CANCER: "THE TRUTH ON MOST UNWANTED CHEMOTHERAPY." CHEMOTHERAPY ... .AND PHARMACEUTICAL CARTEL

Le mythe du médecin omniscient porté par la grâce d'une vocation nécessairement désintéressée et humaniste a vécu. Les scandales incessants qui éclaboussent le milieu médical nous révèlent que c'est bien le système de santé dans son ensemble qui est corrompu

. Professor Georges Mathe confirmed to The Express: "If I had a tumor, I would not go in a cancer center"
Prof. Henri Joyeux, cancer in Montpellier, has repeatedly stated that "these are huge financial interests that explain that scientific truth is still too often overlooked:" 85% of chemotherapy are questionable or useless ".

This article was written by Sylvie Simon, writer and rigorous and courageous journalist. She died Friday, November 8 at the age of 86. In recent years, she fights the ideas by exploring various fields of science and devotes most of its activity to campaign against health misinformation and ecology, highly topical subjects.
She has published several essays on scandals (contaminated blood, mad cows, asbestos, growth hormones, vaccines, etc.).
Through many conferences in France and abroad, she wants to awaken the conscience asleep by the media hype, and invites us to reflect, to be accountable for our decisions in full knowledge of the facts and to fully revise our values ​​and system of our thinking ... "
"It's been years that chemotherapy is disparaged by many oncologists, French and American, and not least, dared express doubt about the cures obtained through conventional channels.
Hardin B Jones, then Professor of Medical Physics and Physiology at Berkeley, had already provided in 1956 to the press the alarming results of a study of cancer he had to carry for twenty-three years with cancer and that led him to conclude that untreated patients do not die faster than those who received chemotherapy, on the contrary.
"The patients who refused treatment lived an average of twelve and a half. Those who undergo surgery and other traditional treatments lived an average of only three years. [1] "And Dr. Jones also raised the issue of fabulous sums generated by the" CANCER USINESS ".
The unsettling conclusions of Dr. Jones have never been refuted. (Walter Last, The Ecologist, Vol. 28, No. 2, March-April 1998)
. On 4 October 1985 the Pr G.eorges Mathe confirmed to The Express: "There are more and more cancer because screening is much earlier, but it does not control as well as they say, despite the chemotherapy which is especially favored by the chemotherapists and laboratories [that it called "cancer-connection"], and for good reason: they live. If I had a tumor, I would not go in a cancer center "(cf. Le Monde, 4 May 1988).
In turn, Dr. Martin Shapiro wrote in an article "Chemotherapy: perlimpinpin oil? "
"Some oncologists inform their patients of the lack of evidence that this treatment is useful, others are probably misled by the optimism of scientific publications on chemotherapy. Others respond to a stimulus. Practitioners can earn more by doing chemotherapy in providing solace and healing for dying patients and their families. "(Cf. Los Angeles Times, September 1, 1987).
This opinion is widely shared by the doctors and Mr. E. Pommateau Silver who feel that chemotherapy "is a malignant cell destruction process such as surgery or radiation. It does not solve the fundamental problem of the host reactions that should be a last resort, only to seek to stop the cancerous push "(oncology practice lessons).
For his part, Prof. Merry Henri, cancer specialist in Montpellier, has repeatedly stated that "these are huge financial interests that explain that scientific truth is still too often neglected: 85% of chemotherapy are questionable or useless. "
Et pour la progression des cas de guérisons, le Dr Jean-Claude Salomon, directeur de recherche au CNRS, cancérologue, estime que le pourcentage de survie à cinq ans après le diagnostic initial s’est accru pour la seule raison que l’on sait faire des diagnostics plus précoces, mais que s’il n’est pas accompagné d’une baisse de la mortalité, l’augmentation du pourcentage de survie à cinq ans n’est pas un indice de progrès.
« Le diagnostic précoce n’a souvent pour effet que d’allonger la durée de la maladie avec son cortège d’angoisse.
Cela contredit bien des affirmations concernant les prétendues avancées thérapeutiques. » (cf. Qui décide de notre santé. Le citoyen face aux experts, Bernard Cassou et Michel Schiff, 1998)
Le Dr Salomon précise qu’on comptabilise sans distinction les vrais cancers et des tumeurs qui n’auraient sans doute jamais provoqué de maladie cancéreuse, ce qui contribue à augmenter artificiellement le pourcentage des cancers « guéris ». Cela augmente aussi, évidemment, celui des cancers « déclarés ». Encore un fait confirmé par le Dr Thomas Dao, qui fut directeur du département de chirurgie mammaire au Roswell Park Cancer Institute de Buffalo de 1957 à 1988 : « Malgré l’usage répandu de la chimiothérapie, le taux de mortalité par cancer du sein n’a pas changé ces 70 dernières années. »

Le mythe du médecin omniscient porté par la grâce d'une vocation nécessairement désintéressée et humaniste a vécu. Les scandales incessants qui éclaboussent le milieu médical nous révèlent que c'est bien le système de santé dans son ensemble qui est corrompu
The doctor myth omniscient worn by the grace of a vocation necessarily disinterested and humanistic lived. The incessant scandals that the medical community tell us that it is the healthcare system as a whole is corrupt

