KREBS: „DIE SEHR UNERWÜNSCHBARE WAHRHEIT ÜBER CHEMOTHERAPIE“. CHEMOTHERAPIE… UND PHARMAZEUTISCHES KARTELL

Pr. Georges Mathé bestätigte gegenüber L'Express: "Wenn ich einen Tumor hätte, würde ich nicht in ein Krebszentrum gehen"
Prof. Henri Joyeux, Onkologe in Montpellier, hat wiederholt festgestellt, dass „es sind gigantische finanzielle Interessen, die erklären, warum die wissenschaftliche Wahrheit heute noch zu oft verschleiert wird: „85 % der Chemotherapien sind fragwürdig, sogar nutzlos“.

Dieser Artikel wurde von Sylvie Simon geschrieben, einer rigorosen und mutigen Autorin und Journalistin. Sie starb am Freitag, 8. November, im Alter von 86 Jahren. In den letzten Jahren hat sie sich durch die Erforschung verschiedener Wissenschaftsgebiete gegen aufgekommene Ideen gewehrt und widmet den größten Teil ihrer Tätigkeit der Kampagne gegen Desinformation in Gesundheit und Ökologie, die brandaktuelle Themen sind.
Sie hat bereits mehrere Aufsätze zu Skandalen veröffentlicht (kontaminiertes Blut, Rinderwahn, Asbest, Wachstumshormone, Impfstoffe usw.).
Durch zahlreiche Konferenzen, in Frankreich und im Ausland, möchte sie das schläfrige Gewissen durch den Medienrummel wecken und lädt uns ein, nachzudenken, in voller Kenntnis der Fakten für unsere Entscheidungen verantwortlich zu sein und unsere Werte und unsere Denksystem…“
„Die Chemotherapie wird seit Jahren von sehr vielen Onkologen, Franzosen und Amerikanern, verunglimpft, und nicht zuletzt haben sie es gewagt, ihre Zweifel an den mit herkömmlichen Mitteln erzielten Heilmitteln zu äußern.
Hardin B Jones, damals Professor für medizinische Physik und Physiologie in Berkeley, hatte bereits 1956 der Presse die alarmierenden Ergebnisse einer Krebsstudie mitgeteilt, die er gerade 23 Jahre lang mit Krebspatienten durchgeführt hatte und die ihn zu dem Schluss gebracht hatte, dass unbehandelte Patienten nicht viel schneller sterben würden als diejenigen, die eine Chemotherapie erhielten, ganz im Gegenteil.
„Patienten, die jede Behandlung ablehnten, lebten durchschnittlich zwölfeinhalb Jahre. Diejenigen, die sich einer Operation und anderen traditionellen Behandlungen unterzogen, lebten im Durchschnitt nur drei Jahre [1]. Und Dr. Jones stellte auch die Frage nach den sagenhaften Summen, die die "CANCER USINESS" generiert.
Die beunruhigenden Schlussfolgerungen von Dr. Jones wurden nie widerlegt. (Walter Last, The Ecologist, Bd. 28, Nr. 2, März-April 1998.)
Am 4. Oktober 1985 bestätigte Prof. G. Georges Mathé gegenüber L'Express: "Es gibt immer mehr Krebsarten, weil die Erkennung viel früher erfolgt, aber wir kontrollieren sie nicht so gut, wie wir sagen, trotz der Chemotherapie, die besonders von Chemotherapeuten und Labors befürwortet wird [die er die "Krebsverbindung" nannte] , und das aus gutem Grund: Sie leben davon. Wenn ich einen Tumor hätte, würde ich nicht in ein Krebszentrum gehen “ (vgl. Le Monde, 4. Mai 1988).
Im Gegenzug Dr. Martin Shapiro schrieb in einem Artikel „Chemotherapie: Öl von Perlimpinpin? ":
„Einige Onkologen informieren ihre Patienten über die fehlende Evidenz, dass diese Behandlung sinnvoll ist, andere lassen sich zweifellos vom Optimismus wissenschaftlicher Veröffentlichungen zur Chemotherapie in die Irre führen. Wieder andere reagieren auf Konjunkturimpulse. Praktizierende können mit Chemotherapie mehr verdienen, als indem sie sterbenden Patienten und ihren Familien Trost und Linderung verschaffen. (Vgl. Los Angeles Times, 1. September 1987).
Diese Meinung wird weitgehend von Drs. E. Pommateau und M. d'Argent geteilt die glauben, dass die Chemotherapie "nur ein Prozess der Zerstörung bösartiger Zellen wie eine Operation oder eine Strahlentherapie ist". Es löst nicht das grundlegende Problem der Reaktionen des Wirts, die letzten Endes die einzigen sein sollten, um den Krebsausbruch zu stoppen “(Unterricht in praktischer Krebsforschung).
Professor Henri Joyeux, Onkologe in Montpellier, hat seinerseits wiederholt festgestellt, dass „das sind gigantische finanzielle Interessen, die es ermöglichen zu erklären, dass die wissenschaftliche Wahrheit heute noch zu oft verschleiert wird: 85 % der Chemotherapien sind fragwürdig oder sogar unnötig.“ .
Und für das Fortschreiten der Heilungsfälle schätzt Dr. Jean-Claude Salomon, CNRS-Forschungsdirektor und Onkologe, dass der Prozentsatz des Überlebens fünf Jahre nach der Erstdiagnose aus dem einzigen Grund gestiegen ist, den wir wissen, dass Diagnosen früher gestellt werden, aber wenn es geht nicht mit einem Rückgang der Sterblichkeit einher, der Anstieg des Prozentsatzes des Fünfjahresüberlebens ist kein Hinweis auf einen Fortschritt.
„Eine frühzeitige Diagnose verlängert oft nur die Krankheitsdauer mit der damit verbundenen Angst.
Dies widerspricht vielen Behauptungen über angebliche therapeutische Fortschritte. »(Vgl. Wer entscheidet über unsere Gesundheit. Der Bürger gegenüber den Experten, Bernard Cassou und Michel Schiff, 1998)
Dr. Salomon legt fest, dass echte Krebsarten und Tumoren, die wahrscheinlich nie zu einer Krebserkrankung geführt hätten, unterschiedslos gezählt werden, was dazu beiträgt, den Prozentsatz der „geheilten“ Krebserkrankungen künstlich zu erhöhen. Dies erhöht natürlich auch die der „erklärten“ Krebsarten. Noch eine weitere Tatsache, die von Dr. Thomas Dao bestätigt wurde, der von 1957 bis 1988 Direktor der Abteilung für Brustchirurgie am Roswell Park Cancer Institute in Buffalo war: „Trotz der weit verbreiteten Chemotherapie ist die Sterblichkeitsrate durch Brustkrebs immer noch niedrig.“ in den letzten 70 Jahren nicht verändert. "

Le mythe du médecin omniscient porté par la grâce d'une vocation nécessairement désintéressée et humaniste a vécu. Les scandales incessants qui éclaboussent le milieu médical nous révèlent que c'est bien le système de santé dans son ensemble qui est corrompu
Der Mythos des allwissenden Arztes, getragen von der Gnade einer notwendigerweise desinteressierten und humanistischen Berufung, hat gelebt. Die unaufhörlichen Skandale, die die medizinische Gemeinschaft erschüttern, sagen uns, dass das Gesundheitssystem als Ganzes korrupt ist

