crecimiento y la extensión de las células cancerosas.
La quimioterapia, un método estándar de tratamiento para el cáncer hoy en día requiere células sanas liberan una proteína que realmente alimenta las células cancerosas y las hace crecer y proliferar. Según el estudio, la quimioterapia induce la liberación de las células sanas de una proteína, WNT16B, que ayuda a promover la supervivencia y el crecimiento de las células cancerosas.
La quimioterapia también daña definitivamente de ADN de las células sanas, daños a largo plazo que persiste mucho después del final del tratamiento con quimioterapia.
"Cuando se segrega proteínas WNT16B, sería interactuar con las células cancerosas cercanas y crecería, se extendió y lo más importante, se resisten a la terapia posterior", explicó el coautor del estudio Peter Nelson, del Centro de Investigación del Cáncer Fred Hutchinson, en SeattleCon respecto a este descubrimiento completamente inesperado.
"Nuestros resultados indican que a cambio de células benignas respuestas pueden contribuir directamente a un crecimiento dinámico del tumor", dijo que el equipo completo para lo que ha visto.
Lo que quiere decir: Evitar la quimioterapia aumenta las posibilidades de recuperar la salud. ¿Cómo es que una terapia que ha contribuido tan poco a la supervivencia de los pacientes en los últimos 20 años continúa para lograr tal éxito en las estadísticas de ventas. Es cierto que los pequeños pacientes curiosos o simplemente pánico no tienen otra opción: que les ofrecemos nada más que "el Protocolo".
A qué presión el oncólogo actual es objeto de seleccionar el tratamiento del paciente? Anteriormente, optó por el médico adecuado, en conciencia, de acuerdo con el juramento hipocrático, el mejor tratamiento para el paciente. Él por lo tanto prometió su responsabilidad personal después de una larga discusión con su paciente. "Desde la década de 1990 - y en particular por lo que cada vez más autoritario ya que el Plan de Cáncer 2004 - la libertad para tratar el oncólogo desapareció en Francia y en otros países occidentales.
En pretexto falaz de la calidad de la atención, todos los registros de los pacientes se "discuten" reunión multidisciplinar donde, de hecho, el ensayo clínico en marcha el ensayo de nuevos fármacos es requerido por la "comunidad". El practicante que desea establecer una excepción a ese sistema debe ser explicado e incurre en todos los posibles problemas, especialmente la vista del servicio al que participa perder su licencia para practicar la oncología. "
El Dr. Nicole Delépine resume lo que puede suceder cuando nos alejamos de protocolos estrictos para adaptarse a las circunstancias individuales de los pacientes. Sólo 3 de los 4 médicos se atreven a rechazar la quimioterapia por sí mismos, en el caso del cáncer, debido a su ineficiencia en la enfermedad y sus efectos devastadores en todo el cuerpo humano. Pero este detalle no se podrá ver a los enfermos.
El Dr. Jacques LacazeGraduado del cáncer y ardiente defensor del trabajo del Dr. Gernez sobre el tema, cree que la única solución real es la prevención: "De hecho, el cáncer es una vida oculta de 8 años en promedio. Durante este largo período, el embrión cáncer es muy vulnerable, no puede descarrilar.
Todos los expertos coinciden en que la realidad, pero muy pocos de ellos abogan por una política de prevención. Sin embargo, es fácil de implementar. Sabemos que la curva de incidencia de cáncer comienza alrededor de los 40 años, de modo que un cáncer en el futuro se trasladó a 32 años.
El estudio SUVIMAX mostraron que una simples vitaminas de administración de suplementos y minerales suficientes para disminuir la incidencia de cáncer en un 30%. El estudio duró 8 años. No influye en la política de salud pública se ha dibujado. Por supuesto, la industria farmacéutica no quiere oír hablar de eso: no vio la rama sobre la que estamos sentados.
La profesión médica está bajo el control de los "grandes jefes" que hacen con lluvia o sol y son bien pagados por la industria (busque en la Internet se puede ver que la mayoría de estos grandes jefes recibieron salarios de una manera u otro en un laboratorio). Y la mayoría de los médicos básicos siguen sin pestañear! Y ¡ay de los que piensan lo contrario y que cuestionan las vacunas o antibióticos o quimioterapia. [...] debo añadir, ya que corresponde a mi práctica y los estudios reales por algunos servicios especializados, muchos complementaria o alternativa de los productos calificados son eficaces, pero prohibida y perseguida por las autoridades a las órdenes de la industria farmacéutica. "

Para obtener más información sobre la prevención del cáncer, visite el sitio web de gernez.asso.fr