As John Cairns, microbiology professor at Harvard University, Which released in 1985, a critic in Scientific American: "Apart from a few rare cancers, it is impossible to detect any improvement with chemotherapy in the mortality of the most important cancers. It was never established that any cancer can be cured by chemotherapy. "
New confirmation of Dr. Albert BravermanHematologist and oncologist New Yorkers in the Lancet: "Many oncologists recommend chemotherapy for virtually any tumor, with an optimism not discouraged by an almost inevitable failure [...] no disseminated neoplasm, incurable in 1975 is curable aujourd 'hui. "(Cf. The Cancer in the 1990, Vol. 337, 1991, p.901).
As for Dr. Charles Moertal, oncologist at the Mayo Clinic, he admits: "Our most effective protocols are full of risks and side effects; and after all the patients we have treated have paid that price, only a small fraction is rewarded with a transitional period of incomplete tumor regression. "
Alan Nixon, former President of the American Chemical Society, is even more radical: "As a chemist trained to interpret publications, it is hard to understand how physicians can ignore the evidence that chemotherapy does much, much more harm than good. "
Ralph Moss is not a physician scientist who studies cancer for ages. He writes articles on the subject in prestigious journals such as the Lancet, the Journal of the National Cancer Institute, the Journal of the American Medical Association, the New Scientist, and has published a book:
"The Cancer Industry" [2]: "Finally, there is no evidence that chemotherapy prolongs life in most cases, and it is a big lie to say that there is a correlation between the decrease of a tumor and extending the life of the patient. "He admits that he once believed in chemotherapy, but experience has shown him his mistake:" The conventional cancer treatment is so toxic and inhuman as I fear more than dying from cancer. We know that this therapy does not work - if you do not work would fear cancer more than pneumonia. [...] However, most alternative treatments, whatever the evidence of their effectiveness, are forbidden, forcing patients to be heading toward failure because it does not have an alternative. Dr. Maurice Fox, professor emeritus of biology at MIT (Massachusetts Institute of Technology) [3] found, like many of his peers, that cancer who refused medical care had a lower mortality rate than those who accepted them.
The Center of the McGill University Cancer in Canada sent a questionnaire to 118 physicians specializing in lung cancer to determine the degree of confidence they granted to products that university scientists were being evaluated. They were asked to imagine that they had cancer and say what drug they choose among six ongoing trials.
There were 79 responses doctors, including 64 or 81% would not agree to participate in trials of chemotherapy with cisplatin that they were tested and 58 other doctors from the same 79 or 73% , felt that the trials in question were unacceptable, being given the ineffectiveness of products and their high toxicity. [4]
For his part, Dr. Ulrich Abel, a German epidemiologist Heidelberg-Mannheim Cancer Center reviewed all the documents published on chemotherapy by more than 350 medical centers worldwide.
Having analyzed for several years, thousands of publications, he found that the overall success rate of chemotherapy worldwide was "dismal", only 3%, and there simply is no scientific evidence indicating that chemotherapy can "extend patient's life noticeably suffering from the most common organic cancers."
He describes chemotherapy as "scientific wasteland" and says that at least 80% of chemotherapy administered throughout the world is useless and is similar to the "new clothes the emperor," when neither the doctor nor the patient wish not waive chemotherapy. Dr. Abel concluded: "Many oncologists take it for granted that chemotherapy prolongs the lives of patients. This is an opinion based on an illusion that is not supported by any clinical studies [5]. " This study has never been discussed by the mainstream media and was completely buried. We understand why.
In summary, chemotherapy is highly toxic and it can make the difference between healthy cells and cancer cells. It gradually destroys the immune system can not protect the human body from ordinary diseases. Some 67% of people who die in treating their cancer must to opportunistic infections that are not fought by the immune system.
The most recent and significant study was published by the Journal Clinical Oncology [6] and led by three famous Australian oncologists, Professor Graeme Morgan of the Royal North Shore Hospital in Sydney, Professor Robyn Ward [7] University New South Wales-St. Vincent's Hospital and Dr. Michael Barton, a member of the Collaboration for Cancer Outcomes Research and Evaluation Liverpool Health Service in Sydney.
Leur travail minutieux est basé sur l’analyse des résultats de toutes les études contrôlées en double aveugle menées en Australie et aux États-Unis, concernant la survie de 5 ans mise au crédit de la chimiothérapie chez les adultes durant la période de janvier 1990 à janvier 2004, soit un total de 72 964 patients en Australie et de 154 971 aux États-Unis, tous traités par chimiothérapie. Cette vaste étude démontre qu’on ne peut plus prétendre, comme de coutume, qu’il ne s’agit que de quelques patients, ce qui permet aux systèmes en place de les balayer avec mépris du revers de la main. Les auteurs ont délibérément opté pour une estimation optimiste des bénéfices, mais malgré cette précaution, leur publication prouve que la chimiothérapie ne contribue qu’à un peu plus de 2 % à la survie des patients après 5 ans, soit 2,3 % en Australie, et 2,1 % aux États-Unis. « Certains praticiens restent pourtant optimistes et espèrent que la chimiothérapie cytotoxique [8] prolongera la vie des cancéreux », ont déclaré les auteurs dans leur introduction. Ils demandent à juste raison, comment il se fait qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années, continue à obtenir un tel succès dans les statistiques des ventes. Il est vrai qu’on peut leur répondre que les patients peu curieux ou simplement affolés n’ont aucun choix : on ne leur propose rien d’autre.
Massoud Mirshahi, researcher at the Pierre and Marie Curie University and his team found in 2009 that new cells of the tumor microenvironment would be involved in resistance to chemotherapy of cancer cells and recurrence with metastases. These cells have been termed "Hospicells" because they serve niches that have the property of fixing a large number of cancer cells and protect them from the action of chemotherapy.
The "Hospicells" come from the differentiation of bone marrow stem cells, and are present in effusion in patients with cancer (ascites, pleural effusions). Cancer cells, clustered around a "Hospicell" form true small cancerous nodules. In these nodules were also identified immuno-inflammatory cells.
Electron microscopy showed that there were areas fusion between membranes "Hospicells" and those of cancer cells, allowing the cell material passage to another.
In addition, the researchers observed membrane material of the transfer of "Hospicell" to cancer cells, a phenomenon called trogocytosis. Several other mechanisms, such as the recruitment of immune cells suppressive or secretion of soluble factors by "Hospicells" also help the resistance of cancer cells against chemotherapy.

CANCER : "LA VÉRITÉ TRÈS INDÉSIRABLE SUR LA CHIMIOTHÉRAPIE". CHIMIOTHÉRAPIE....ET CARTEL PHARMACEUTIQUE
CANCER: "THE TRUTH ON MOST UNWANTED CHEMOTHERAPY." CHEMOTHERAPY ... .AND PHARMACEUTICAL CARTEL