Sowie von John Cairns, Professor für Mikrobiologie an der Harvard University, der 1985 in Scientific American eine Übersichtsarbeit veröffentlichte: „Abgesehen von einigen seltenen Krebsarten ist es unmöglich, eine Verbesserung der Sterblichkeit der wichtigsten Krebsarten durch Chemotherapie festzustellen. Es ist nie erwiesen, dass Krebs mit Chemotherapie geheilt werden kann. "
Neue Bestätigung von Dr. Albert Braverman, New Yorker Hämatologe und Onkologe, in LANCET: „Viele Onkologen empfehlen eine Chemotherapie für praktisch alle Tumoren, mit einem Optimismus, der nicht durch ein fast unvermeidliches Versagen entmutigt wird […] »(Vgl. Oncology in the 1990s, Bd. 337, 1991, S.901).
Was Dr. Charles Moertal betrifft, Der Onkologe der Mayo Clinic gibt zu: „Unsere effektivsten Protokolle sind mit Risiken und Nebenwirkungen behaftet; Und nachdem alle von uns behandelten Patienten diesen Preis bezahlt haben, wird nur ein kleiner Teil mit einer vorübergehenden Phase unvollständiger Tumorregression belohnt. "
Alan Nixon, ehemaliger Präsident der American Chemical Society, ist noch radikaler: „Als Chemiker, der in der Interpretation von Publikationen geschult ist, kann ich schwer nachvollziehen, wie Ärzte die Beweise ignorieren können, dass Chemotherapie viel, viel mehr schadet als nützt. "
Ralph Moss ist ein nicht-medizinischer Wissenschaftler, der Krebs seit Ewigkeiten erforscht. Er schreibt Artikel zu diesem Thema in renommierten Zeitschriften wie The Lancet, Journal of the National Cancer Institute, Journal of the American Medical Association, New Scientist und hat ein Buch veröffentlicht:
„The Cancer Industry“ [2]: „Schließlich gibt es keine Beweise dafür, dass eine Chemotherapie in den meisten Fällen das Leben verlängert, und es ist eine große Lüge zu behaupten, dass es einen Zusammenhang zwischen der Abnahme „eines Tumors und der Verlängerung der“ Leben des Patienten. Er gibt zu, einst an Chemotherapie geglaubt zu haben, doch die Erfahrung hat ihm seinen Fehler gezeigt: "Die konventionelle Krebsbehandlung ist so giftig und unmenschlich, dass ich sie mehr fürchte, als an Krebs zu sterben." Wir wissen, dass diese Therapie nicht funktioniert - wenn sie funktioniert, würden Sie sich nicht mehr Sorgen über Krebs machen als über eine Lungenentzündung. […] Die meisten alternativen Behandlungen sind jedoch ungeachtet der Beweise für ihre Wirksamkeit verboten, was die Patienten zum Versagen zwingt, weil sie keine Alternative haben. Dr. Maurice Fox, emeritierter Professor für Biologie am MIT (Massachusetts Institute of Technology) [3] stellte wie viele seiner Kollegen fest, dass Krebspatienten, die medizinische Versorgung verweigerten, eine niedrigere Sterblichkeitsrate hatten als diejenigen, die diese akzeptierten.
Das Krebszentrum der McGill University in Kanada schickte einen Fragebogen an 118 auf Lungenkrebs spezialisierte Ärzte, um herauszufinden, wie viel Vertrauen sie in die von Wissenschaftlern der Universität evaluierten Produkte setzen. Sie wurden gebeten, sich vorzustellen, sie hätten Krebs und würden sagen, welches Medikament sie von sechs anderen getesteten Medikamenten wählen würden.
Es gab 79 Antworten von Ärzten, von denen 64 oder 81 % der Teilnahme an den von ihnen getesteten Cisplatin-basierten Chemotherapie-Studien nicht zustimmten, und 58 andere Ärzte unter den gleichen 79 oder 73 % waren angesichts der Unwirksamkeit der Produkte und ihrer hohen Toxizität inakzeptabel [4].
Dr. Ulrich Abel, deutscher Epidemiologe am Krebszentrum Heidelberg-Mannheim, hat seinerseits alle von mehr als 350 medizinischen Zentren weltweit veröffentlichten Dokumente zur Chemotherapie gesichtet.
Nach der Analyse von Tausenden von Veröffentlichungen über mehrere Jahre hinweg stellte er fest, dass die Gesamterfolgsrate der Chemotherapie weltweit „erschreckend“ war, nur 3 %, und dass es einfach keine wissenschaftlichen Beweise dafür gab, dass eine Chemotherapie „das Leben der Patienten signifikant verlängern könnte“. an den häufigsten organischen Krebsarten leiden".
Er bezeichnet die Chemotherapie als "wissenschaftliches Ödland" und sagt, dass mindestens 80 % der weltweit verabreichten Chemotherapie unnötig und "in der neuen Kleidung des Kaisers" seien, während weder der Arzt noch der Patient auf die Chemotherapie verzichten wollen. Dr. Abel schloss: „Viele Onkologen halten es für selbstverständlich, dass eine Chemotherapie das Leben der Patienten verlängert. Dies ist eine Meinung, die auf einer Illusion basiert, die von keiner der klinischen Studien gestützt wird [5] “. Diese Studie wurde von den Mainstream-Medien nie kommentiert und vollständig begraben. Wir verstehen warum.
Zusammenfassend lässt sich sagen, dass eine Chemotherapie sehr giftig ist und keinen Unterschied zwischen gesunden Zellen und Krebszellen machen kann. Es zerstört allmählich das Immunsystem, das den menschlichen Körper nicht mehr vor gewöhnlichen Krankheiten schützen kann. Etwa 67 % der Menschen, die während der Behandlung ihres Krebses sterben, sind auf opportunistische Infektionen zurückzuführen, die vom Immunsystem nicht abgewehrt wurden.
Die neueste und bedeutendste Studie wurde von der Zeitschrift Clinical Oncology [6] veröffentlicht und von drei berühmten australischen Onkologen durchgeführt, Prof. Graeme Morgan vom Royal North Shore Hospital in Sydney, Prof. Robyn Ward [7] von der University of New South Wales-St. Vincent's Hospital und Dr. Michael Barton, Mitglied der Collaboration for Cancer Outcomes Research and Evaluation am Liverpool Health Service in Sydney.
Leur travail minutieux est basé sur l’analyse des résultats de toutes les études contrôlées en double aveugle menées en Australie et aux États-Unis, concernant la survie de 5 ans mise au crédit de la chimiothérapie chez les adultes durant la période de janvier 1990 à janvier 2004, soit un total de 72 964 patients en Australie et de 154 971 aux États-Unis, tous traités par chimiothérapie. Cette vaste étude démontre qu’on ne peut plus prétendre, comme de coutume, qu’il ne s’agit que de quelques patients, ce qui permet aux systèmes en place de les balayer avec mépris du revers de la main. Les auteurs ont délibérément opté pour une estimation optimiste des bénéfices, mais malgré cette précaution, leur publication prouve que la chimiothérapie ne contribue qu’à un peu plus de 2 % à la survie des patients après 5 ans, soit 2,3 % en Australie, et 2,1 % aux États-Unis. « Certains praticiens restent pourtant optimistes et espèrent que la chimiothérapie cytotoxique [8] prolongera la vie des cancéreux », ont déclaré les auteurs dans leur introduction. Ils demandent à juste raison, comment il se fait qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années, continue à obtenir un tel succès dans les statistiques des ventes. Il est vrai qu’on peut leur répondre que les patients peu curieux ou simplement affolés n’ont aucun choix : on ne leur propose rien d’autre.
Massoud Mirshahi, Forscher an der Pierre und Marie Curie University und sein Team entdeckten 2009, dass neue Zellen aus der Tumor-Mikroumgebung an der Resistenz von Krebszellen gegen Chemotherapie und dem Wiederauftreten mit dem Auftreten von Metastasen beteiligt sind. Diese Zellen werden "Hospicells" genannt, weil sie als Nischen dienen, die die Eigenschaft haben, eine große Anzahl von Krebszellen zu fixieren und sie vor der Wirkung der Chemotherapie zu schützen.
Die „Hospizellen“ stammen aus der Differenzierung von Knochenmarkstammzellen und sind in Ergüssen bei Krebspatienten (Aszitesflüssigkeit, Pleuraergüsse) vorhanden. Krebszellen, die um ein "Hospicell" agglutiniert sind, bilden echte kleine Krebsknötchen. In diesen Knötchen wurden auch immuninflammatorische Zellen identifiziert.
Die Elektronenmikroskopie zeigte, dass es zwischen den Membranen von "Hospicellen" und denen von Krebszellen Fusionsbereiche gab, die es Material ermöglichten, von einer Zelle zur anderen zu gelangen.
Außerdem beobachteten die Forscher die Übertragung von Membranmaterial vom „Hospicell“ auf Krebszellen, ein Phänomen, das als Trogozytose bezeichnet wird. Mehrere andere Mechanismen, wie die Rekrutierung von Immunsuppressorzellen oder die Sekretion von löslichen Faktoren durch "Hospicells", helfen auch Krebszellen, einer Chemotherapie zu widerstehen.