Hay que recordar en este caso que sólo la presión de las personas afectadas, es decir, todos nosotros se doblará el sistema.
[1] Actas de la Academia de Ciencias Médicas NY, vol 6, 1956.
[2] Equinox Press, 1996.
[3] Miembro de la Academia Nacional de Ciencias, el Instituto de Medicina y de la Academia Americana de las Artes y las Ciencias.
[4] Citado por el Dr. Allen Levin, en su libro La curación del cáncer.
[5] Abel U. "La quimioterapia de cáncer epitelial avanzado, revisión crítica". Biomed Pharmacother. 1992; 46 (10): (439-52).
[6] "La contribución de la quimioterapia citotóxica a 5 años de supervivencia en tumores malignos de adultos," Oncol Clin (R Coll Radiol). 2005 Jun; 17 (4): 294.
[7] El profesor Ward también parte del Departamento de Ministerio de Salud para asesorar al Gobierno de Australia sobre los efectos de los medicamentos autorizados, de forma similar a la Administración de Alimentos y Fármacos de Estados Unidos.
[8] La propiedad tiene un agente químico o biológico para alterar y posiblemente destruir las células.
[9] Oncológica trogocitosis años de células estromales originales induce quimiorresistencia de los tumores ováricos. Rafii A, Mirshahi P Poupot M, Faussat AM, Simon A, Ducros E, Mery E, Couderc B, Lis R Capdet J Bergalet J Querleu D, Dagonnet F, Fournié JJ, Marie JP, Pujade-Lauraine E, Favre G, J Soria, M. Mirshahi
[10] "La contribución de la quimioterapia citotóxica a 5 años de supervivencia en tumores malignos de adultos," Oncol Clin (R Coll Radiol). 2005 Jun; 17 (4): 294.
[11] El profesor Ward también parte del Departamento de Ministerio de Salud para asesorar al gobierno australiano sobre los efectos de los medicamentos autorizados, de forma similar a la Administración de Alimentos y Fármacos de Estados Unidos.
[12] "La contribución de la quimioterapia citotóxica a 5 años de supervivencia en tumores malignos de adultos," Oncol Clin (R Coll Radiol). 2005 Jun; 17 (4): 294.
[13] El profesor Ward también parte del Departamento de Ministerio de Salud para asesorar al gobierno australiano sobre los efectos de los medicamentos autorizados, de forma similar a la Administración de Alimentos y Fármacos de Estados Unidos.
Sylvie Simon Mediapart.fr

20 EFFETS SECONDAIRES COURANTS
DE LA CHIMIOTHÉRAPIE
1. Perte de cheveux.
2. Nausées et vomissements.
3. Déshydratation.
4. Neuropathies (douleurs, brûlures, pertes de sensibilité).
5. Immunité détruite (globules blancs tués).
6. Anémie.
7. Ménopause artificielle – stérilité.
8. Douleurs osseuses – ostéoporose.
8. Douleur osseuse/perte de densité osseuse.
9. Cœur et divers organes endommagés.
10. Perte auditive.
11. Perte de vision.
13. Lésions nerveuses.
14. Diarrhée violente.
15. Prise ou perte de poids.
16. Céphalées violentes et douleur mâchoires.
17. Odorat et goût : altérations ou perte.
18. Anxiété maladive.
19. Brouillard mental – mémoire défaillante.
20. Yoyo émotionnel.
Liste non exhaustive…
Remarque : Nous sommes bien loin du serment d’Hippocrate : “NE JAMAIS NUIRE…” !

24 avis / commentaires / témoignages sur “CÁNCER: "LA VERDAD SOBRE mayoría de la quimioterapia no deseados." QUIMIOTERAPIA ... y cartel farmacéutico"

  1. Ferrier :

    Bonjour,
    Mon papa est traité depuis 3 ans pour un cancer du poumon, adénocarcinome avec nodule au cerveau traité par radiothérapie, et métastase sur une surrénale… chimio immuno, chimio, tout cela dégénère depuis 6 mois, il a perdu 20 kilos fait une hémorragie digestive, opéré du canal cholédoque… bref le stade est critique Il est shooté à la morphine et d’une humeur exécrable . Il ne mange plus ou une cuillère d’aliment par jour. Il est nourrit par poche la nuit. J’ai entendu parlé de l’artemisia. Que pouvez vous nous recommander ? nous sommes désemparés et tellement impuissant car on subit tous un protocole médical qui semble l achever.’ D’avance merci

    • Stoenescu Aura :

      Article très intéressant, merci beaucoup, pour toute ces infos, heureusement que nous avons les produits naturels, ils ont toujours été là d’ailleurs, mais il nous ont fait oublier!!

    • akpatahf :

      Salut
      Comment pourrais-je avoir vos produits étant au USA ? Après un frottis ils on découvert des tissus anormaux et m’ on demander une biopsie j’ attend le résultat j’ ai tellement peur que je m’informe déjà quel sont les produits que vous pouvez me conseiller pour Le cancer de l’utérus. Thanks

      • Biologiquement.com :

        Bonjour,
        Merci pour votre message, pour une rémission naturelle, nous vous conseillons d’associer la feuille de graviola et ou artemisia annua (en teinture mère pour plus d’efficacité), la racine de pissenlit, les noyaux d’abricot amères, du desmodium pour prévenir la destruction du foie par la chimio (mais pas en sirop, il faut consommer le produit naturel, en poudre ou en gélules), de curcuma, de la poudre de maca et la poudre de baobab Baomix ou de la poudre de moringa pour le fer, la vitalité et le système immunitaire.
        Tous ces produits sont compatibles avec une chimio.
        Pour la guérison complète il faut du temps, la maladie a mit du temps à s’installer, il faut du temps pour qu’elle parte.
        En générale un cure doit durer 3 mois, vous pouvez par la suite faire une pause thérapeutique d’une semaine et reprendre.
        Mais cela dépend de votre état général.
        Nous vous conseillons de respecter les dosages indiqués sur les sachets (dose minimum pour la prévention, dose maximum conseillée pour la guérison).
        Avec les produits naturels c’est la régularité qui importe et moins la quantité.
        Tous les produits du laboratoire Biologiquement sont compatibles et complémentaires, ils ont aussi été sélectionnés car ils n’ont pas d’interaction et travaillent en synergie avec des traitements chimiques.
        Ces produits naturels s’attaquent aussi aux cellules tumorales résistantes à la radiothérapie ou à la chimiothérapie, et protègent de toutes rechutes futur.
        Dans le même temps il faut arrêter tout ce qui donne le cancer, le sucre (tout ce qui est sucré à part le miel bio et les fruits), la viande, qui est chargée en hormones, produits chimiques ingéré par l’animal, antibiotiques… et les produits laitiers, qui sont des matières grasses, qui concentrent encore plus tous ces agents cancérigènes.
        Mangez un maximum de fruits et légumes crus.
        Il faut aussi vous forcer à faire des exercices tous les jours.
        Nous livrons aussi nos produits aux États Unis d’Amérique.
        Bien à vous
        L’équipe du laboratoire Biologiquement.com