Given this importance, it is suggested that cancer cells "nested" on a "Hospicell" could be considered responsible for residual disease. For research, so it is important to find drugs that can both kill cancer cells and "Hospicells" [9].
The most significant study was published by the Journal Clinical Oncology [10] and led by three famous Australian oncologists, Professor Graeme Morgan of the Royal North Shore Hospital in Sydney, Professor Robyn Ward [11] from the University of New South Wales-St. Vincent's Hospital and Dr. Michael Barton, a member of the Collaboration for Cancer Outcomes Research and Evaluation Liverpool Health Service in Sydney.
Other studies have appeared recently: The first, published in the journal Nature, Indicates that a large majority of cancer studies are inaccurate and potentially fraudulent. Researchers happen only rarely to replicate the results of larger studies "reference". Among 53 major studies on cancer, yet published in high-level scientific journals, 47 could never be replicated with similar results.
This is not a new fact, since 2009, researchers from the University of Michigan's Comprehensive Cancer Center had also published the findings of famous studies on cancer, all biased towards the pharmaceutical industry.
And it remains common knowledge that some drugs against cancer causing metastasis. This long list of publications, all negative and not exhaustive about the "benefits" of chemotherapy, could be explained by the work of some researchers from Harvard Medical School in Boston (USA), who found that two drugs used in chemotherapy cause the development of new tumors, not the opposite! It is these new drugs that block blood vessels that "feed" the tumor. Specialists call the "anti-angiogenesis" treatments.
These drugs, Gleevec and Sutent (active, imatinib and sunitinib) have a demonstrated effect in reducing tumor size. However, they destroy small cells little studied so far, pericytes, which keep under control the growth of the tumor. Freed of pericytes, the tumor is much easier to spread and to "metastasize" in other organs. Harvard researchers therefore consider now that, although the main tumor decreases in volume due to these drugs, cancer is also much more dangerous for patients! (Cancer Cell, 10 June 2012).
Professor Raghu Kalluri, which published these findings in the journal Cancer Cell, said: "If you do not take into account the growth of the tumor, the results were good. But if you step back and look at all inhibit the blood vessels of the tumor does not contain cancer progression. In fact, the cancer spreads. "
The painstaking work of three famous Australian oncologists (whose study is more surprising), is based on the analysis of the results of all controlled studies double blind conducted in Australia and the United States regarding the survival of 5 years up credit of chemotherapy in adults during the period January 1990 to January 2004, a total of 72 964 patients in Australia and 154,971 in the US, all treated with chemotherapy. This large study shows that we can not claim, as usual, it is only a few patients, which allows systems in place to sweep them with contempt of hand.
The authors deliberately opted for an optimistic estimate of the profits, but despite this precaution, the publication shows that chemotherapy contributes only a little over 2% in the survival of patients after 5 years, 2.3% in Australia and 2.1% in the United States. Finally, a study published in the journal NATURE MEDICINE in 2012, could change the idea that we have of chemotherapy.
Researchers at the Fred Hutchinson Cancer Research Center in Seattle have indeed found that it would trigger in healthy cells producing a protein that nourish tumors. While researchers were working on resistance to chemotherapy in cases of metastatic breast, prostate, lung and colon, they discovered by chance that chemotherapy not only does not cure cancer, but active rather the growth and extent of the cancer cells.
Chemotherapy, a standard method of cancer treatment today requires healthy cells release a protein that actually feeds cancer cells and makes them grow and proliferate. According to the study, chemotherapy induces the release in healthy cells of a protein, WNT16B, which helps to promote the survival and growth of cancer cells.
Chemotherapy also damages definitively DNA of healthy cells, long-term damage that persists long after the end of treatment with chemo.
"When WNT16B protein is secreted, it would interact with cancer cells close and would grow, spread and more importantly, resist subsequent therapy," explained co-author of the study Peter Nelson of the Fred Hutchinson Research Cancer Center in SeattleConcerning this completely unexpected discovery.
"Our results indicate that in benign cells return responses can directly contribute to a dynamic growth of the tumor," said the full team for what it has seen.
Which is to say: Avoid chemotherapy increases the chances to recover health. How is it that a therapy that has contributed so little to the survival of patients over the past 20 years continues to achieve such success in the sales statistics. It is true that the little curious or simply panicked patients have no choice: we offer them nothing but "the Protocol".
At what pressure the current oncologist is it subject to select the patient's treatment? Formerly, chose the right doctor in good conscience, according to the Hippocratic oath, the best treatment for the patient. He thus pledged his personal responsibility after a long discussion with his patient. "Since the 1990s - and particularly so increasingly authoritarian since the 2004 Cancer Plan - the freedom to treat the oncologist disappeared in France and some other Western countries.
In fallacious pretext of quality of care, all patient records are "discussed" multidisciplinary meeting where, in fact, the clinical trial underway testing new drugs is required by the "community". The practitioner who wishes to derogate from that system must be explained and incurs all the possible troubles, especially the view of the service to which he participates lose his license to practice oncology. "
Dr. Nicole Delépine summarizes what can happen when we move away from strict protocols to suit the individual circumstances of the patients. Only 3 of 4 doctors dare refuse chemo for themselves, in case of cancer, due to its inefficiency on the disease and its devastating effects on the entire human body. But this detail is hidden the sick.
Dr. Jacques LacazeGraduate of cancer and ardent defender of Dr. Gernez's work on the subject, believes that the only real solution is prevention: "Indeed, cancer is a hidden life of 8 years on average. During this long period, the cancer embryo is very vulnerable, no can derail.
All experts agree that reality, but very few of them advocate a policy of prevention. Yet it is easy to implement. We know that cancer incidence curve starts around age 40, so that a future cancer moved to 32 years.
The study SUVIMAX showed that a simple supplementation vitamins and minerals sufficient to lower the incidence of cancer by about 30%. The study lasted 8 years. No impact on public health policy has been drawn. Of course, the pharmaceutical industry does not want to hear about it: you do not saw the branch on which we sit.
The medical profession is under the control of "big bosses" who make rain or shine and are well paid by industry (look on the internet you will see that most of these big bosses received wages one way or another at a laboratory). And the majority of basic doctors follow without flinching! And woe to those who think otherwise and who question vaccines or antibiotics or chemotherapy. [...] I should add, because it corresponds to my practice and to real studies by some specialized services, many complementary or alternative of qualified products are effective, but banned and persecuted by the authorities to the orders of the pharmaceutical industry. "