CANCER : "LA VÉRITÉ TRÈS INDÉSIRABLE SUR LA CHIMIOTHÉRAPIE". CHIMIOTHÉRAPIE....ET CARTEL PHARMACEUTIQUE
KREBS: „DIE SEHR UNERWÜNSCHBARE WAHRHEIT ÜBER CHEMOTHERAPIE“. CHEMOTHERAPIE… UND PHARMAZEUTISCHES KARTELL

Angesichts dieser Bedeutung wird vorgeschlagen, dass Krebszellen, die auf einem "Hospicell" "verschachtelt" sind, für die Resterkrankung verantwortlich gemacht werden könnten. Für die Forschung ist es daher wichtig, Medikamente zu finden, die sowohl Krebszellen als auch „Hospizellen“ zerstören können [9].
Die bedeutendste Studie wurde von der Zeitschrift Clinical Oncology [10] veröffentlicht und von drei berühmten australischen Onkologen durchgeführt, Prof. Graeme Morgan vom Royal North Shore Hospital in Sydney, Prof. Robyn Ward [11] von der University of New South Wales- st. Vincent's Hospital und Dr. Michael Barton, Mitglied der Collaboration for Cancer Outcomes Research and Evaluation am Liverpool Health Service in Sydney.
Kürzlich sind weitere Studien erschienen: Die erste, veröffentlicht in der Zeitschrift Nature, weist darauf hin, dass die große Mehrheit der Krebsstudien ungenau und potenziell betrügerisch sind. Forschern gelingt es selten, die Ergebnisse großer „Benchmark“-Studien zu replizieren. Von 53 wichtigen Studien über Krebs, die noch in hochrangigen wissenschaftlichen Zeitschriften veröffentlicht wurden, wurden 47 nie mit ähnlichen Ergebnissen reproduziert.
Dies ist im Übrigen keine Neuheit, da im Jahr 2009 Forscher des Comprehensive Cancer Center der University of Michigan hatte auch Ergebnisse aus berühmten Krebsstudien veröffentlicht, die alle zugunsten der Pharmaindustrie voreingenommen waren.
Und es bleibt allgemein bekannt, dass einige Krebsmedikamente Metastasen verursachen. Diese lange Liste von Veröffentlichungen, alle negativ und nicht erschöpfend in Bezug auf die "Vorteile" der Chemotherapie, könnte durch die Arbeit bestimmter Forscher der Harvard Medical School in Boston (USA) erklärt werden, die herausfanden, dass zwei in der Chemotherapie verwendete Medikamente neue Tumore verursachen entwickeln, nicht umgekehrt! Dies sind die neuen Medikamente, die die Blutgefäße blockieren, die den Tumor "füttern". Spezialisten nennen sie „Anti-Angiogenese“-Behandlungen.
Diese Arzneimittel, Glivec und Sutent (Wirkstoffe, Imatinib und Sunitinib), reduzieren nachweislich die Größe des Tumors. Sie zerstören jedoch kleine, bisher nicht untersuchte Zellen, die Perizyten, die das Tumorwachstum unter Kontrolle halten. Von den Perizyten befreit, lässt sich der Tumor viel leichter ausdehnen und in andere Organe „metastasieren“. Harvard-Forscher sind nun der Ansicht, dass der Haupttumor dank dieser Medikamente zwar schrumpft, Krebs aber auch für Patienten viel gefährlicher wird! (Krebszelle, 10. Juni 2012).
Professor Raghu Kalluri, der diese Ergebnisse in der Zeitschrift Cancer Cell veröffentlicht hat, sagte: „Wenn man nur das Wachstum des Tumors berücksichtigt, waren die Ergebnisse gut. Aber wenn Sie einen Schritt zurücktreten und das Gesamtbild betrachten, hilft die Hemmung der Blutgefäße des Tumors nicht, das Fortschreiten des Krebses einzudämmen. Tatsächlich breitet sich der Krebs aus. "
Die akribische Arbeit der drei berühmten australischen Onkologen (deren Studie überraschender ist) basiert auf der Analyse der Ergebnisse aller in Australien und den Vereinigten Staaten durchgeführten doppelblinden kontrollierten Studien bezüglich der 5-Jahres-Überlebensrate die Anrechnung der Chemotherapie bei Erwachsenen im Zeitraum Januar 1990 bis Januar 2004 für insgesamt 72.964 Patienten in Australien und 154.971 in den Vereinigten Staaten, die alle mit Chemotherapie behandelt wurden. Diese umfangreiche Studie zeigt, dass wir nicht mehr wie üblich so tun können, als wären es nur wenige Patienten, die sich von den vorhandenen Systemen mit dem Handrücken wegwischen lassen.
Die Autoren entschieden sich bewusst für eine optimistische Einschätzung des Nutzens, aber trotz dieser Vorsichtsmaßnahme belegt ihre Veröffentlichung, dass die Chemotherapie nach 5 Jahren etwas mehr als 2 % zum Überleben der Patienten beiträgt, in Australien 2,3 % und in den USA 2,1 %. Schließlich könnte eine 2012 in der Zeitschrift NATURE MEDICINE veröffentlichte Studie die Denkweise der Menschen über Chemotherapie ändern.
Forscher des Fred Hutchinson Cancer Research Center in Seattle hätte tatsächlich herausgefunden, dass es in gesunden Zellen die Produktion eines Proteins auslösen würde, das Tumore nährt. Als Forscher an der Chemotherapie-Resistenz bei metastasiertem Brust-, Prostata-, Lungen- und Dickdarmkrebs arbeiteten, entdeckten sie zufällig, dass Chemotherapie nicht nur Krebs heilt, sondern vielmehr das Wachstum und die Ausdehnung von Krebszellen aktiviert.
Chemotherapie, die heute Standardmethode zur Krebsbehandlung, bewirkt, dass gesunde Zellen ein Protein freisetzen, das Krebszellen tatsächlich nährt und sie zum Gedeihen und Vermehren bringt. Laut der Studie induziert die Chemotherapie die Freisetzung eines Proteins, WNT16B, in gesunden Zellen, das das Überleben und das Wachstum von Krebszellen fördert.
Die Chemotherapie schädigt auch die DNA gesunder Zellen dauerhaft, ein Langzeitschaden, der noch lange nach Beendigung der Chemotherapie anhält.
„Wenn das WNT16B-Protein sezerniert wird, würde es mit nahegelegenen Krebszellen interagieren und dazu führen, dass sie größer werden, sich ausbreiten und vor allem einer weiteren Therapie widerstehen“, erklärte der Co-Autor der Studie, Peter . Nelson vom Fred Hutchinson Cancer Research Center in Seattle, zu dieser völlig unerwarteten Entdeckung.
„Unsere Ergebnisse zeigen, dass die Feedback-Reaktionen in gutartigen Zellen direkt zur Dynamik des Tumorwachstums beitragen können“, fügte das gesamte Team nach seinen Beobachtungen hinzu.
Das heißt: Die Vermeidung einer Chemotherapie erhöht die Chancen, wieder gesund zu werden. Wie kommt es, dass eine Therapie, die in den letzten 20 Jahren so wenig zum Überleben der Patienten beigetragen hat, in der Verkaufsstatistik weiterhin so erfolgreich ist. Es stimmt, dass Patienten, die wenig neugierig oder einfach nur verstört sind, keine Wahl haben: Ihnen wird nichts anderes als „das Protokoll“ angeboten.
Wie stark steht der aktuelle Onkologe unter dem Druck, die Behandlung des Patienten zu wählen? Früher wählte der gute Arzt in seiner Seele und seinem Gewissen nach dem hippokratischen Eid die beste Behandlung für seinen Patienten. Damit nahm er nach einem längeren Gespräch mit seinem Patienten seine Eigenverantwortung wahr. „Seit den 1990er Jahren – und insbesondere seit dem Krebsplan von 2004 zunehmend autoritär – ist die Behandlungsfreiheit des Onkologen in Frankreich und in einigen westlichen Ländern verschwunden.
Unter dem trügerischen Vorwand der Versorgungsqualität werden alle Patientenakten in multidisziplinären Sitzungen „besprochen“, in denen tatsächlich die aktuelle therapeutische Studie zur Erprobung neuer Medikamente von der „Gemeinde“ auferlegt wird. Der Praktiker, der von diesem System abweichen möchte, muss sich selbst erklären und alle möglichen Schwierigkeiten auf sich nehmen, insbesondere den Verlust der Zulassung zur Ausübung der Onkologie bei der Dienstleistung, an der er teilnimmt. "
Dr. Nicole Delépine fasst also zusammen, was passieren kann, wenn wir uns von strengen Protokollen lösen und sie an die persönliche Situation der Patienten anpassen. Nur 3 von 4 Ärzten wagen es, im Falle einer Krebserkrankung die Chemotherapie für sich selbst abzulehnen, weil sie wirkungslos auf die Krankheit und verheerende Auswirkungen auf den gesamten menschlichen Organismus hat. Aber dieses Detail ist den Kranken gut verborgen.
Doktor Jacques Lacaze, ein Diplom-Krebswissenschaftler und leidenschaftlicher Verfechter der Arbeit von Dr. Gernez zu diesem Thema, glaubt, dass die einzige wirkliche Lösung die Prävention ist: „Tatsächlich hat eine Krebserkrankung ein verstecktes Leben von durchschnittlich 8 Jahren. Während dieser langen Zeit ist der Krebsembryo sehr anfällig, nichts kann ihn zum Scheitern bringen.
Alle Spezialisten geben diese Realität zu, aber nur wenige befürworten eine Präventionspolitik. Es ist jedoch einfach zu implementieren. Wir wissen, dass die Krebsinzidenzkurve etwa im Alter von 40 Jahren beginnt, sodass zukünftige Krebserkrankungen etwa im Alter von 32 Jahren einsetzen.
Die SUVIMAX-Studie hat gezeigt, dass eine einfache Nahrungsergänzung mit Vitaminen und Mineralstoffen ausreicht, um diese Krebsinzidenz um etwa 30 % zu reduzieren. Diese Studie dauerte 8 Jahre. Daraus wurden keine Konsequenzen für die öffentliche Gesundheitspolitik gezogen. Davon will die Pharmaindustrie natürlich nichts wissen: Man sägt nicht den Ast ab, auf dem man sitzt.
Die Ärzteschaft steht unter der Fuchtel der „Big Bosses“, die es regnen lassen und die von dieser Branche hoch bezahlt werden (suchen Sie im Internet, Sie werden sehen, dass die meisten dieser Big Bosse auf die eine oder andere Weise entstehen). ein anderer in ein Labor). Und die Mehrheit der Hausärzte folgt ohne zu zucken! Und wehe denen, die das Gegenteil denken und Chemotherapie oder Impfstoffe oder Antibiotikatherapie bestreiten. […] Ich muss hinzufügen, da dies meiner Praxis und den tatsächlichen Studien einiger weniger spezialisierter Dienste entspricht, sind viele als ergänzende oder alternative Produkte eingestufte Produkte wirksam, aber verboten und werden von den Behörden auf Geheiß der pharmazeutischen Industrie verfolgt. "