      • Paulo :

        Recherchez tous vos chocs émotionnels dans votre passé , puis quand vous les avez identifiés éliminez les en utilisant la méthode EMDR .Ce en plus des plantes .
        C’est la méthode Hammer , les résultats sont tout simplement fabuleux … Et vous saurez si le protocole a fonctionné quasi immédiatement , sous 24 heures vous allez ressentir les symptômes des gens qui ont une guérison miraculeuse à Lourdes .
        Intenses tremblements , sensation de froid puis sensation de “feu” aux endroits atteints .
        Bonne guérison , et prompt rétablissement à vous .

  2. Bra :

    très intéressant. j’ai bien compris que le meilleur moyen est la prévention mais qui est surtout valable pour ceux qui ne l’ont pas eu. pour ceux qui l’ont attrapé, quelle est l’alternative exactement? qu’en est-il de la chirurgie? on accepte l’opération? et les radiothérapie-hormonothérapie? merci de votre retour.

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      nous pouvons vous dire par expérience que les gens vivent avec le cancer et décèdent de la chimiothérapie. De plus vous devez faire de la chirurgie simplement si la grosseur gêne un organe dans son fonctionnement normal.
      Le cancer est un signal, une réaction d’un déséquilibre dans de votre métabolisme, souvent à cause de déchets qu’il n’arrive pas a évacuer. En adoptant un mode de vie, un régime adéquat et un traitement par les plantes, vous pouvez tout à fait contrôler ce cancer.
      Voici les plantes que nous vous conseillons pour le traitement naturel du cancer.
      Dans un premier temps nous vous conseillons la poudre de fruit de baobab Baomix pour sa richesse en antioxydant (très riche en vitamine C) et son action sur le système immunitaire (du sang et du côlon). La flore intestinale représente à peu près 1,5 kilograme de votre masse corporelle, c’est donc pratiquement le poids de votre tête, vous comprenez alors que c’est un organe très très important et qu’il faut le chouchouter, et cela la poudre de fruit Baomix sans charge très bien.
      Il faut de l’Artemisia annua qui est une plante aromatique qui a été utilisée par la médecine chinoise en tant que puissant remède du paludisme. L’action de cette plante est plus efficace avec un apport naturel de fer, il faut donc l’associer à la poudre de moringa. Une autre plante indispensable c’est la feuille de graviola corossol, qui contiennent de l’acétogénine, un anti cancer puissant. Toutes ces plantes sont très efficaces pour tuer les cellules cancéreuses. En plus de traitement naturel vous pouvez ausi prendre de la racine de pissenlit en gélules et de la bromélaïne.
      L’une des particularités des cellules cancéreuses est que leur renouvellement est rapide et qu’elles ont des besoins nutritionnels élevés. Ainsi un apport constant et régulier en nutriments leur permet une croissance optimale. Certains avançant qu’en réduisant l’apport en nutriment (par un jeûne ou une restriction), il est possible de lutter contre le cancer, de renforcer l’efficacité du traitement anti-cancéreux, ou encore d’en limiter les effets secondaires.
      Le corps, pour sa survie, est en effet capable de ralentir son métabolisme et de mettre en place des mécanismes biochimiques particuliers, comme l’utilisation des graisses afin de produire de l’énergie, ce qui conduit à un état physiologique dit de « cétose ».
      Les animaux jeûnent instinctivement lorsqu’ils sont malades afin de faciliter les mécanismes d’auto-guérirons. De plus, nous autres humains, ressentons souvent une perte d’appétit lorsque nous déclenchons une maladie aiguë, ce qui nous poussent généralement, tous comme les animaux, à jeûner de manière instinctive.
      Aussi, le jeûne active un mécanisme de nettoyage et de recyclage cellulaire, appelé autophagie. Il permet en quelque sorte de se débarrasser des structures cellulaires non indispensables ou en mauvaises états, ou encore infectées par des virus ou autres micro organismes, et de les réutiliser à bon escient ou pour aider le corps à éliminer les agents infectieux.
      Le jeûne consiste en un arrêt total d’alimentation, avec maintien ou non d’une consommation d’eau.
      Le jeûne est sans doute l’une des plus anciennes approches d’autoguérison. Même dans la nature, les animaux cessent instinctivement de manger quand ils sont malades ou blessés. Le jeûne complet consiste à s’abstenir de tout aliment (solide et liquide), à l’exception de l’eau, pendant une période plus ou moins longue dans le but de reposer, détoxiquer et régénérer l’organisme.
      Le jeûne réduit considérablement le nombre de globules blancs du sang, cela déclenche la régénération des cellules souches de nouvelles cellules du système immunitaire. Plus important encore, il réduit l’enzyme PKA, qui a été liée au vieillissement, à la progression des tumeurs et au cancer.
      De plus le jeûne n’entraîne pas une aggravation de la maladie, mais permet au corps d’avoir une extraordinaire capacité de tolérance à la chimiothérapie.
      HIPPOCRATE (4e siècle avant J.C.), « le père de la médecine », AVICENNE, puis GALIEN utilisaient le jeûne pour soigner leurs malades. Hippocrate disait « Plus vous nourrirez un malade, plus vous lui ferez de mal » et « soigner ses petits maux par le jeûne plutôt que de recourir aux médicaments ». Le jeûne a été couramment utilisé jusqu’au Moyen-âge, mais, avec l’avènement de la médecine moderne, il est peu à peu tombé en désuétude.
      Cordialement
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  3. RACHEL MARTIN :