For more information on cancer prevention, visit the website gernez.asso.fr

It should be remembered in this case that only the pressure of the persons concerned, that is, all of us will bend the system.
[1] Transactions of the NY Academy of Medical Sciences, vol 6, 1956.
[2] Equinox Press, 1996.
[3] Member of the National Academy of Sciences, the Institute of Medicine and the American Academy of Arts and Sciences.
[4] Quoted by Dr. Allen Levin, in his book The Healing of Cancer.
[5] Abel U. "Chemotherapy of advanced epithelial cancer, critical review". Biomed Pharmacother. 1992; 46 (10): (439-52).
[6] "The Contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies," Oncol Clin (R Coll Radiol). 2005 Jun; 17 (4): 294.
[7] Professor Ward also part of the Department of the Ministry of Health to advise the Australian Government on the effects of authorized medicines, similar to the US Food and Drug Administration.
[8] Property has a chemical or biological agent to alter and possibly destroy the cells.
[9] Oncologic trogocytosis year of original stromal cells induces chemoresistance of ovarian Tumors. Rafii A, Mirshahi P Poupot M, Faussat AM, Simon A, Ducros E, Mery E, Couderc B, Lis R Capdet J Bergalet J Querleu D, Dagonnet F, Fournié JJ, Marie JP, Pujade-Lauraine E, Favre G, J Soria, M. Mirshahi
[10] "The Contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies," Oncol Clin (R Coll Radiol). 2005 Jun; 17 (4): 294.
[11] Professor Ward also part of the Department of the Ministry of Health to advise the Australian Government on the effects of authorized medicines, similar to the US Food and Drug Administration.
[12] "The Contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies," Oncol Clin (R Coll Radiol). 2005 Jun; 17 (4): 294.
[13] Professor Ward also part of the Department of the Ministry of Health to advise the Australian Government on the effects of authorized medicines, similar to the US Food and Drug Administration.
Sylvie Simon Mediapart.fr

20 SIDE EFFECTS CURRENT
CHEMOTHERAPY
1. Hair Loss.
2. Nausea and vomiting.
3. Dehydration.
4. neuropathy (pain, burning, sensitivity losses).
5. Immunity destroyed (killed white blood cells).
6. Anemia.
7. Artificial Menopause - sterility.
8. Bone pain - osteoporosis.
8. Bone pain / loss of bone density.
9. Heart and other damaged organs.
10. Hearing loss.
11. Loss of vision.
13. Nerve damage.
14. violent diarrhea.
15. Taking or weight loss.
16. violent and Headache pain jaws.
17. Smell and taste: alterations or loss.
18. Anxiety sickly.
19. Mental Fog - failing memory.
20. Emotional Yoyo.
Non-exhaustive list ...
Note: We are far from the Hippocratic Oath: "NEVER HURT ..."!

24 avis / commentaires / témoignages sur “CANCER: "THE TRUTH ON MOST UNWANTED CHEMOTHERAPY." CHEMOTHERAPY ... .AND PHARMACEUTICAL CARTEL"

  1. Ferrier :

    Bonjour,
    Mon papa est traité depuis 3 ans pour un cancer du poumon, adénocarcinome avec nodule au cerveau traité par radiothérapie, et métastase sur une surrénale… chimio immuno, chimio, tout cela dégénère depuis 6 mois, il a perdu 20 kilos fait une hémorragie digestive, opéré du canal cholédoque… bref le stade est critique Il est shooté à la morphine et d’une humeur exécrable . Il ne mange plus ou une cuillère d’aliment par jour. Il est nourrit par poche la nuit. J’ai entendu parlé de l’artemisia. Que pouvez vous nous recommander ? nous sommes désemparés et tellement impuissant car on subit tous un protocole médical qui semble l achever.’ D’avance merci

    • Aura Stoenescu :

      Article très intéressant, merci beaucoup, pour toute ces infos, heureusement que nous avons les produits naturels, ils ont toujours été là d’ailleurs, mais il nous ont fait oublier!!

    • akpatahf :

      Salut
      Comment pourrais-je avoir vos produits étant au USA ? Après un frottis ils on découvert des tissus anormaux et m’ on demander une biopsie j’ attend le résultat j’ ai tellement peur que je m’informe déjà quel sont les produits que vous pouvez me conseiller pour Le cancer de l’utérus. Thanks

      • Biologiquement.com :

        Bonjour,
        Merci pour votre message, pour une rémission naturelle, nous vous conseillons d’associer la feuille de graviola et ou artemisia annua (en teinture mère pour plus d’efficacité), la racine de pissenlit, les noyaux d’abricot amères, du desmodium pour prévenir la destruction du foie par la chimio (mais pas en sirop, il faut consommer le produit naturel, en poudre ou en gélules), de curcuma, de la poudre de maca et la poudre de baobab Baomix ou de la poudre de moringa pour le fer, la vitalité et le système immunitaire.
        Tous ces produits sont compatibles avec une chimio.
        Pour la guérison complète il faut du temps, la maladie a mit du temps à s’installer, il faut du temps pour qu’elle parte.
        En générale un cure doit durer 3 mois, vous pouvez par la suite faire une pause thérapeutique d’une semaine et reprendre.
        Mais cela dépend de votre état général.
        Nous vous conseillons de respecter les dosages indiqués sur les sachets (dose minimum pour la prévention, dose maximum conseillée pour la guérison).
        Avec les produits naturels c’est la régularité qui importe et moins la quantité.
        Tous les produits du laboratoire Biologiquement sont compatibles et complémentaires, ils ont aussi été sélectionnés car ils n’ont pas d’interaction et travaillent en synergie avec des traitements chimiques.
        Ces produits naturels s’attaquent aussi aux cellules tumorales résistantes à la radiothérapie ou à la chimiothérapie, et protègent de toutes rechutes futur.
        Dans le même temps il faut arrêter tout ce qui donne le cancer, le sucre (tout ce qui est sucré à part le miel bio et les fruits), la viande, qui est chargée en hormones, produits chimiques ingéré par l’animal, antibiotiques… et les produits laitiers, qui sont des matières grasses, qui concentrent encore plus tous ces agents cancérigènes.
        Mangez un maximum de fruits et légumes crus.
        Il faut aussi vous forcer à faire des exercices tous les jours.
        Nous livrons aussi nos produits aux États Unis d’Amérique.
        Bien à vous
        L’équipe du laboratoire Biologiquement.com

      • Paulo :

        Recherchez tous vos chocs émotionnels dans votre passé , puis quand vous les avez identifiés éliminez les en utilisant la méthode EMDR .Ce en plus des plantes .
        C’est la méthode Hammer , les résultats sont tout simplement fabuleux … Et vous saurez si le protocole a fonctionné quasi immédiatement , sous 24 heures vous allez ressentir les symptômes des gens qui ont une guérison miraculeuse à Lourdes .
        Intenses tremblements , sensation de froid puis sensation de “feu” aux endroits atteints .
        Bonne guérison , et prompt rétablissement à vous .

  2. Bra :

    très intéressant. j’ai bien compris que le meilleur moyen est la prévention mais qui est surtout valable pour ceux qui ne l’ont pas eu. pour ceux qui l’ont attrapé, quelle est l’alternative exactement? qu’en est-il de la chirurgie? on accepte l’opération? et les radiothérapie-hormonothérapie? merci de votre retour.