Um mehr über die Krebsprävention zu erfahren, besuchen Sie die Website gernez.asso.fr

Wir dürfen in diesem Fall nicht vergessen, dass nur der Druck der Betroffenen, das heißt von uns allen, dieses System zum Knicken bringt.
[1] Transaktionen der NY Academy of Medical Sciences, Bd. 6, 1956.
[2] Equinox-Presse, 1996.
[3] Mitglied der National Academy of Sciences, des Institute of Medicine und der American Academy of Arts and Sciences.
[4] Zitiert von Dr. Allen Levin in seinem Buch The Healing of Cancer.
[5] Abel U. „Chemotherapie des fortgeschrittenen Epithelkarzinoms, eine kritische Überprüfung“. Biomed Apotheker. 1992; 46 (10): (439-52).
[6] „Der Beitrag der zytotoxischen Chemotherapie zum 5-Jahres-Überleben bei erwachsenen Malignomen“, Clin Oncol (R Coll Radiol). 2005 Juni; 17 (4): 294.
[7] Prof. Ward ist auch Teil des Department of the Department of Health, das die australische Regierung über die Wirkung zugelassener Medikamente berät, ähnlich wie die US-amerikanische Food and Drug Administration.
[8] Die Eigenschaft eines chemischen oder biologischen Wirkstoffs, Zellen zu verändern und schließlich zu zerstören.
[9] Die onkologische Trogozytose einer ursprünglichen Stromazelle induziert eine Chemoresistenz von Ovarialtumoren. Rafii A, Mirshahi P, Poupot M, Faussat AM, Simon A, Ducros E, Mery E, Couderc B, Lis R, Capdet J, Bergalet J, Querleu D, Dagonnet F, Fournié JJ, Marie JP, Pujade-Lauraine E, Favre G, Soria J, Mirshahi M.
[10] „Der Beitrag der zytotoxischen Chemotherapie zum 5-Jahres-Überleben bei erwachsenen Malignomen“, Clin Oncol (R Coll Radiol). 2005 Juni; 17 (4): 294.
[11] Prof. Ward ist auch Teil des Department of the Department of Health und berät die australische Regierung über die Wirkung zugelassener Medikamente, ähnlich wie die US Food and Drug Administration.
[12] „Der Beitrag der zytotoxischen Chemotherapie zum 5-Jahres-Überleben bei erwachsenen Malignomen“, Clin Oncol (R Coll Radiol). 2005 Juni; 17 (4): 294.
[13] Prof. Ward ist auch Teil des Department of the Department of Health und berät die australische Regierung über die Wirkung zugelassener Medikamente, ähnlich wie die US Food and Drug Administration.
Sylvie Simon Mediapart.fr

20 HÄUFIGE NEBENWIRKUNGEN
CHEMOTHERAPIE
1. Haarausfall.
2. Übelkeit und Erbrechen.
3. Dehydration.
4. Neuropathien (Schmerzen, Verbrennungen, Gefühlsverlust).
5. Immunität zerstört (weiße Blutkörperchen abgetötet).
6. Anämie.
7. Künstliche Wechseljahre - Sterilität.
8. Knochenschmerzen - Osteoporose.
8. Knochenschmerzen / Verlust der Knochendichte.
9. Herz und verschiedene Organe beschädigt.
10. Hörverlust.
11. Verlust des Sehvermögens.
13. Nervenschäden.
14. Schwerer Durchfall.
15. Gewichtszunahme oder -verlust.
16. Starke Kopf- und Kieferschmerzen.
17. Geruch und Geschmack: Veränderungen oder Verlust.
18. Ungesunde Angst.
19. Geistiger Nebel - schlechtes Gedächtnis.
20. Emotionales Jojo.
Nicht erschöpfende Liste ...
Hinweis: Vom hippokratischen Eid: „NEVER HARM…“ sind wir weit entfernt!

30 avis / commentaires / témoignages sur “KREBS: „DIE SEHR UNERWÜNSCHBARE WAHRHEIT ÜBER CHEMOTHERAPIE“. CHEMOTHERAPIE… UND PHARMAZEUTISCHES KARTELL"

  1. Fähre ::

    Bonjour,
    Mon papa est traité depuis 3 ans pour un cancer du poumon, adénocarcinome avec nodule au cerveau traité par radiothérapie, et métastase sur une surrénale… chimio immuno, chimio, tout cela dégénère depuis 6 mois, il a perdu 20 kilos fait une hémorragie digestive, opéré du canal cholédoque… bref le stade est critique Il est shooté à la morphine et d’une humeur exécrable . Il ne mange plus ou une cuillère d’aliment par jour. Il est nourrit par poche la nuit. J’ai entendu parlé de l’artemisia. Que pouvez vous nous recommander ? nous sommes désemparés et tellement impuissant car on subit tous un protocole médical qui semble l achever.’ D’avance merci

    • Stoenescu Aura ::

      Article très intéressant, merci beaucoup, pour toute ces infos, heureusement que nous avons les produits naturels, ils ont toujours été là d’ailleurs, mais il nous ont fait oublier!!