    bonjour, même si j’avais connaissance de la surpercherie médical et des labos pharmaceutique, je reste bleufée sur ces pratiques qui se résume en “crime contre l’humanité” ni plus ni moins. Les médias font bien leur boulot en détournant l’attention du citoyen vers des problèmes mineurs mais qu’ils prennent soins d’amplifier afin que l’on se jettent les uns contre les autres et en attendant ils se remplissent les poches… mais cet argent sale leur apportera t-il le bonheur escompté… j’en doute en attendant …… Merci pour les informations postées qui renforcent ce que nous savons au plus profond de nous. Merci à vous tous.Rachel

  4. Chantal TOUZEAU :

    Bonsoir
    Que pensez vous de l’argile verte prise par voie orale(boire uniquement l’eau dans lequel a stagné de la poudre d’argile verte durant une nuit. Un verre d’eau 1 fois par semaine. Que pensez vous de cette méthode à partir d’argile? Naturelle aussi.
    Merci beaucoup pour votre réponse
    Cordialement
    Chantal

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      L’argile est une terre volcanique naturelle utilisée à des fins curatives, c’est une source naturelle de minéraux et d’oligo-éléments (notamment silice, silicates d’aluminium, magnésium, calcium, fer, phosphore, sodium, potassium, cuivre, zinc, sélénium, cobalt, manganèse…) qu’elle renferme dans des proportions variables. L’argile désigne une grande variété de roches argileuses, qui peuvent être de différentes couleurs (verte, rouge, bleue, jaune, grise, blanc, brune, rose…) Sa couleur varie en fonction des oxydes de fer (limonite) qu’elle renferme.
      Riche en silice et en minéraux, l’argile verte est le médicament naturel à toujours avoir à la maison. Elle purifie, désinfecte, et soulage certaines douleurs.
      Faites des cataplasmes appropriée à base d’argile et de cire d’abeille avec de l’huile d’olive.
      Mettez l’argile verte (poudre ou morceaux) dans un bol (verre, terre-cuite ou bois ou à défaut porcelaine – PAS DE MÉTAL OU DE PLASTIQUE). Ajoutez de l’eau pour couvrir l’argile – couvrez le bol avec une plaque en verre, pierre, bois, ou porcelaine. Après 10 minutes, versez l’eau et laissez macérer l’argile pendant 90 à 120 minutes. Si l’argile est trop liquide ajoutez un peu d’argile en poudre. Prenez un grand mouchoir, un morceau de vieux drap ou de tissu similaire pour prendre l’argile nécessaire du bol.
      Mettez toujours un cataplasme d’abord sur le ventre – L’argile verte doit être en contact direct avec la peau. Formez un second cataplasme et appliquez-le sur l’endroit à guérir. Celui-ci peut être une blessure, une tumeur, un os brisé ou simplement un endroit douloureux.

      Le naturopathe français Raymond Dextreit du XXème siècle, soignait les tumeurs avec de l’argile verte. Son livre « L’argile qui guérit » présente plusieurs témoignages de personnes ayant vaincu le cancer et attribuant leur guérison à ce traitement naturel.

      Si la science se désintéresse à l’argile verte, c’est aux patients de la faire avancer ! Après tout, la Genèse nous raconte que Dieu créa l’être humain avec un peu d’eau et d’argile ( le nom Adam vient du mot Adama, qui signifie la terre en hébreu.) Et cette terre semble de nature à éveiller des pouvoirs autocuratifs lorsque nous l’absorbons ou l’appliquons en cataplasme. Ce matériau biblique n’est-il pas un cadeau divin, une sorte de panacée du terrain, une ressource thérapeutique inépuisable offerte aux êtres vivants.
      Certains témoignages, il est vrai, montrent que des personnes ont réussi à éradiquer leur cancer (ou d’autres maladies graves) grâce à l’argile (ou d’autres méthodes naturelles). Il est également vrai que certaines guérisons sont intervenues alors que la médecine classique condamnait ces personnes à une mort certaine.
      Pour les personnes qui font de la radiothérapie pour lutter contre le cancer, nous conseillons l’application d’argile verte en cataplasme au niveau local des rayons APRÈS la séance de radiothérapie, l’argile verte limitera les risques de brûlures et effets secondaires.
      Au cours de la maladie, il conviendra d’adapter l’alimentation au traitement suivi : chimiothérapie, radiothérapie, corticothérapie, hormonothérapie, antibiothérapie… À chaque situation correspond une alimentation particulière. Mais une fois le traitement terminé, il faudra revenir au régime méditerranéen que l’on complétera régulièrement par des cures de probiotiques (comme le fruit de baobab Baomix), de chlorophylle (comme la feuille de moringa) et d’argile verte afin de reconstituer la flore et la muqueuse intestinale, malmenées par les thérapies anticancéreuses.
      Cordialement
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  5. HENIN :

    Bonjour, auriez-vous une étude médicale sérieuse à citer concernant la vitamine B17 qui serait utile contre les cancers ? Merci d’avance pour votre retour.