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      nous pouvons vous dire par expérience que les gens vivent avec le cancer et décèdent de la chimiothérapie. De plus vous devez faire de la chirurgie simplement si la grosseur gêne un organe dans son fonctionnement normal.
      Le cancer est un signal, une réaction d’un déséquilibre dans de votre métabolisme, souvent à cause de déchets qu’il n’arrive pas a évacuer. En adoptant un mode de vie, un régime adéquat et un traitement par les plantes, vous pouvez tout à fait contrôler ce cancer.
      Voici les plantes que nous vous conseillons pour le traitement naturel du cancer.
      Dans un premier temps nous vous conseillons la poudre de fruit de baobab Baomix pour sa richesse en antioxydant (très riche en vitamine C) et son action sur le système immunitaire (du sang et du côlon). La flore intestinale représente à peu près 1,5 kilograme de votre masse corporelle, c’est donc pratiquement le poids de votre tête, vous comprenez alors que c’est un organe très très important et qu’il faut le chouchouter, et cela la poudre de fruit Baomix sans charge très bien.
      Il faut de l’Artemisia annua qui est une plante aromatique qui a été utilisée par la médecine chinoise en tant que puissant remède du paludisme. L’action de cette plante est plus efficace avec un apport naturel de fer, il faut donc l’associer à la poudre de moringa. Une autre plante indispensable c’est la feuille de graviola corossol, qui contiennent de l’acétogénine, un anti cancer puissant. Toutes ces plantes sont très efficaces pour tuer les cellules cancéreuses. En plus de traitement naturel vous pouvez ausi prendre de la racine de pissenlit en gélules et de la bromélaïne.
      L’une des particularités des cellules cancéreuses est que leur renouvellement est rapide et qu’elles ont des besoins nutritionnels élevés. Ainsi un apport constant et régulier en nutriments leur permet une croissance optimale. Certains avançant qu’en réduisant l’apport en nutriment (par un jeûne ou une restriction), il est possible de lutter contre le cancer, de renforcer l’efficacité du traitement anti-cancéreux, ou encore d’en limiter les effets secondaires.
      Le corps, pour sa survie, est en effet capable de ralentir son métabolisme et de mettre en place des mécanismes biochimiques particuliers, comme l’utilisation des graisses afin de produire de l’énergie, ce qui conduit à un état physiologique dit de « cétose ».
      Les animaux jeûnent instinctivement lorsqu’ils sont malades afin de faciliter les mécanismes d’auto-guérirons. De plus, nous autres humains, ressentons souvent une perte d’appétit lorsque nous déclenchons une maladie aiguë, ce qui nous poussent généralement, tous comme les animaux, à jeûner de manière instinctive.
      Aussi, le jeûne active un mécanisme de nettoyage et de recyclage cellulaire, appelé autophagie. Il permet en quelque sorte de se débarrasser des structures cellulaires non indispensables ou en mauvaises états, ou encore infectées par des virus ou autres micro organismes, et de les réutiliser à bon escient ou pour aider le corps à éliminer les agents infectieux.
      Le jeûne consiste en un arrêt total d’alimentation, avec maintien ou non d’une consommation d’eau.
      Le jeûne est sans doute l’une des plus anciennes approches d’autoguérison. Même dans la nature, les animaux cessent instinctivement de manger quand ils sont malades ou blessés. Le jeûne complet consiste à s’abstenir de tout aliment (solide et liquide), à l’exception de l’eau, pendant une période plus ou moins longue dans le but de reposer, détoxiquer et régénérer l’organisme.
      Le jeûne réduit considérablement le nombre de globules blancs du sang, cela déclenche la régénération des cellules souches de nouvelles cellules du système immunitaire. Plus important encore, il réduit l’enzyme PKA, qui a été liée au vieillissement, à la progression des tumeurs et au cancer.
      De plus le jeûne n’entraîne pas une aggravation de la maladie, mais permet au corps d’avoir une extraordinaire capacité de tolérance à la chimiothérapie.
      HIPPOCRATE (4e siècle avant J.C.), « le père de la médecine », AVICENNE, puis GALIEN utilisaient le jeûne pour soigner leurs malades. Hippocrate disait « Plus vous nourrirez un malade, plus vous lui ferez de mal » et « soigner ses petits maux par le jeûne plutôt que de recourir aux médicaments ». Le jeûne a été couramment utilisé jusqu’au Moyen-âge, mais, avec l’avènement de la médecine moderne, il est peu à peu tombé en désuétude.
      Cordialement
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  3. RACHEL MARTIN :

    bonjour, même si j’avais connaissance de la surpercherie médical et des labos pharmaceutique, je reste bleufée sur ces pratiques qui se résume en “crime contre l’humanité” ni plus ni moins. Les médias font bien leur boulot en détournant l’attention du citoyen vers des problèmes mineurs mais qu’ils prennent soins d’amplifier afin que l’on se jettent les uns contre les autres et en attendant ils se remplissent les poches… mais cet argent sale leur apportera t-il le bonheur escompté… j’en doute en attendant …… Merci pour les informations postées qui renforcent ce que nous savons au plus profond de nous. Merci à vous tous.Rachel

  4. Chantal TOUZEAU :

    Bonsoir
    Que pensez vous de l’argile verte prise par voie orale(boire uniquement l’eau dans lequel a stagné de la poudre d’argile verte durant une nuit. Un verre d’eau 1 fois par semaine. Que pensez vous de cette méthode à partir d’argile? Naturelle aussi.
    Merci beaucoup pour votre réponse
    Cordialement
    Chantal

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      L’argile est une terre volcanique naturelle utilisée à des fins curatives, c’est une source naturelle de minéraux et d’oligo-éléments (notamment silice, silicates d’aluminium, magnésium, calcium, fer, phosphore, sodium, potassium, cuivre, zinc, sélénium, cobalt, manganèse…) qu’elle renferme dans des proportions variables. L’argile désigne une grande variété de roches argileuses, qui peuvent être de différentes couleurs (verte, rouge, bleue, jaune, grise, blanc, brune, rose…) Sa couleur varie en fonction des oxydes de fer (limonite) qu’elle renferme.
      Riche en silice et en minéraux, l’argile verte est le médicament naturel à toujours avoir à la maison. Elle purifie, désinfecte, et soulage certaines douleurs.
      Faites des cataplasmes appropriée à base d’argile et de cire d’abeille avec de l’huile d’olive.
      Mettez l’argile verte (poudre ou morceaux) dans un bol (verre, terre-cuite ou bois ou à défaut porcelaine – PAS DE MÉTAL OU DE PLASTIQUE). Ajoutez de l’eau pour couvrir l’argile – couvrez le bol avec une plaque en verre, pierre, bois, ou porcelaine. Après 10 minutes, versez l’eau et laissez macérer l’argile pendant 90 à 120 minutes. Si l’argile est trop liquide ajoutez un peu d’argile en poudre. Prenez un grand mouchoir, un morceau de vieux drap ou de tissu similaire pour prendre l’argile nécessaire du bol.
      Mettez toujours un cataplasme d’abord sur le ventre – L’argile verte doit être en contact direct avec la peau. Formez un second cataplasme et appliquez-le sur l’endroit à guérir. Celui-ci peut être une blessure, une tumeur, un os brisé ou simplement un endroit douloureux.