    • akpatahf :

      Salut
      Comment pourrais-je avoir vos produits étant au USA ? Après un frottis ils on découvert des tissus anormaux et m’ on demander une biopsie j’ attend le résultat j’ ai tellement peur que je m’informe déjà quel sont les produits que vous pouvez me conseiller pour Le cancer de l’utérus. Thanks

      • Biologiquement.com :

        Bonjour,
        Merci pour votre message, pour une rémission naturelle, nous vous conseillons d’associer la feuille de graviola et ou artemisia annua (en teinture mère pour plus d’efficacité), la racine de pissenlit, les noyaux d’abricot amères, du desmodium pour prévenir la destruction du foie par la chimio (mais pas en sirop, il faut consommer le produit naturel, en poudre ou en gélules), de curcuma, de la poudre de maca et la poudre de baobab Baomix ou de la poudre de moringa pour le fer, la vitalité et le système immunitaire.
        Tous ces produits sont compatibles avec une chimio.
        Pour la guérison complète il faut du temps, la maladie a mit du temps à s’installer, il faut du temps pour qu’elle parte.
        En générale un cure doit durer 3 mois, vous pouvez par la suite faire une pause thérapeutique d’une semaine et reprendre.
        Mais cela dépend de votre état général.
        Nous vous conseillons de respecter les dosages indiqués sur les sachets (dose minimum pour la prévention, dose maximum conseillée pour la guérison).
        Avec les produits naturels c’est la régularité qui importe et moins la quantité.
        Tous les produits du laboratoire Biologiquement sont compatibles et complémentaires, ils ont aussi été sélectionnés car ils n’ont pas d’interaction et travaillent en synergie avec des traitements chimiques.
        Ces produits naturels s’attaquent aussi aux cellules tumorales résistantes à la radiothérapie ou à la chimiothérapie, et protègent de toutes rechutes futur.
        Dans le même temps il faut arrêter tout ce qui donne le cancer, le sucre (tout ce qui est sucré à part le miel bio et les fruits), la viande, qui est chargée en hormones, produits chimiques ingéré par l’animal, antibiotiques… et les produits laitiers, qui sont des matières grasses, qui concentrent encore plus tous ces agents cancérigènes.
        Mangez un maximum de fruits et légumes crus.
        Il faut aussi vous forcer à faire des exercices tous les jours.
        Nous livrons aussi nos produits aux États Unis d’Amérique.
        Bien à vous
        L’équipe du laboratoire Biologiquement.com

      • Paulo :

        Recherchez tous vos chocs émotionnels dans votre passé , puis quand vous les avez identifiés éliminez les en utilisant la méthode EMDR .Ce en plus des plantes .
        C’est la méthode Hammer , les résultats sont tout simplement fabuleux … Et vous saurez si le protocole a fonctionné quasi immédiatement , sous 24 heures vous allez ressentir les symptômes des gens qui ont une guérison miraculeuse à Lourdes .
        Intenses tremblements , sensation de froid puis sensation de “feu” aux endroits atteints .
        Bonne guérison , et prompt rétablissement à vous .

  2. BH ::

    très intéressant. j’ai bien compris que le meilleur moyen est la prévention mais qui est surtout valable pour ceux qui ne l’ont pas eu. pour ceux qui l’ont attrapé, quelle est l’alternative exactement? qu’en est-il de la chirurgie? on accepte l’opération? et les radiothérapie-hormonothérapie? merci de votre retour.

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      nous pouvons vous dire par expérience que les gens vivent avec le cancer et décèdent de la chimiothérapie. De plus vous devez faire de la chirurgie simplement si la grosseur gêne un organe dans son fonctionnement normal.
      Le cancer est un signal, une réaction d’un déséquilibre dans de votre métabolisme, souvent à cause de déchets qu’il n’arrive pas a évacuer. En adoptant un mode de vie, un régime adéquat et un traitement par les plantes, vous pouvez tout à fait contrôler ce cancer.
      Voici les plantes que nous vous conseillons pour le traitement naturel du cancer.
      Dans un premier temps nous vous conseillons la poudre de fruit de baobab Baomix pour sa richesse en antioxydant (très riche en vitamine C) et son action sur le système immunitaire (du sang et du côlon). La flore intestinale représente à peu près 1,5 kilograme de votre masse corporelle, c’est donc pratiquement le poids de votre tête, vous comprenez alors que c’est un organe très très important et qu’il faut le chouchouter, et cela la poudre de fruit Baomix sans charge très bien.
      Il faut de l’Artemisia annua qui est une plante aromatique qui a été utilisée par la médecine chinoise en tant que puissant remède du paludisme. L’action de cette plante est plus efficace avec un apport naturel de fer, il faut donc l’associer à la poudre de moringa. Une autre plante indispensable c’est la feuille de graviola corossol, qui contiennent de l’acétogénine, un anti cancer puissant. Toutes ces plantes sont très efficaces pour tuer les cellules cancéreuses. En plus de traitement naturel vous pouvez ausi prendre de la racine de pissenlit en gélules et de la bromélaïne.
      L’une des particularités des cellules cancéreuses est que leur renouvellement est rapide et qu’elles ont des besoins nutritionnels élevés. Ainsi un apport constant et régulier en nutriments leur permet une croissance optimale. Certains avançant qu’en réduisant l’apport en nutriment (par un jeûne ou une restriction), il est possible de lutter contre le cancer, de renforcer l’efficacité du traitement anti-cancéreux, ou encore d’en limiter les effets secondaires.
      Le corps, pour sa survie, est en effet capable de ralentir son métabolisme et de mettre en place des mécanismes biochimiques particuliers, comme l’utilisation des graisses afin de produire de l’énergie, ce qui conduit à un état physiologique dit de « cétose ».
      Les animaux jeûnent instinctivement lorsqu’ils sont malades afin de faciliter les mécanismes d’auto-guérirons. De plus, nous autres humains, ressentons souvent une perte d’appétit lorsque nous déclenchons une maladie aiguë, ce qui nous poussent généralement, tous comme les animaux, à jeûner de manière instinctive.
      Aussi, le jeûne active un mécanisme de nettoyage et de recyclage cellulaire, appelé autophagie. Il permet en quelque sorte de se débarrasser des structures cellulaires non indispensables ou en mauvaises états, ou encore infectées par des virus ou autres micro organismes, et de les réutiliser à bon escient ou pour aider le corps à éliminer les agents infectieux.
      Le jeûne consiste en un arrêt total d’alimentation, avec maintien ou non d’une consommation d’eau.
      Le jeûne est sans doute l’une des plus anciennes approches d’autoguérison. Même dans la nature, les animaux cessent instinctivement de manger quand ils sont malades ou blessés. Le jeûne complet consiste à s’abstenir de tout aliment (solide et liquide), à l’exception de l’eau, pendant une période plus ou moins longue dans le but de reposer, détoxiquer et régénérer l’organisme.
      Le jeûne réduit considérablement le nombre de globules blancs du sang, cela déclenche la régénération des cellules souches de nouvelles cellules du système immunitaire. Plus important encore, il réduit l’enzyme PKA, qui a été liée au vieillissement, à la progression des tumeurs et au cancer.
      De plus le jeûne n’entraîne pas une aggravation de la maladie, mais permet au corps d’avoir une extraordinaire capacité de tolérance à la chimiothérapie.
      HIPPOCRATE (4e siècle avant J.C.), « le père de la médecine », AVICENNE, puis GALIEN utilisaient le jeûne pour soigner leurs malades. Hippocrate disait « Plus vous nourrirez un malade, plus vous lui ferez de mal » et « soigner ses petits maux par le jeûne plutôt que de recourir aux médicaments ». Le jeûne a été couramment utilisé jusqu’au Moyen-âge, mais, avec l’avènement de la médecine moderne, il est peu à peu tombé en désuétude.
      Cordialement
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  3. RACHEL MARTIN :

    bonjour, même si j’avais connaissance de la surpercherie médical et des labos pharmaceutique, je reste bleufée sur ces pratiques qui se résume en “crime contre l’humanité” ni plus ni moins. Les médias font bien leur boulot en détournant l’attention du citoyen vers des problèmes mineurs mais qu’ils prennent soins d’amplifier afin que l’on se jettent les uns contre les autres et en attendant ils se remplissent les poches… mais cet argent sale leur apportera t-il le bonheur escompté… j’en doute en attendant …… Merci pour les informations postées qui renforcent ce que nous savons au plus profond de nous. Merci à vous tous.Rachel

  4. Chantal TOUZEAU :

    Bonsoir
    Que pensez vous de l’argile verte prise par voie orale(boire uniquement l’eau dans lequel a stagné de la poudre d’argile verte durant une nuit. Un verre d’eau 1 fois par semaine. Que pensez vous de cette méthode à partir d’argile? Naturelle aussi.
    Merci beaucoup pour votre réponse
    Cordialement
    Chantal

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      L’argile est une terre volcanique naturelle utilisée à des fins curatives, c’est une source naturelle de minéraux et d’oligo-éléments (notamment silice, silicates d’aluminium, magnésium, calcium, fer, phosphore, sodium, potassium, cuivre, zinc, sélénium, cobalt, manganèse…) qu’elle renferme dans des proportions variables. L’argile désigne une grande variété de roches argileuses, qui peuvent être de différentes couleurs (verte, rouge, bleue, jaune, grise, blanc, brune, rose…) Sa couleur varie en fonction des oxydes de fer (limonite) qu’elle renferme.
      Riche en silice et en minéraux, l’argile verte est le médicament naturel à toujours avoir à la maison. Elle purifie, désinfecte, et soulage certaines douleurs.
      Faites des cataplasmes appropriée à base d’argile et de cire d’abeille avec de l’huile d’olive.
      Mettez l’argile verte (poudre ou morceaux) dans un bol (verre, terre-cuite ou bois ou à défaut porcelaine – PAS DE MÉTAL OU DE PLASTIQUE). Ajoutez de l’eau pour couvrir l’argile – couvrez le bol avec une plaque en verre, pierre, bois, ou porcelaine. Après 10 minutes, versez l’eau et laissez macérer l’argile pendant 90 à 120 minutes. Si l’argile est trop liquide ajoutez un peu d’argile en poudre. Prenez un grand mouchoir, un morceau de vieux drap ou de tissu similaire pour prendre l’argile nécessaire du bol.
      Mettez toujours un cataplasme d’abord sur le ventre – L’argile verte doit être en contact direct avec la peau. Formez un second cataplasme et appliquez-le sur l’endroit à guérir. Celui-ci peut être une blessure, une tumeur, un os brisé ou simplement un endroit douloureux.