    • Biologiquement.com :

      Bonjour, les amandes amères d’abricot, et leur dérivés tel que la Laetrile on été interdit en France et en Europe car ils sont un substitut la chimiothérapie qui elle rapporte des milliards de dollars par ans à l’industrie pharmaceutique. J’imagine que quand vous parlez d’étude médicale sérieuse vous parlez d’étude qui n’ont pas été acheté, les résultats de ce d’études sont très difficile à trouver, surtout pour les médicaments issus de l’industrie pétrolière, car quand vous gagner des milliards d’euros par an vous ne vous embêtez pas avec des études, vous les financez et les résultats vont toujours dans votre sens.
      Sur le moteur de recherche Google Scholar en tapant la requête “Laetrile for cancer” vous trouverez des études de petit laboratoire indépendant très intéressante. Je vous conseille aussi de chercher du côté de l’Allemagne ou c’est un traitement qui est donné par voie injectable dans certains hôpitaux. La plupart des résultats d’étude sont en anglais car en France les produits naturels sont diabolisés depuis déjà très longtemps, les lobby en France sont très puissant et tout le monde trouve ça normal.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  6. CATHY JOHANNES :

    Bonjour,
    J’ai souhaité imprimer vos documents, malheureusement je n’y arrive pas.
    Serait-il possible pour vous de me les envoyer par mail?
    Je vous en remercie par avance, recevez toute ma gratitude.
    Faites très attention à vous….
    Mon adresse mail: anjucalife@gmail.com
    Cordialement,
    Cathy Johannes

  7. janod :

    Est-il bon de prendre certains miels comme le thym pour un cancer digestif avec occlusion partielle intestinale?
    Un emplâtre d’argile serait-il bénéfique sur l’estomac et l’intestin?
    Cordialement
    Genevieve

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Le cancer de l’œsophage est une tumeur qui se développe dans les cellules de l’œsophage. C’est un cancer avec un taux de mortalité élevé, car le diagnostic est souvent tardif.
      Bien que les causes exactes du cancer de l’œsophage ne soient pas entièrement connues, il existe certains facteurs pouvant déclencher la maladie comme le tabagisme, la consommation excessive d’alcool ainsi que de boissons chaudes ou brûlantes comme le thé ou le maté (c’est le cas surtout en Amérique du sud), des infections virales, etc.
      Le cancer de l’œsophage est comme son nom l’indique une tumeur qui prend naissance au niveau des cellules de l’œsophage, précisément dans la muqueuse œsophagienne.
      L’œsophage est un organe allongé en forme de tube reliant la partie supérieure du tractus digestif (bouche et gorge) à l’estomac. L’œsophage a pour fonction de conduire les aliments et liquides de la bouche vers l’estomac.
      Le type le plus fréquent de cancer de l’œsophage est le carcinome épidermoïde spinocellulaire touchant en général la partie supérieure de l’œsophage. Un autre type de cancer est l’adénocarcinome affectant surtout les cellules glandulaires au niveau de la partie inférieure de cet organe, en particulier dans son tiers inférieur.
      Il existe d’autres types de cancer plus rares comme le choriocarcinome, le lymphome, le sarcome ou le cancer à petites cellules.
      Le cancer de l’œsophage est parfois associé à un cancer de la gorge ou à un cancer au niveau broncho-pulmonaire, c’est le cas en particulier chez des fumeurs ou alcooliques.
      Dans la phase initiale, ce cancer ne présente en général pas de symptômes, ce qui rend le diagnostic précoce difficile. Avec l’avancée de la maladie et notamment la masse tumorale qui croît, des symptômes peuvent apparaître comme:
      – des difficultés à avaler ou à déglutir (dysphagie). Lire aussi sous complications
      – douleurs à la déglutition
      – douleur rétrosternale
      – douleur dans le thorax
      – sensation de blocage au niveau de l’œsophage
      – symptômes ressemblant à une brûlure d’estomac (acidité gastrique)
      – indigestion
      – fatigue
      – perte de poids sans cause apparente. A cause de la difficulté d’avaler, le patient peut perdre jusqu’à 10% de son poids corporel
      – toux et enrouement
      Le problème est que lorsque l’œsophage est atteint, il introduit des tas de problèmes en cascade, y compris sur le plan psychologique.
      Les probiotiques et les prébiotiques aident à rééquilibrer la flore intestinale, la pulpe de baobab Baomix est efficace pour prendre soin de votre flore intestinale.
      La poudre de baobab Baomix est une source de vitalité qui participe à la remise en forme de l’organisme et au tonus, mais elle rééquilibre aussi la flore intestinale grâce à ces probiotiques.
      La feuille de moringa bio en poudre ou en gélules peut aussi vous aider à régler cela, c’est aussi un aliment probiotique.
      Manger de la viande exceptionnellement et de préférence blanche, dans des plats où celle-ci n’est pas l’ingrédient principal. Priorité aux légumineuses (attention au mode de cuisson, qui doit rester léger), avec des petites bouchées de viande. C’est aussi ainsi que l’on se nourrit encore dans les pays les plus démunis et l’on ne s’en porte pas plus mal malgré la pauvreté.
      Se gaver de produits laitiers, c’est donc se gaver d’hormones de croissance inadaptées à notre organisme. Ce n’est pas un hasard si les nouveaux traitements en cancérologie passent pas des thérapies ciblées sur le tissu tumoral, des anti-angiogéniques, autrement dit des anti-facteurs de croissance.
      Le gluten des produits à base de blé, de maïs, de seigle, d’orge, mais aussi de kamut ou d’épeautre favorise la porosité intestinale. Autrement dit l’intoxication générale de nos organes : les mauvaises molécules comme celles du lait, au lieu d’être évacuées par notre côlon, vont aller réveiller nos cellules à potentiel de cancérogénicité. Et détruire notre système immunitaire, d’où l’explosion des maladies auto-immunes.
      Pour combattre efficacement et naturellement ce cancer c’est pour guérir le plus rapidement possible nous vous conseillons de consommer quotidiennement de la poudre de fruit de baobab bio Baomix, de la feuille de Moringa bio, de la poudre de feuilles de Graviola corossol (prenez-la en gélules si le goût vous dérange), et enfin des gélules de pissenlit et des amandes amères d’abricot bio sauvage.
      Le gel contenu dans les gélules de plante d’aloe vera contient de la vitamine B, des mucilages et des acides aminés essentiels qui aident à réduire l’irritation de l’œsophage et du tube digestif.
      Sa consommation contrôle la production excessive de jus acides et protège la muqueuse gastrique contre les irritations qui peuvent produire des ulcères.
      Enfin, des chercheurs du Centre de recherche sur le cancer de l’Université de Cork, ont traité des cellules oesophagiennes cancéreuses avec un composé chimique provenant du curcuma : la curcumine. Celle-ci ont alors commencé à détruire les cellules cancéreuses après 24h d’exposition. La curcumine attaque les cellules par un système de signaux cellulaires alternatif, tout comme la feuille de graviola corossol.
      Vous pouvez prendre tous ces produits en petite quantité mais régulièrement.
      Tous ces produits sont tout à fait compatibles et peuvent être consommé en même temps, ils très complémentaires et vous aideront à guérir rapidement.
      Au plaisir de vous servir
      L’équipe du laboratoire biologiquement.com