      Le naturopathe français Raymond Dextreit du XXème siècle, soignait les tumeurs avec de l’argile verte. Son livre « L’argile qui guérit » présente plusieurs témoignages de personnes ayant vaincu le cancer et attribuant leur guérison à ce traitement naturel.

      Si la science se désintéresse à l’argile verte, c’est aux patients de la faire avancer ! Après tout, la Genèse nous raconte que Dieu créa l’être humain avec un peu d’eau et d’argile ( le nom Adam vient du mot Adama, qui signifie la terre en hébreu.) Et cette terre semble de nature à éveiller des pouvoirs autocuratifs lorsque nous l’absorbons ou l’appliquons en cataplasme. Ce matériau biblique n’est-il pas un cadeau divin, une sorte de panacée du terrain, une ressource thérapeutique inépuisable offerte aux êtres vivants.
      Certains témoignages, il est vrai, montrent que des personnes ont réussi à éradiquer leur cancer (ou d’autres maladies graves) grâce à l’argile (ou d’autres méthodes naturelles). Il est également vrai que certaines guérisons sont intervenues alors que la médecine classique condamnait ces personnes à une mort certaine.
      Pour les personnes qui font de la radiothérapie pour lutter contre le cancer, nous conseillons l’application d’argile verte en cataplasme au niveau local des rayons APRÈS la séance de radiothérapie, l’argile verte limitera les risques de brûlures et effets secondaires.
      Au cours de la maladie, il conviendra d’adapter l’alimentation au traitement suivi : chimiothérapie, radiothérapie, corticothérapie, hormonothérapie, antibiothérapie… À chaque situation correspond une alimentation particulière. Mais une fois le traitement terminé, il faudra revenir au régime méditerranéen que l’on complétera régulièrement par des cures de probiotiques (comme le fruit de baobab Baomix), de chlorophylle (comme la feuille de moringa) et d’argile verte afin de reconstituer la flore et la muqueuse intestinale, malmenées par les thérapies anticancéreuses.
      Cordialement
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  5. HENIN :

    Bonjour, auriez-vous une étude médicale sérieuse à citer concernant la vitamine B17 qui serait utile contre les cancers ? Merci d’avance pour votre retour.

    • Biologiquement.com :

      Bonjour, les amandes amères d’abricot, et leur dérivés tel que la Laetrile on été interdit en France et en Europe car ils sont un substitut la chimiothérapie qui elle rapporte des milliards de dollars par ans à l’industrie pharmaceutique. J’imagine que quand vous parlez d’étude médicale sérieuse vous parlez d’étude qui n’ont pas été acheté, les résultats de ce d’études sont très difficile à trouver, surtout pour les médicaments issus de l’industrie pétrolière, car quand vous gagner des milliards d’euros par an vous ne vous embêtez pas avec des études, vous les financez et les résultats vont toujours dans votre sens.
      Sur le moteur de recherche Google Scholar en tapant la requête “Laetrile for cancer” vous trouverez des études de petit laboratoire indépendant très intéressante. Je vous conseille aussi de chercher du côté de l’Allemagne ou c’est un traitement qui est donné par voie injectable dans certains hôpitaux. La plupart des résultats d’étude sont en anglais car en France les produits naturels sont diabolisés depuis déjà très longtemps, les lobby en France sont très puissant et tout le monde trouve ça normal.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  6. CATHY JOHANNES :

    Bonjour,
    J’ai souhaité imprimer vos documents, malheureusement je n’y arrive pas.
    Serait-il possible pour vous de me les envoyer par mail?
    Je vous en remercie par avance, recevez toute ma gratitude.
    Faites très attention à vous….
    Mon adresse mail: anjucalife@gmail.com
    Cordialement,
    Cathy Johannes

  7. janod :

    Est-il bon de prendre certains miels comme le thym pour un cancer digestif avec occlusion partielle intestinale?
    Un emplâtre d’argile serait-il bénéfique sur l’estomac et l’intestin?
    Cordialement
    Genevieve