      Le naturopathe français Raymond Dextreit du XXème siècle, soignait les tumeurs avec de l’argile verte. Son livre « L’argile qui guérit » présente plusieurs témoignages de personnes ayant vaincu le cancer et attribuant leur guérison à ce traitement naturel.

      Si la science se désintéresse à l’argile verte, c’est aux patients de la faire avancer ! Après tout, la Genèse nous raconte que Dieu créa l’être humain avec un peu d’eau et d’argile ( le nom Adam vient du mot Adama, qui signifie la terre en hébreu.) Et cette terre semble de nature à éveiller des pouvoirs autocuratifs lorsque nous l’absorbons ou l’appliquons en cataplasme. Ce matériau biblique n’est-il pas un cadeau divin, une sorte de panacée du terrain, une ressource thérapeutique inépuisable offerte aux êtres vivants.
      Certains témoignages, il est vrai, montrent que des personnes ont réussi à éradiquer leur cancer (ou d’autres maladies graves) grâce à l’argile (ou d’autres méthodes naturelles). Il est également vrai que certaines guérisons sont intervenues alors que la médecine classique condamnait ces personnes à une mort certaine.
      Pour les personnes qui font de la radiothérapie pour lutter contre le cancer, nous conseillons l’application d’argile verte en cataplasme au niveau local des rayons APRÈS la séance de radiothérapie, l’argile verte limitera les risques de brûlures et effets secondaires.
      Au cours de la maladie, il conviendra d’adapter l’alimentation au traitement suivi : chimiothérapie, radiothérapie, corticothérapie, hormonothérapie, antibiothérapie… À chaque situation correspond une alimentation particulière. Mais une fois le traitement terminé, il faudra revenir au régime méditerranéen que l’on complétera régulièrement par des cures de probiotiques (comme le fruit de baobab Baomix), de chlorophylle (comme la feuille de moringa) et d’argile verte afin de reconstituer la flore et la muqueuse intestinale, malmenées par les thérapies anticancéreuses.
      Cordialement
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  5. HENIN ::

    Bonjour, auriez-vous une étude médicale sérieuse à citer concernant la vitamine B17 qui serait utile contre les cancers ? Merci d’avance pour votre retour.

    • Biologiquement.com :

      Bonjour, les amandes amères d’abricot, et leur dérivés tel que la Laetrile on été interdit en France et en Europe car ils sont un substitut la chimiothérapie qui elle rapporte des milliards de dollars par ans à l’industrie pharmaceutique. J’imagine que quand vous parlez d’étude médicale sérieuse vous parlez d’étude qui n’ont pas été acheté, les résultats de ce d’études sont très difficile à trouver, surtout pour les médicaments issus de l’industrie pétrolière, car quand vous gagner des milliards d’euros par an vous ne vous embêtez pas avec des études, vous les financez et les résultats vont toujours dans votre sens.
      Sur le moteur de recherche Google Scholar en tapant la requête “Laetrile for cancer” vous trouverez des études de petit laboratoire indépendant très intéressante. Je vous conseille aussi de chercher du côté de l’Allemagne ou c’est un traitement qui est donné par voie injectable dans certains hôpitaux. La plupart des résultats d’étude sont en anglais car en France les produits naturels sont diabolisés depuis déjà très longtemps, les lobby en France sont très puissant et tout le monde trouve ça normal.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire Biologiquement

  6. CATHY JOHANNES ::

    Bonjour,
    J’ai souhaité imprimer vos documents, malheureusement je n’y arrive pas.
    Serait-il possible pour vous de me les envoyer par mail?
    Je vous en remercie par avance, recevez toute ma gratitude.
    Faites très attention à vous….
    Mon adresse mail: [email protected]
    Cordialement,
    Cathy Johannes

  7. janod ::

    Est-il bon de prendre certains miels comme le thym pour un cancer digestif avec occlusion partielle intestinale?
    Un emplâtre d’argile serait-il bénéfique sur l’estomac et l’intestin?
    Cordialement
    Genevieve

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Le cancer de l’œsophage est une tumeur qui se développe dans les cellules de l’œsophage. C’est un cancer avec un taux de mortalité élevé, car le diagnostic est souvent tardif.
      Bien que les causes exactes du cancer de l’œsophage ne soient pas entièrement connues, il existe certains facteurs pouvant déclencher la maladie comme le tabagisme, la consommation excessive d’alcool ainsi que de boissons chaudes ou brûlantes comme le thé ou le maté (c’est le cas surtout en Amérique du sud), des infections virales, etc.
      Le cancer de l’œsophage est comme son nom l’indique une tumeur qui prend naissance au niveau des cellules de l’œsophage, précisément dans la muqueuse œsophagienne.
      L’œsophage est un organe allongé en forme de tube reliant la partie supérieure du tractus digestif (bouche et gorge) à l’estomac. L’œsophage a pour fonction de conduire les aliments et liquides de la bouche vers l’estomac.
      Le type le plus fréquent de cancer de l’œsophage est le carcinome épidermoïde spinocellulaire touchant en général la partie supérieure de l’œsophage. Un autre type de cancer est l’adénocarcinome affectant surtout les cellules glandulaires au niveau de la partie inférieure de cet organe, en particulier dans son tiers inférieur.
      Il existe d’autres types de cancer plus rares comme le choriocarcinome, le lymphome, le sarcome ou le cancer à petites cellules.
      Le cancer de l’œsophage est parfois associé à un cancer de la gorge ou à un cancer au niveau broncho-pulmonaire, c’est le cas en particulier chez des fumeurs ou alcooliques.
      Dans la phase initiale, ce cancer ne présente en général pas de symptômes, ce qui rend le diagnostic précoce difficile. Avec l’avancée de la maladie et notamment la masse tumorale qui croît, des symptômes peuvent apparaître comme:
      – des difficultés à avaler ou à déglutir (dysphagie). Lire aussi sous complications
      – douleurs à la déglutition
      – douleur rétrosternale
      – douleur dans le thorax
      – sensation de blocage au niveau de l’œsophage
      – symptômes ressemblant à une brûlure d’estomac (acidité gastrique)
      – indigestion
      – fatigue
      – perte de poids sans cause apparente. A cause de la difficulté d’avaler, le patient peut perdre jusqu’à 10% de son poids corporel
      – toux et enrouement
      Le problème est que lorsque l’œsophage est atteint, il introduit des tas de problèmes en cascade, y compris sur le plan psychologique.
      Les probiotiques et les prébiotiques aident à rééquilibrer la flore intestinale, la pulpe de baobab Baomix est efficace pour prendre soin de votre flore intestinale.
      La poudre de baobab Baomix est une source de vitalité qui participe à la remise en forme de l’organisme et au tonus, mais elle rééquilibre aussi la flore intestinale grâce à ces probiotiques.
      La feuille de moringa bio en poudre ou en gélules peut aussi vous aider à régler cela, c’est aussi un aliment probiotique.
      Manger de la viande exceptionnellement et de préférence blanche, dans des plats où celle-ci n’est pas l’ingrédient principal. Priorité aux légumineuses (attention au mode de cuisson, qui doit rester léger), avec des petites bouchées de viande. C’est aussi ainsi que l’on se nourrit encore dans les pays les plus démunis et l’on ne s’en porte pas plus mal malgré la pauvreté.
      Se gaver de produits laitiers, c’est donc se gaver d’hormones de croissance inadaptées à notre organisme. Ce n’est pas un hasard si les nouveaux traitements en cancérologie passent pas des thérapies ciblées sur le tissu tumoral, des anti-angiogéniques, autrement dit des anti-facteurs de croissance.
      Le gluten des produits à base de blé, de maïs, de seigle, d’orge, mais aussi de kamut ou d’épeautre favorise la porosité intestinale. Autrement dit l’intoxication générale de nos organes : les mauvaises molécules comme celles du lait, au lieu d’être évacuées par notre côlon, vont aller réveiller nos cellules à potentiel de cancérogénicité. Et détruire notre système immunitaire, d’où l’explosion des maladies auto-immunes.
      Pour combattre efficacement et naturellement ce cancer c’est pour guérir le plus rapidement possible nous vous conseillons de consommer quotidiennement de la poudre de fruit de baobab bio Baomix, de la feuille de Moringa bio, de la poudre de feuilles de Graviola corossol (prenez-la en gélules si le goût vous dérange), et enfin des gélules de pissenlit et des amandes amères d’abricot bio sauvage.
      Le gel contenu dans les gélules de plante d’aloe vera contient de la vitamine B, des mucilages et des acides aminés essentiels qui aident à réduire l’irritation de l’œsophage et du tube digestif.
      Sa consommation contrôle la production excessive de jus acides et protège la muqueuse gastrique contre les irritations qui peuvent produire des ulcères.
      Enfin, des chercheurs du Centre de recherche sur le cancer de l’Université de Cork, ont traité des cellules oesophagiennes cancéreuses avec un composé chimique provenant du curcuma : la curcumine. Celle-ci ont alors commencé à détruire les cellules cancéreuses après 24h d’exposition. La curcumine attaque les cellules par un système de signaux cellulaires alternatif, tout comme la feuille de graviola corossol.
      Vous pouvez prendre tous ces produits en petite quantité mais régulièrement.
      Tous ces produits sont tout à fait compatibles et peuvent être consommé en même temps, ils très complémentaires et vous aideront à guérir rapidement.
      Au plaisir de vous servir
      L’équipe du laboratoire biologiquement.com