  8. Dusausoy Meghann :

    Bonjour, nouveau sur le site je viens chercher des informations afin de venir en « aide » à mon grand père à qui nous avons découvert un cancer de l’estomac ainsi que du pancréas..( résultat obtenu il y’a 1 semaine avec à la clé des métastases.
    Maintenant le protocole retenu par les médecins est la chimiothérapie… étant impuissant à la situation et pas prochimio je souhaiterais me renseigner sur le type de produits /plantes naturelles qui serai adapté à cette situation.
    Mon grand père a 85 ans , pour le moment il n’as pas faim , mange très peu et à perdu du poids, alors qu’il à toujours été bon mangeur.. Le début de cette chimio à domicile est prévu dans 15 jours.
    Le stade de cette maladie est relativement avancé selon les médecins .
    Un grand merci pour votre temps

  9. khadija :

    Bonjour,

    Tout d’abord merci infiniment pour les précieux conseils prodigués sur ce blog et pour la qualité de vos produits.
    J ‘ai quelques petits ganglions ou kystes sur la partie externe des seins mais qui n’ont jamais alerté les radiologues et je refuse depuis quelques années de faire la mammographie (si controversée) car je crains que devoir suivre inutilement des soins qui vont au contraire me fragiliser.
    Mais voilà depuis quelques semaines je sens un petit ganglion ou kyste sous l’aisselle gauche
    (je le sens parfois tiraiiler), il doit faire environ 1 cm, cela m’inquiete un peu mais je n’ose consulter car je crains les suites et je préferais traiter cela naturellement.
    Tout d’abord etant assez fine je me demande s’il est normal de ce fait de sentir quelques ganglions et d’autre part quelle peut etre l’origine de ce ganglion car je n’ai pas de blessure au bras..cela pourrait il etre causé par un encombrement de la gorge?
    Quels serait vos conseils pour le “désengorger? j’applique de tant a autre des cataplasmes d’huile de ricin mais pas pratique de le maintenir, l’argile pourrait elle etre aussi une aide en cataplasme?
    j’ai pris aussi de l’armoise en gélule acheté sur votre site mais pas de manière réguliere.

    Merci d’avance de vos précieux conseils et bonne journée !