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Le cancer de l’œsophage est une tumeur qui se développe dans les cellules de l’œsophage. C’est un cancer avec un taux de mortalité élevé, car le diagnostic est souvent tardif.
      Bien que les causes exactes du cancer de l’œsophage ne soient pas entièrement connues, il existe certains facteurs pouvant déclencher la maladie comme le tabagisme, la consommation excessive d’alcool ainsi que de boissons chaudes ou brûlantes comme le thé ou le maté (c’est le cas surtout en Amérique du sud), des infections virales, etc.
      Le cancer de l’œsophage est comme son nom l’indique une tumeur qui prend naissance au niveau des cellules de l’œsophage, précisément dans la muqueuse œsophagienne.
      L’œsophage est un organe allongé en forme de tube reliant la partie supérieure du tractus digestif (bouche et gorge) à l’estomac. L’œsophage a pour fonction de conduire les aliments et liquides de la bouche vers l’estomac.
      Le type le plus fréquent de cancer de l’œsophage est le carcinome épidermoïde spinocellulaire touchant en général la partie supérieure de l’œsophage. Un autre type de cancer est l’adénocarcinome affectant surtout les cellules glandulaires au niveau de la partie inférieure de cet organe, en particulier dans son tiers inférieur.
      Il existe d’autres types de cancer plus rares comme le choriocarcinome, le lymphome, le sarcome ou le cancer à petites cellules.
      Le cancer de l’œsophage est parfois associé à un cancer de la gorge ou à un cancer au niveau broncho-pulmonaire, c’est le cas en particulier chez des fumeurs ou alcooliques.
      Dans la phase initiale, ce cancer ne présente en général pas de symptômes, ce qui rend le diagnostic précoce difficile. Avec l’avancée de la maladie et notamment la masse tumorale qui croît, des symptômes peuvent apparaître comme:
      – des difficultés à avaler ou à déglutir (dysphagie). Lire aussi sous complications
      – douleurs à la déglutition
      – douleur rétrosternale
      – douleur dans le thorax
      – sensation de blocage au niveau de l’œsophage
      – symptômes ressemblant à une brûlure d’estomac (acidité gastrique)
      – indigestion
      – fatigue
      – perte de poids sans cause apparente. A cause de la difficulté d’avaler, le patient peut perdre jusqu’à 10% de son poids corporel
      – toux et enrouement
      Le problème est que lorsque l’œsophage est atteint, il introduit des tas de problèmes en cascade, y compris sur le plan psychologique.
      Les probiotiques et les prébiotiques aident à rééquilibrer la flore intestinale, la pulpe de baobab Baomix est efficace pour prendre soin de votre flore intestinale.
      La poudre de baobab Baomix est une source de vitalité qui participe à la remise en forme de l’organisme et au tonus, mais elle rééquilibre aussi la flore intestinale grâce à ces probiotiques.
      La feuille de moringa bio en poudre ou en gélules peut aussi vous aider à régler cela, c’est aussi un aliment probiotique.
      Manger de la viande exceptionnellement et de préférence blanche, dans des plats où celle-ci n’est pas l’ingrédient principal. Priorité aux légumineuses (attention au mode de cuisson, qui doit rester léger), avec des petites bouchées de viande. C’est aussi ainsi que l’on se nourrit encore dans les pays les plus démunis et l’on ne s’en porte pas plus mal malgré la pauvreté.
      Se gaver de produits laitiers, c’est donc se gaver d’hormones de croissance inadaptées à notre organisme. Ce n’est pas un hasard si les nouveaux traitements en cancérologie passent pas des thérapies ciblées sur le tissu tumoral, des anti-angiogéniques, autrement dit des anti-facteurs de croissance.
      Le gluten des produits à base de blé, de maïs, de seigle, d’orge, mais aussi de kamut ou d’épeautre favorise la porosité intestinale. Autrement dit l’intoxication générale de nos organes : les mauvaises molécules comme celles du lait, au lieu d’être évacuées par notre côlon, vont aller réveiller nos cellules à potentiel de cancérogénicité. Et détruire notre système immunitaire, d’où l’explosion des maladies auto-immunes.
      Pour combattre efficacement et naturellement ce cancer c’est pour guérir le plus rapidement possible nous vous conseillons de consommer quotidiennement de la poudre de fruit de baobab bio Baomix, de la feuille de Moringa bio, de la poudre de feuilles de Graviola corossol (prenez-la en gélules si le goût vous dérange), et enfin des gélules de pissenlit et des amandes amères d’abricot bio sauvage.
      Le gel contenu dans les gélules de plante d’aloe vera contient de la vitamine B, des mucilages et des acides aminés essentiels qui aident à réduire l’irritation de l’œsophage et du tube digestif.
      Sa consommation contrôle la production excessive de jus acides et protège la muqueuse gastrique contre les irritations qui peuvent produire des ulcères.
      Enfin, des chercheurs du Centre de recherche sur le cancer de l’Université de Cork, ont traité des cellules oesophagiennes cancéreuses avec un composé chimique provenant du curcuma : la curcumine. Celle-ci ont alors commencé à détruire les cellules cancéreuses après 24h d’exposition. La curcumine attaque les cellules par un système de signaux cellulaires alternatif, tout comme la feuille de graviola corossol.
      Vous pouvez prendre tous ces produits en petite quantité mais régulièrement.
      Tous ces produits sont tout à fait compatibles et peuvent être consommé en même temps, ils très complémentaires et vous aideront à guérir rapidement.
      Au plaisir de vous servir
      L’équipe du laboratoire biologiquement.com

  8. Dusausoy Meghann :

    Bonjour, nouveau sur le site je viens chercher des informations afin de venir en « aide » à mon grand père à qui nous avons découvert un cancer de l’estomac ainsi que du pancréas..( résultat obtenu il y’a 1 semaine avec à la clé des métastases.
    Maintenant le protocole retenu par les médecins est la chimiothérapie… étant impuissant à la situation et pas prochimio je souhaiterais me renseigner sur le type de produits /plantes naturelles qui serai adapté à cette situation.
    Mon grand père a 85 ans , pour le moment il n’as pas faim , mange très peu et à perdu du poids, alors qu’il à toujours été bon mangeur.. Le début de cette chimio à domicile est prévu dans 15 jours.
    Le stade de cette maladie est relativement avancé selon les médecins .
    Un grand merci pour votre temps

  9. khadija :

    Bonjour,

    Tout d’abord merci infiniment pour les précieux conseils prodigués sur ce blog et pour la qualité de vos produits.
    J ‘ai quelques petits ganglions ou kystes sur la partie externe des seins mais qui n’ont jamais alerté les radiologues et je refuse depuis quelques années de faire la mammographie (si controversée) car je crains que devoir suivre inutilement des soins qui vont au contraire me fragiliser.
    Mais voilà depuis quelques semaines je sens un petit ganglion ou kyste sous l’aisselle gauche
    (je le sens parfois tiraiiler), il doit faire environ 1 cm, cela m’inquiete un peu mais je n’ose consulter car je crains les suites et je préferais traiter cela naturellement.
    Tout d’abord etant assez fine je me demande s’il est normal de ce fait de sentir quelques ganglions et d’autre part quelle peut etre l’origine de ce ganglion car je n’ai pas de blessure au bras..cela pourrait il etre causé par un encombrement de la gorge?
    Quels serait vos conseils pour le “désengorger? j’applique de tant a autre des cataplasmes d’huile de ricin mais pas pratique de le maintenir, l’argile pourrait elle etre aussi une aide en cataplasme?
    j’ai pris aussi de l’armoise en gélule acheté sur votre site mais pas de manière réguliere.

    Merci d’avance de vos précieux conseils et bonne journée !

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Bénignes dans le plus grand nombre de cas, les mastoses (kystes au sein) ne “cancérisent” pas. Une femme souffrant de mastoses n’a pas plus de risque de “cancériser” qu’une autre. Mais l’inquiétude que suscite la mastose, ainsi que, parfois, la difficulté d’interprétation mammographique, constituent un facteur de stress qu’il est bon de réguler.
      Les causes des mastoses
      1 – Le déséquilibre endocrinien est connu. Il a pour conséquence en thérapeutique l’utilisation de la progestérone, le plus souvent en gel local. Il arrive que ce traitement soit réellement efficace, mais dans un nombre limité de cas.
      2 – Le facteur psychosomatique. Il ne peut être passé sous silence car si souvent rencontré. Les femmes souffrant de mastose sont douées d’une hypersensibilité (pourquoi ne pas parler de dons) qui, s’exerçant dans le domaine affectif, transforme ce don en source d’inquiétude, d’angoisse, pour elle-même ou leur entourage.
      3 – Les causes nutritionnelles : il semblerait que des causes nutritionnelles puissent entrer en ligne de compte, comme en témoigne la bonne efficacité de l’huile d’onagre (acide gras poly-insaturés).
      Par ailleurs, les produits laitiers paraissent avoir une incidence majeure (Cf. le livre du Docteur Nogier : “Ce lait qui menace les femmes”). Je pense pour ma part, que la toxicité du lait est en partie due aux résidus de produits chimiques, notamment ceux-ci sont présents dans les sols (agriculture intensive). Ces produits phytosanitaires passent dans les fourrages, donc dans le lait des vaches. De ce fait, il est raisonnable de supprimer, si possible, le lait dans l’alimentation ainsi que ses dérivés.
      Traitement naturels des mastoses
      Les auto massages du sein : Pratiqués par la femme elle-même (un soir sur deux, sauf pendant la semaine des règles), les auto-massages permettent souvent une amélioration des placards mastosiques, une stabilisation des kystes et des fibroadénomes.
      Le massage de la poitrine s’effectue de la périphérie du sein vers le mamelon (comme si l’on voulait faire sortir le lait). On aborde ainsi les canaux galactophores (petits canaux permettant l’écoulement du lait) dans le sens de leur longueur. Le mamelon ne doit pas être oublié lors du massage. Plaque réflexe importante, sa stimulation induit, par l’intermédiaire de l’hypophyse, la sécrétion d’une hormone, l’ocytocine, qui permet elle-même le travail des cellules contractiles du sein.

      Cette association a pour but de régénérer, de stimuler toutes les glandes et d’apporter un équilibre hormonal. La Yam sauvage et la maca en gélules ou en poudre. Le desmodium et la feuille de moringa vont drainer le pancréas, le foie, la glande thyroïde et les glandes surrénales.
      Cette association a aussi pour but d’aider en cas de troubles liés à des modifications hormonales. Le Yam sauvage par son action fondamentale sur le mécanisme féminin va soulager la femme ménopausée. Il stimule les ovaires tant sur le plan de la sécrétion en œstrogènes qu’en progestérone. Il convient à une personne pour l’aider dans certains troubles de la ménopause : troubles vaginaux et cutanés, perturbation de l’humeur et bouffées de chaleur.
      La poudre de fruit de baobab son action va faciliter la reminéralisation de l’organisme.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire biologiquement.com

  10. Coulon :

    Bonjour je viens de me faire opéré d’une tumeur du sein cancer hormonodependant sans atteinte des ganglions sentinelles prélevés et je suis porteuse du gène BRCA2 . je prends déjà certains de vos produits depuis 1mois Artemisia en TM , feuille de Graviola, Capsaicine et amandes amères et j’ai pratiqué un jeune hydrique de 6 jours 15j avant l’opération.
    A présent on me prévoit de la radiothérapie puis une hormonothérapie sur 5 ans est il possible d’avoir un protocole naturel pour éviter cela?
    Quels sont les produits ou associations les plus adaptées à mon cas
    Je vous remercie par avance

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Merci pour votre message, pour une rémission naturelle, nous vous conseillons d’associer la feuille de graviola, l’artemisia annua, la racine de pissenlit, les noyaux amères d’abricots, le desmodium (pour prévenir la destruction du foie si il y a des traitements chimiques) les gélules de curcuma et les gélules de capsaïcine.
      Tous les produits du laboratoire Biologiquement sont compatibles et complémentaires, ils ont aussi été sélectionnés car ils n’ont pas d’interaction négative et travaillent en synergie avec des traitements chimiques.
      Ces produits naturels renforce le métabolisme et s’attaquent aussi aux cellules tumorales résistantes à la radiothérapie ou à la chimiothérapie, ils protègent de toutes rechutes futur.
      Dans le même temps il faut renforcer le système immunitaire car c’est lui qui combat le plus efficacement le cancer.
      Il faut donc prendre pour le système immunitaire de la poudre de fruit de baobab Baomix et de la poudre de feuilles de moringa (elle est riche en fer pour faciliter l’action de l’artemisia annua).
      Pour la guérison complète il faut du temps, la maladie a mit du temps à s’installer, il faut du temps pour qu’elle disparaisse.
      La vitamine C acide ascorbique est aussi un bouclier pour les cellules cancéreuses. L’apport en vitamine C acide ascorbique par l’alimentation est connu pour être fondamental en raison de ses propriétés antioxydantes. Mais des chercheurs chiliens viennent de démontrer qu’il sert également de bouclier aux cellules tumorales dans différents types de cancer.
      En générale une cure doit durer 3 mois, vous pouvez par la suite faire une pause thérapeutique d’une semaine et reprendre, si besoin, cela dépend de votre état général.
      Nous vous conseillons de respecter les dosages indiqués sur les sachets (dose minimum pour la prévention, dose maximum conseillée pour la guérison).
      Avec les produits naturels c’est la régularité qui importe et moins la quantité.
      Il faut en plus arrêter tout ce qui donne le cancer, le sucre (tout ce qui est sucré à part le miel bio et les fruits), la viande, qui est chargée en hormones, produits chimiques ingéré par l’animal, antibiotiques… et les produits laitiers, qui sont des matières grasses, qui concentrent encore plus tous ces agents cancérigènes.
      Mangez un maximum légumes de préférence crus ou cuit à la vapeur, et des fruits, moins que les légumes.
      Il faut aussi vous forcer à faire des exercices tous les jours, pour activer le système lymphatique, qui n’est stimulé que par le travail des muscles, contrairement au sang qui est véhiculée par les contractions du coeur.
      Le système lymphatique constitue l’une des parties les plus importantes du système immunitaire, car il protège le corps des maladies et des infections.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire Biologiquement.com

Leave a comment / comment / testimony

Your email address will not be published. Required fields are marked *