  8. Dusausoy Meghann ::

    Bonjour, nouveau sur le site je viens chercher des informations afin de venir en « aide » à mon grand père à qui nous avons découvert un cancer de l’estomac ainsi que du pancréas..( résultat obtenu il y’a 1 semaine avec à la clé des métastases.
    Maintenant le protocole retenu par les médecins est la chimiothérapie… étant impuissant à la situation et pas prochimio je souhaiterais me renseigner sur le type de produits /plantes naturelles qui serai adapté à cette situation.
    Mon grand père a 85 ans , pour le moment il n’as pas faim , mange très peu et à perdu du poids, alors qu’il à toujours été bon mangeur.. Le début de cette chimio à domicile est prévu dans 15 jours.
    Le stade de cette maladie est relativement avancé selon les médecins .
    Un grand merci pour votre temps

  9. khadija ::

    Bonjour,

    Tout d’abord merci infiniment pour les précieux conseils prodigués sur ce blog et pour la qualité de vos produits.
    J ‘ai quelques petits ganglions ou kystes sur la partie externe des seins mais qui n’ont jamais alerté les radiologues et je refuse depuis quelques années de faire la mammographie (si controversée) car je crains que devoir suivre inutilement des soins qui vont au contraire me fragiliser.
    Mais voilà depuis quelques semaines je sens un petit ganglion ou kyste sous l’aisselle gauche
    (je le sens parfois tiraiiler), il doit faire environ 1 cm, cela m’inquiete un peu mais je n’ose consulter car je crains les suites et je préferais traiter cela naturellement.
    Tout d’abord etant assez fine je me demande s’il est normal de ce fait de sentir quelques ganglions et d’autre part quelle peut etre l’origine de ce ganglion car je n’ai pas de blessure au bras..cela pourrait il etre causé par un encombrement de la gorge?
    Quels serait vos conseils pour le “désengorger? j’applique de tant a autre des cataplasmes d’huile de ricin mais pas pratique de le maintenir, l’argile pourrait elle etre aussi une aide en cataplasme?
    j’ai pris aussi de l’armoise en gélule acheté sur votre site mais pas de manière réguliere.

    Merci d’avance de vos précieux conseils et bonne journée !

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Bénignes dans le plus grand nombre de cas, les mastoses (kystes au sein) ne “cancérisent” pas. Une femme souffrant de mastoses n’a pas plus de risque de “cancériser” qu’une autre. Mais l’inquiétude que suscite la mastose, ainsi que, parfois, la difficulté d’interprétation mammographique, constituent un facteur de stress qu’il est bon de réguler.
      Les causes des mastoses
      1 – Le déséquilibre endocrinien est connu. Il a pour conséquence en thérapeutique l’utilisation de la progestérone, le plus souvent en gel local. Il arrive que ce traitement soit réellement efficace, mais dans un nombre limité de cas.
      2 – Le facteur psychosomatique. Il ne peut être passé sous silence car si souvent rencontré. Les femmes souffrant de mastose sont douées d’une hypersensibilité (pourquoi ne pas parler de dons) qui, s’exerçant dans le domaine affectif, transforme ce don en source d’inquiétude, d’angoisse, pour elle-même ou leur entourage.
      3 – Les causes nutritionnelles : il semblerait que des causes nutritionnelles puissent entrer en ligne de compte, comme en témoigne la bonne efficacité de l’huile d’onagre (acide gras poly-insaturés).
      Par ailleurs, les produits laitiers paraissent avoir une incidence majeure (Cf. le livre du Docteur Nogier : “Ce lait qui menace les femmes”). Je pense pour ma part, que la toxicité du lait est en partie due aux résidus de produits chimiques, notamment ceux-ci sont présents dans les sols (agriculture intensive). Ces produits phytosanitaires passent dans les fourrages, donc dans le lait des vaches. De ce fait, il est raisonnable de supprimer, si possible, le lait dans l’alimentation ainsi que ses dérivés.
      Traitement naturels des mastoses
      Les auto massages du sein : Pratiqués par la femme elle-même (un soir sur deux, sauf pendant la semaine des règles), les auto-massages permettent souvent une amélioration des placards mastosiques, une stabilisation des kystes et des fibroadénomes.
      Le massage de la poitrine s’effectue de la périphérie du sein vers le mamelon (comme si l’on voulait faire sortir le lait). On aborde ainsi les canaux galactophores (petits canaux permettant l’écoulement du lait) dans le sens de leur longueur. Le mamelon ne doit pas être oublié lors du massage. Plaque réflexe important, sa stimulation induit, par l’intermédiaire de l’hypophyse, la sécrétion d’une hormone, l’ocytocine, qui permet elle-même le travail des cellules contractiles du sein.
      L’auteur de l’ouvrage Dressed to Kill, médecin anthropologue et chercheur américain, désigne le soutien-gorge comme un facteur décisif dans la formation de fibroses, kystes et cancers. Son argumentation repose sur le postulat que les bretelles et surtout la ceinture thoracique des soutiens-gorge exercent une contrition qui entrave la circulation lymphatique et conduirait à son engorgement, et à terme, son empoisonnement.
      La plupart des gens ignorent jusqu’à l’existence de la lymphe. La circulation lymphatique est pourtant aussi importante que la circulation sanguine, dans la mesure où elle joue le rôle d’égout de celle-ci. Je vous laisse deviner ce qui se passe quand on obstrue un égout… C’est pourtant ce que ferait le soutien-gorge au niveau de sa ceinture – de la base de la poitrine jusqu’aux aisselles. La pression exercée par la bretelle à la naissance des trapèzes sur l’épaule pourrait également causer des troubles posturaux et neurologiques.
      L’étude de Sydney Singer et de son épouse Soma Grismaijer a porté sur 4 730 femmes dont 2 056 étaient en traitement pour un carcinome du sein. Elle suggère que celles qui portent leur soutien-gorge 12 heures par jour voient leur risque de développer un cancer du sein augmenter considérablement, alors qu’à l’inverse, les femmes qui n’en portent pas ou de façon sporadique sont très peu exposées. Par ailleurs, 18% des femmes touchées portaient un soutien-gorge la nuit, contre 3% parmi celles qui s’abstiennent.
      Le soutien-gorge peut être assimilé à un garrot, surtout quand il est inadapté et mal réglé par rapport à la morphologie de sa propriétaire, et c’est souvent le cas ! On peut observer facilement, surtout en été, la manière dont le soutien-gorge est porté : trop souvent les bretelles s’enfoncent dans les muscles trapèzes, tandis que la ceinture thoracique étrangle littéralement le buste. Cette inadaptation est généralement révélée par l’attache dans le dos qui remonte, tiraillée par des bretelles trop serrées.
      Tout cela entrave la circulation des fluides dans les tissus concernés, et souvent au-delà. Les capillaires lymphatiques et sanguins, mais aussi les ganglions, sont compressés, les tissus sont sous-oxygénés et les déchets métaboliques ne peuvent plus être évacués. Les conditions d’hypoxie tissulaire et d’acidose métabolique sont dès lors réunies pour la formation d’œdèmes, de kystes, fibrokystes et autres tumeurs.
      Les produits naturels conseillés pour prévenir d’éventuel complication sont le Yam sauvage en gélules, la maca en gélules ou en poudre, le desmodium et la feuille de moringa qui vont drainer le pancréas, le foie, la glande thyroïde et les glandes surrénales. Cette association a pour but de régénérer, de stimuler toutes les glandes et d’apporter un équilibre hormonal.
      Cette association a aussi pour but d’aider en cas de troubles liés à des modifications hormonales. Le Yam sauvage par son action fondamentale sur le mécanisme féminin va soulager la femme ménopausée. Il stimule les ovaires tant sur le plan de la sécrétion en œstrogènes qu’en progestérone. Il convient à une personne pour l’aider dans certains troubles de la ménopause : troubles vaginaux et cutanés, perturbation de l’humeur et bouffées de chaleur.
      De plus, la poudre de fruit de baobab par son action va faciliter la reminéralisation de l’organisme.
      Le fruit du baobab est très riche en fibres, ce qui en fait un très bon allié pour notre système immunitaire. En effet, la haute teneur en fibres de la pulpe représente des bienfaits prébiotiques et probiotiques. Elle contribue ainsi à stimuler l’activité de la flore bactérienne et à améliorer notre santé.
      Les prébiotiques sont des substances qui bonifient l’environnement interne de l’intestin. Ce faisant, ils aident à nourrir et à conserver les bonnes bactéries déjà présentes dans l’organisme, et permettent aux probiotiques d’agir dans des conditions optimales.
      Les pro et prébiotiques sont des micro-organismes vivants qui ont un effet bénéfique sur l’individu en stimulant la croissance et l’activité d’une bonne flore microbienne afin d’améliorer son équilibre intestinal et stimuler le système immunitaire.
      La santé digestive est un sujet de préoccupation pour de nombreuses personnes, en particulier chez les personnes âgées chez qui l’appétit peut diminuer . Probiotiques et prébiotiques peuvent puissamment booster le système immunitaire et ainsi préparer les consommateurs à affronter de nombreux problèmes de santé et les aider à se sentir mieux .
      Il est important de consommer régulièrement des prébiotiques et des pro-biotiques pour maintenir son système immunitaire en forme , améliorer sa santé générale et aider à prévenir les maladies.
      Grâce à des méthodes très avancées de cristallographie aux rayons X, une équipe sino-américaine montre que l’ingrédient actif du curcuma, la curcumine, bloque spécifiquement l’activité d’une enzyme essentielle à la croissance des tumeurs.
      En termes de prévention du cancer, l’action positive de la curcumine sur des cancers très avancés, qui ne répondent plus à la chimiothérapie dans plusieurs cas, suggère fortement que cette action sera encore plus efficace contre des tumeurs à leur début et qui sont par le fait même beaucoup plus sensibles à la présence d’agents anticancéreux. C’est pour cette raison que la consommation régulière de curcuma peut prévenir le cancer : grâce à son action anti-inflammatoire et ses multiples propriétés anticancéreuses, la curcumine crée un environnement inhospitalier pour les micro tumeurs qui se développent spontanément au cours de nos vies, les privant des ressources nécessaires à leur progression en cancer mature.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire biologiquement.com