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Bénignes dans le plus grand nombre de cas, les mastoses (kystes au sein) ne “cancérisent” pas. Une femme souffrant de mastoses n’a pas plus de risque de “cancériser” qu’une autre. Mais l’inquiétude que suscite la mastose, ainsi que, parfois, la difficulté d’interprétation mammographique, constituent un facteur de stress qu’il est bon de réguler.
      Les causes des mastoses
      1 – Le déséquilibre endocrinien est connu. Il a pour conséquence en thérapeutique l’utilisation de la progestérone, le plus souvent en gel local. Il arrive que ce traitement soit réellement efficace, mais dans un nombre limité de cas.
      2 – Le facteur psychosomatique. Il ne peut être passé sous silence car si souvent rencontré. Les femmes souffrant de mastose sont douées d’une hypersensibilité (pourquoi ne pas parler de dons) qui, s’exerçant dans le domaine affectif, transforme ce don en source d’inquiétude, d’angoisse, pour elle-même ou leur entourage.
      3 – Les causes nutritionnelles : il semblerait que des causes nutritionnelles puissent entrer en ligne de compte, comme en témoigne la bonne efficacité de l’huile d’onagre (acide gras poly-insaturés).
      Par ailleurs, les produits laitiers paraissent avoir une incidence majeure (Cf. le livre du Docteur Nogier : “Ce lait qui menace les femmes”). Je pense pour ma part, que la toxicité du lait est en partie due aux résidus de produits chimiques, notamment ceux-ci sont présents dans les sols (agriculture intensive). Ces produits phytosanitaires passent dans les fourrages, donc dans le lait des vaches. De ce fait, il est raisonnable de supprimer, si possible, le lait dans l’alimentation ainsi que ses dérivés.
      Traitement naturels des mastoses
      Les auto massages du sein : Pratiqués par la femme elle-même (un soir sur deux, sauf pendant la semaine des règles), les auto-massages permettent souvent une amélioration des placards mastosiques, une stabilisation des kystes et des fibroadénomes.
      Le massage de la poitrine s’effectue de la périphérie du sein vers le mamelon (comme si l’on voulait faire sortir le lait). On aborde ainsi les canaux galactophores (petits canaux permettant l’écoulement du lait) dans le sens de leur longueur. Le mamelon ne doit pas être oublié lors du massage. Plaque réflexe important, sa stimulation induit, par l’intermédiaire de l’hypophyse, la sécrétion d’une hormone, l’ocytocine, qui permet elle-même le travail des cellules contractiles du sein.
      L’auteur de l’ouvrage Dressed to Kill, médecin anthropologue et chercheur américain, désigne le soutien-gorge comme un facteur décisif dans la formation de fibroses, kystes et cancers. Son argumentation repose sur le postulat que les bretelles et surtout la ceinture thoracique des soutiens-gorge exercent une contrition qui entrave la circulation lymphatique et conduirait à son engorgement, et à terme, son empoisonnement.
      La plupart des gens ignorent jusqu’à l’existence de la lymphe. La circulation lymphatique est pourtant aussi importante que la circulation sanguine, dans la mesure où elle joue le rôle d’égout de celle-ci. Je vous laisse deviner ce qui se passe quand on obstrue un égout… C’est pourtant ce que ferait le soutien-gorge au niveau de sa ceinture – de la base de la poitrine jusqu’aux aisselles. La pression exercée par la bretelle à la naissance des trapèzes sur l’épaule pourrait également causer des troubles posturaux et neurologiques.
      L’étude de Sydney Singer et de son épouse Soma Grismaijer a porté sur 4 730 femmes dont 2 056 étaient en traitement pour un carcinome du sein. Elle suggère que celles qui portent leur soutien-gorge 12 heures par jour voient leur risque de développer un cancer du sein augmenter considérablement, alors qu’à l’inverse, les femmes qui n’en portent pas ou de façon sporadique sont très peu exposées. Par ailleurs, 18% des femmes touchées portaient un soutien-gorge la nuit, contre 3% parmi celles qui s’abstiennent.
      Le soutien-gorge peut être assimilé à un garrot, surtout quand il est inadapté et mal réglé par rapport à la morphologie de sa propriétaire, et c’est souvent le cas ! On peut observer facilement, surtout en été, la manière dont le soutien-gorge est porté : trop souvent les bretelles s’enfoncent dans les muscles trapèzes, tandis que la ceinture thoracique étrangle littéralement le buste. Cette inadaptation est généralement révélée par l’attache dans le dos qui remonte, tiraillée par des bretelles trop serrées.
      Tout cela entrave la circulation des fluides dans les tissus concernés, et souvent au-delà. Les capillaires lymphatiques et sanguins, mais aussi les ganglions, sont compressés, les tissus sont sous-oxygénés et les déchets métaboliques ne peuvent plus être évacués. Les conditions d’hypoxie tissulaire et d’acidose métabolique sont dès lors réunies pour la formation d’œdèmes, de kystes, fibrokystes et autres tumeurs.
      Les produits naturels conseillés pour prévenir d’éventuel complication sont le Yam sauvage en gélules, la maca en gélules ou en poudre, le desmodium et la feuille de moringa qui vont drainer le pancréas, le foie, la glande thyroïde et les glandes surrénales. Cette association a pour but de régénérer, de stimuler toutes les glandes et d’apporter un équilibre hormonal.
      Cette association a aussi pour but d’aider en cas de troubles liés à des modifications hormonales. Le Yam sauvage par son action fondamentale sur le mécanisme féminin va soulager la femme ménopausée. Il stimule les ovaires tant sur le plan de la sécrétion en œstrogènes qu’en progestérone. Il convient à une personne pour l’aider dans certains troubles de la ménopause : troubles vaginaux et cutanés, perturbation de l’humeur et bouffées de chaleur.
      De plus, la poudre de fruit de baobab par son action va faciliter la reminéralisation de l’organisme.
      Le fruit du baobab est très riche en fibres, ce qui en fait un très bon allié pour notre système immunitaire. En effet, la haute teneur en fibres de la pulpe représente des bienfaits prébiotiques et probiotiques. Elle contribue ainsi à stimuler l’activité de la flore bactérienne et à améliorer notre santé.
      Les prébiotiques sont des substances qui bonifient l’environnement interne de l’intestin. Ce faisant, ils aident à nourrir et à conserver les bonnes bactéries déjà présentes dans l’organisme, et permettent aux probiotiques d’agir dans des conditions optimales.
      Les pro et prébiotiques sont des micro-organismes vivants qui ont un effet bénéfique sur l’individu en stimulant la croissance et l’activité d’une bonne flore microbienne afin d’améliorer son équilibre intestinal et stimuler le système immunitaire.
      La santé digestive est un sujet de préoccupation pour de nombreuses personnes, en particulier chez les personnes âgées chez qui l’appétit peut diminuer . Probiotiques et prébiotiques peuvent puissamment booster le système immunitaire et ainsi préparer les consommateurs à affronter de nombreux problèmes de santé et les aider à se sentir mieux .
      Il est important de consommer régulièrement des prébiotiques et des pro-biotiques pour maintenir son système immunitaire en forme , améliorer sa santé générale et aider à prévenir les maladies.
      Grâce à des méthodes très avancées de cristallographie aux rayons X, une équipe sino-américaine montre que l’ingrédient actif du curcuma, la curcumine, bloque spécifiquement l’activité d’une enzyme essentielle à la croissance des tumeurs.
      En termes de prévention du cancer, l’action positive de la curcumine sur des cancers très avancés, qui ne répondent plus à la chimiothérapie dans plusieurs cas, suggère fortement que cette action sera encore plus efficace contre des tumeurs à leur début et qui sont par le fait même beaucoup plus sensibles à la présence d’agents anticancéreux. C’est pour cette raison que la consommation régulière de curcuma peut prévenir le cancer : grâce à son action anti-inflammatoire et ses multiples propriétés anticancéreuses, la curcumine crée un environnement inhospitalier pour les micro tumeurs qui se développent spontanément au cours de nos vies, les privant des ressources nécessaires à leur progression en cancer mature.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire biologiquement.com

  10. Coulon :

    Bonjour je viens de me faire opéré d’une tumeur du sein cancer hormonodependant sans atteinte des ganglions sentinelles prélevés et je suis porteuse du gène BRCA2 . je prends déjà certains de vos produits depuis 1mois Artemisia en TM , feuille de Graviola, Capsaicine et amandes amères et j’ai pratiqué un jeune hydrique de 6 jours 15j avant l’opération.
    A présent on me prévoit de la radiothérapie puis une hormonothérapie sur 5 ans est il possible d’avoir un protocole naturel pour éviter cela?
    Quels sont les produits ou associations les plus adaptées à mon cas
    Je vous remercie par avance

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Merci pour votre message, pour une rémission naturelle, nous vous conseillons d’associer la feuille de graviola, l’artemisia annua, la racine de pissenlit, les noyaux amères d’abricots, le desmodium (pour prévenir la destruction du foie si il y a des traitements chimiques) les gélules de curcuma et les gélules de capsaïcine.
      Tous les produits du laboratoire Biologiquement sont compatibles et complémentaires, ils ont aussi été sélectionnés car ils n’ont pas d’interaction négative et travaillent en synergie avec des traitements chimiques.
      Ces produits naturels renforce le métabolisme et s’attaquent aussi aux cellules tumorales résistantes à la radiothérapie ou à la chimiothérapie, ils protègent de toutes rechutes futur.
      Dans le même temps il faut renforcer le système immunitaire car c’est lui qui combat le plus efficacement le cancer.
      Il faut donc prendre pour le système immunitaire de la poudre de fruit de baobab Baomix et de la poudre de feuilles de moringa (elle est riche en fer pour faciliter l’action de l’artemisia annua).
      Pour la guérison complète il faut du temps, la maladie a mit du temps à s’installer, il faut du temps pour qu’elle disparaisse.
      La vitamine C acide ascorbique est aussi un bouclier pour les cellules cancéreuses. L’apport en vitamine C acide ascorbique par l’alimentation est connu pour être fondamental en raison de ses propriétés antioxydantes. Mais des chercheurs chiliens viennent de démontrer qu’il sert également de bouclier aux cellules tumorales dans différents types de cancer.
      En générale une cure doit durer 3 mois, vous pouvez par la suite faire une pause thérapeutique d’une semaine et reprendre, si besoin, cela dépend de votre état général.
      Nous vous conseillons de respecter les dosages indiqués sur les sachets (dose minimum pour la prévention, dose maximum conseillée pour la guérison).
      Avec les produits naturels c’est la régularité qui importe et moins la quantité.
      Il faut en plus arrêter tout ce qui donne le cancer, le sucre (tout ce qui est sucré à part le miel bio et les fruits), la viande, qui est chargée en hormones, produits chimiques ingéré par l’animal, antibiotiques… et les produits laitiers, qui sont des matières grasses, qui concentrent encore plus tous ces agents cancérigènes.
      Mangez un maximum légumes de préférence crus ou cuit à la vapeur, et des fruits, moins que les légumes.
      Il faut aussi vous forcer à faire des exercices tous les jours, pour activer le système lymphatique, qui n’est stimulé que par le travail des muscles, contrairement au sang qui est véhiculée par les contractions du coeur.
      Le système lymphatique constitue l’une des parties les plus importantes du système immunitaire, car il protège le corps des maladies et des infections.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire Biologiquement.com

Deja un comentario / comentarios / testimonios

Su dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos requeridos están marcados *