  10. Coulon ::

    Bonjour je viens de me faire opéré d’une tumeur du sein cancer hormonodependant sans atteinte des ganglions sentinelles prélevés et je suis porteuse du gène BRCA2 . je prends déjà certains de vos produits depuis 1mois Artemisia en TM , feuille de Graviola, Capsaicine et amandes amères et j’ai pratiqué un jeune hydrique de 6 jours 15j avant l’opération.
    A présent on me prévoit de la radiothérapie puis une hormonothérapie sur 5 ans est il possible d’avoir un protocole naturel pour éviter cela?
    Quels sont les produits ou associations les plus adaptées à mon cas
    Je vous remercie par avance

    • Biologiquement.com :

      Bonjour,
      Merci pour votre message, pour une rémission naturelle, nous vous conseillons d’associer la feuille de graviola, l’artemisia annua, la racine de pissenlit, les noyaux amères d’abricots, le desmodium (pour prévenir la destruction du foie si il y a des traitements chimiques) les gélules de curcuma et les gélules de capsaïcine.
      Tous les produits du laboratoire Biologiquement sont compatibles et complémentaires, ils ont aussi été sélectionnés car ils n’ont pas d’interaction négative et travaillent en synergie avec des traitements chimiques.
      Ces produits naturels renforce le métabolisme et s’attaquent aussi aux cellules tumorales résistantes à la radiothérapie ou à la chimiothérapie, ils protègent de toutes rechutes futur.
      Dans le même temps il faut renforcer le système immunitaire car c’est lui qui combat le plus efficacement le cancer.
      Il faut donc prendre pour le système immunitaire de la poudre de fruit de baobab Baomix et de la poudre de feuilles de moringa (elle est riche en fer pour faciliter l’action de l’artemisia annua).
      Pour la guérison complète il faut du temps, la maladie a mit du temps à s’installer, il faut du temps pour qu’elle disparaisse.
      La vitamine C acide ascorbique est aussi un bouclier pour les cellules cancéreuses. L’apport en vitamine C acide ascorbique par l’alimentation est connu pour être fondamental en raison de ses propriétés antioxydantes. Mais des chercheurs chiliens viennent de démontrer qu’il sert également de bouclier aux cellules tumorales dans différents types de cancer.
      En générale une cure doit durer 3 mois, vous pouvez par la suite faire une pause thérapeutique d’une semaine et reprendre, si besoin, cela dépend de votre état général.
      Nous vous conseillons de respecter les dosages indiqués sur les sachets (dose minimum pour la prévention, dose maximum conseillée pour la guérison).
      Avec les produits naturels c’est la régularité qui importe et moins la quantité.
      Il faut en plus arrêter tout ce qui donne le cancer, le sucre (tout ce qui est sucré à part le miel bio et les fruits), la viande, qui est chargée en hormones, produits chimiques ingéré par l’animal, antibiotiques… et les produits laitiers, qui sont des matières grasses, qui concentrent encore plus tous ces agents cancérigènes.
      Mangez un maximum légumes de préférence crus ou cuit à la vapeur, et des fruits, moins que les légumes.
      Il faut aussi vous forcer à faire des exercices tous les jours, pour activer le système lymphatique, qui n’est stimulé que par le travail des muscles, contrairement au sang qui est véhiculée par les contractions du coeur.
      Le système lymphatique constitue l’une des parties les plus importantes du système immunitaire, car il protège le corps des maladies et des infections.
      Bien à vous
      L’équipe du laboratoire Biologiquement.com

  11. Horn ::

    Que conseilleriez vous pour un enfant de 22 mois qui a un neuroblastome le fait que ce soit un enfant si petit me laisse perplexe sur les quantités de plantes à donner .j’ai trop de mal à trouver des articles pour les enfants
    Merci sincèrement de votre retour par mail

    • Jacqueline Maksoud ::

      Peut être pourriez vous voir le traitement métabolique du Dr Laurent Schwartz, acide alpha lipoique et Garcinia cambodgia, plus autres compléments alimentaires.
      L’association espoir métabolique pourrait vous renseigner…

  12. Linie borremans ::

    Bonjour,
    A la suite d’une compression médullaire due à des métastases le long de la colonne vertébrale, j’ai përdu l’usage de mes membres inférieurs. Que me conseillez-vous de prendre et en quelles quantités afin de supprimer cette compression ? En vous remerciant et vous félicitant pour la riche étendue de vos produits.

Hinterlassen Sie einen Kommentar / Kommentar / Zeugnis

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *